Christian Porter n’exclut pas que son partisan paie les factures juridiques en cas de diffamation | Christian Porter

Christian Porter à plusieurs reprises a refusé d’exclure des projets pour un partisan de récupérer la facture pour son affaire de diffamation, et a signalé qu’il pourrait demander sa réélection.

Lors d’un entretien à domicile à Canberra, l’ancien procureur général et maintenant ministre de l’Industrie et des Sciences s’est engagé à faire des divulgations sur son registre d’intérêts si et quand le besoin s’en fait sentir.

Plus tôt, Porter a déclaré à Sky News que l’ABC était la seule partie à recevoir un financement des contribuables pour l’affaire de diffamation et a révélé qu’il avait des offres de dons, mais a déclaré qu’il ne financait pas l’affaire.

Porter poursuit l’ABC et la journaliste d’investigation Louise Milligan pour un article en ligne selon lequel un ministre du cabinet avait été accusé de viol en janvier 1988 dans un dossier envoyé à Scott Morrison et à trois autres parlementaires. Porter nie vigoureusement l’allégation.

Le mystère entoure la façon dont Porter paie pour l’affaire, qui devrait coûter des millions de dollars avec un procès pouvant durer jusqu’à six semaines et des avocats comprenant Bret Walker, qui peut exiger des honoraires supérieurs à 20 000 dollars par jour.

Porter est déjà engagé dans de longues batailles préliminaires pour savoir s’il peut être représenté par Sue Chrysanthou, après qu’un ami de son accusateur a cherché à la faire retirer de l’affaire.

En mars, un porte-parole de Porter a refusé de répondre aux questions de Guardian Australia quant à savoir s’il recevait un soutien financier pour l’affaire et Porter a également détourné les questions de news.com.au en mai pour savoir s’il avait un bienfaiteur millionnaire.

Mercredi, Porter a déclaré à Sky News qu’il était «absolument engagé» envers le gouvernement et qu’il «ne m’est jamais venu à l’esprit de ne pas faire partie de cela parce que je pense que j’ai quelque chose à offrir dans le cadre de ce gouvernement».

«Je suis complètement attaché à mon électorat – je suis complètement attaché au gouvernement», a-t-il dit, sans confirmer directement qu’il se représentera.

Porter a déclaré que son électorat avait été «remarquable» dans son soutien à lui, et cela avait «joué dans ma réflexion».

Porter a déclaré que «personne ne connaissait» le coût du litige, mais a admis que cela entraînerait une «charge financière personnelle massive sur moi et mes ressources», à laquelle il a dit qu’il était «complètement engagé».

«Je fais ce que je dois faire pour payer le litige et ce sera une énorme perte pour moi. Si, à un moment donné, quelque chose se produit qui m’oblige à faire des divulgations… bien sûr, je le ferai.

Selon les règles, les parlementaires sont tenus de déclarer les «responsabilités» et «tout autre intérêt lorsqu’un conflit d’intérêts avec les fonctions publiques d’un député pourrait vraisemblablement survenir ou être perçu comme se produisant».

En mars, le greffier adjoint Peter Banson a déclaré à Guardian Australia qu’il n’est pas clair que les membres sont tenus de «déclarer une responsabilité qui ne [yet] existent »comme les futurs projets de loi.

Un membre peut être tenu d’enregistrer les frais juridiques payés en son nom à titre de cadeau «mais seulement une fois qu’il a été reçu ou réalisé», a-t-il déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé à la porte s’il avait une entente que quelqu’un paierait ses factures juridiques, Porter a répondu «s’il y a quelque chose qui doit être divulgué… je le ferai au fur et à mesure que le besoin se fera sentir».

Porter a été interrogé deux fois de plus et a répété la même formulation. “Ce que je ferais, c’est divulguer tout ce que je dois divulguer… au moment opportun.”

Lorsqu’on lui a demandé si la raison pour laquelle il n’avait pas déjà divulgué un accord pour payer ses factures juridiques était parce qu’une telle entente n’existe pas ou qu’il considère que ce n’est pas quelque chose qui doit encore être déclaré, Porter a répondu: «Ma réponse à vous est la même… Ce que je peux déclarer à l’avenir seront des choses qui devront être déclarées. »

Porter a ensuite mis fin au butoir.

Auparavant, Porter a déclaré à Sky News “l’ABC est évidemment la seule partie dans ce litige qui est financée par les contribuables”, les exhortant à faire le cas rapidement.

«Si vous pensez avoir été diffamé, vous avez le droit d’engager une action en justice… Et cela a un coût élevé, financier, personnel, mais si vous pensez que c’est ce que vous devez faire pour effacer votre nom, c’est ce que vous faites.”

Porter a déclaré qu’il avait reçu «un dossier à arceau après un dossier à arceau à levier» de «messages de soutien, d’empathie», y compris des offres d’argent non sollicitées.

«Je ne suis pas au point où je fais du financement participatif… ce que certaines personnes ont fait, tout à fait correctement, si c’est ce qu’elles veulent faire pour financer des litiges. Je n’en suis pas à ce stade… Je n’ai pas pris contact avec ces e-mails. »

Lire aussi  COVID-19: les États-Unis feront don de 500 millions de vaccins supplémentaires – alors que Joe Biden dit aux pays riches de partager «sans conditions» | Nouvelles des États-Unis

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick