Boris Johnson ordonne une reprise de la recherche de la chaise Ofcom après le rejet de Paul Dacre

Boris Johnson a ordonné une relance du processus de nomination d’un nouveau président de l’Ofcom après qu’un comité d’évaluation a rejeté à l’unanimité son candidat favori Paul Dacre, l’ancien rédacteur en chef du -, selon des personnes impliquées dans la décision.

L’intervention peu orthodoxe du Premier ministre britannique ajoute une couche supplémentaire de controverse à un processus de nomination déjà très controversé pour le chien de garde des médias, qui court avec plus de six mois de retard.

Johnson a déclaré à ses collaborateurs l’été dernier que Dacre, féroce critique de la BBC et des plates-formes en ligne, était son candidat préféré pour présider le conseil d’administration de l’Ofcom, un organisme de réglementation doté d’un mandat étendu et en expansion sur les télécommunications, les médias et Internet.

Mais après une série d’entretiens avec quatre candidats, un comité d’évaluation indépendant a conclu que Dacre n’était «pas nommable» – une recommandation qui est donnée aux ministres avant qu’une décision finale ne soit prise sur le tas. La décision a été prise à l’unanimité, mais les raisons de cette décision n’ont pu être établies.

Plutôt que d’opter pour des candidats alternatifs jugés «nominables», Johnson a insisté la semaine dernière sur une reprise du concours, selon deux personnes proches des événements. Oliver Dowden, le secrétaire à la culture, a ensuite écrit à Peter Riddell, le commissaire aux nominations publiques, pour l’informer de la décision.

Le redémarrage du processus permet à Dacre, une figure imposante de Fleet Street qui a édité le – pendant 26 ans, de présenter une nouvelle demande pour le poste. Dacre occupe toujours un poste chez DMG Media, le propriétaire du -, et envisage de publier ses mémoires. Les ministres s’attendent à ce qu’il reste dans le concours.

Lire aussi  Mises à jour en direct de l'actualité australienne : le marché de l'énergie reprend ses activités ; Marles s'engage à placer l'Inde « au cœur » de l'approche indo-pacifique | Nouvelles de l'Australie

Le Département du numérique, de la culture, des médias et des sports a déclaré: «Conformément au code de gouvernance des nominations publiques, les ministres ont pris la décision de relancer le concours pour la présidence de l’Ofcom.» Dacre n’a pas pu être contacté immédiatement pour commenter.

Le comité d’évaluation du poste d’Ofcom comprenait Melanie Richards, associée chez KPMG, Lord Ian Livingston, l’ancien PDG de BT, Paul Potts, ancien directeur général de la Press Association, et Susannah Storey, une haute fonctionnaire.

Un responsable des médias a décrit la décision de réexécution comme «une débâcle totale» qui a plafonné ce qui avait été «un processus incompétent», les bons candidats étant rebutés par des fuites sur le choix préféré du Premier ministre.

En vertu des lignes directrices sur les nominations publiques, les ministres peuvent ignorer la recommandation du comité d’entrevue et sélectionner un candidat jugé «non nommable». Mais le gouvernement a reculé devant cette étape sans précédent, qui obligerait les ministres à consulter Riddell et à «justifier publiquement leur décision», selon le code.

L’Ofcom est l’un des chiens de garde les plus puissants d’Europe. Ses responsabilités croissantes comprennent la surveillance des marchés des télécommunications, des enchères de spectre, des services postaux, certaines questions de concurrence, l’impartialité des nouvelles télévisées et la réglementation de la BBC.

Il s’est également vu confier la responsabilité de surveiller les réseaux de téléphonie mobile 5G pour s’assurer que les opérateurs ont respecté les restrictions du gouvernement concernant l’utilisation des équipements Huawei. Le prochain président guidera également l’Ofcom à travers une période cruciale où il pourrait se voir confier le mandat de superviser des plates-formes technologiques telles que Facebook et Google.

Lire aussi  Un journaliste français tué en Ukraine alors qu'il couvrait une opération humanitaire

Maggie Carver, ancienne banquière d’investissement et présidente de la chaîne d’information ITN, a été nommée présidente par intérim de l’Ofcom en janvier après le départ du président Lord Terry Burns, ancien économiste du Trésor.

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick