Biden rend visite à la reine Elizabeth avant les réunions de l’OTAN et de Poutine

Le président Biden deviendra le 13e chef d’État américain à être reçu par la reine britannique Elizabeth II lorsque lui et la première dame Jill Biden l’appelleront dimanche au château de Windsor.

La visite de cérémonie, similaire dans le protocole à la visite du président Trump en 2019 à Windsor, clôturera quatre jours de réunions autour du sommet du Groupe des 7 dans le comté de Cornwall, sur la côte sud-ouest de l’Angleterre.

Biden a rencontré Elizabeth pour la première fois en 1982 alors qu’il était sénateur, selon la Maison Blanche.

La visite intervient après une année difficile pour le monarque et trois jours seulement après ce qui aurait été le 100e anniversaire de son mari. Le prince Philip, duc d’Édimbourg, est décédé en avril.

Jill Biden avait marqué l’anniversaire de Philip mercredi, tweeter: “Nous tenons toute la famille royale dans nos cœurs aujourd’hui et nous leur souhaitons paix et réconfort à l’occasion de ce qui aurait été le 100e anniversaire du prince Philip.”

Pendant ce temps, des articles dans la presse britannique ont continué à tourbillonner sur la question de savoir si le prince Harry et Meghan, la duchesse de Sussex, avaient consulté le monarque avant de donner son surnom, Lilibet, à leur fille, née le 4 juin en Californie. Le petit-fils de la reine et sa femme s’étaient retirés de leurs fonctions royales et avaient déménagé avec leur fils, Archie, dans la région de Santa Barbara.

La reine a rencontré pour la première fois un président américain en exercice, Harry Truman, en tant que princesse Elizabeth en 1951. Elle a depuis rencontré presque tous les présidents américains (Lyndon Johnson était l’exception) qui ont servi pendant ses 69 ans sur le trône. C’est une indication de l’importance que le monarque, devenu majeur après la Seconde Guerre mondiale, accorde à cette relation transatlantique « spéciale ».

Lire aussi  Le Kenya espère une élection sans violence alors que le concours entre dans sa phase finale | Nouvelles du monde

Elle semblait avoir une affection particulière pour le président Obama, qu’elle a rencontré trois fois au cours de sa présidence, notamment en organisant un dîner d’État en 2011 qui comprenait un séjour de deux nuits au palais de Buckingham.

Elle a également organisé un dîner d’État pour le président Trump en 2019, un an après l’avoir accueilli au château de Windsor pour une courte cérémonie. Bien que Biden, contrairement à Trump, se soit opposé au Brexit et se soit engagé dans les relations transatlantiques, ses racines irlandaises – et son soutien franc au respect de l’accord du Vendredi saint – pourraient prêter une certaine gêne à la réunion.

Vendredi, la reine a surpris les dirigeants du G-7 en se rendant dans le comté côtier du sud-ouest de Cornwall pour participer à un événement de bienvenue aux côtés du prince Charles, du prince William et de Kate, la duchesse de Cambridge.

Le même jour, Jill Biden a rejoint Kate lors d’une visite dans une école locale et a dirigé une table ronde sur l’importance de la petite enfance pour les résultats tout au long de la vie.

Entre les événements, des journalistes américains ont demandé à Kate si elle avait des souhaits pour sa nouvelle nièce, Lilibet Diana.

« Je lui souhaite tout le meilleur. J’ai hâte de la rencontrer”, a-t-elle déclaré. « Nous ne l’avons pas encore rencontrée. J’espère que ce sera bientôt.

Lorsque les journalistes ont demandé à la première dame si elle avait demandé conseil à Kate pour rencontrer la reine Elizabeth, elle n’était que des affaires.

Lire aussi  Biden atterrit en Israël pour commencer son voyage au Moyen-Orient alors que l'inflation monte en flèche chez lui – en direct | Joe Biden

« Non, je ne l’ai pas fait. Nous avons été occupés. N’étiez-vous pas dans cette pièce ? elle a dit. « Nous parlions d’éducation.

Après la visite à Windsor, la première dame retournera à Washington, DC Le président se rendra à Bruxelles pour deux jours de réunions avec les dirigeants de l’OTAN et de la Commission européenne, puis à Genève, où il terminera son voyage d’une semaine par un sommet avec le président russe Vladimir Poutine.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick