Cinquante personnes seront envoyées au Rwanda en quinze jours, selon Boris Johnson | Immigration et asile

Boris Johnson a déclaré que 50 personnes avaient été informées qu’elles seraient envoyées au Rwanda dans les quinze prochains jours et qu’il était prêt à se battre avec des « avocats gauchistes » cherchant à contester les plans du gouvernement pour les réfugiés.

Dans le cadre du programme de 120 millions de livres sterling annoncé le mois dernier, les personnes réputées être entrées illégalement au Royaume-Uni seront transportées vers le pays d’Afrique de l’Est, où elles seront autorisées à demander le droit de s’installer.

Les plans ont fait l’objet de nombreuses critiques de la part d’organisations caritatives de défense des droits de l’homme et même de certains députés d’arrière-ban conservateurs, dont l’ancienne première ministre Theresa May, ainsi que l’archevêque de Cantorbéry, Justin Welby.

Cependant, dans une interview avec le -, Johnson est resté provocateur, déclarant que les 50 premiers « entrants illégaux dans ce pays » ont déjà été avisés qu’ils seront envoyés dans le pays africain dans les quinze jours.

«Il va y avoir beaucoup d’opposition légale de la part des types d’entreprises qui, depuis longtemps, prennent l’argent des contribuables pour monter ce genre d’affaires et pour contrecarrer la volonté du peuple, la volonté du parlement. Nous sommes prêts pour cela », a-t-il déclaré.

«Nous allons creuser pour le combat et, vous savez, nous le ferons fonctionner. Nous avons un énorme organigramme des choses que nous devons faire pour y faire face, avec les avocats gauchers.

Lorsqu’on lui a demandé s’il pouvait répondre par une révision de la convention européenne des droits de l’homme, Johnson a répondu : « Nous allons tout examiner. Rien n’est sur la table.

Le ministère de l’Intérieur a publié cette semaine sa propre évaluation de l’impact de la politique sur l’égalité et a déclaré qu’il y avait des « préoccupations » concernant le traitement de certaines personnes LGBTQI+ dans ce pays d’Afrique de l’Est. Il a déclaré que les enquêtes indiquaient que les « mauvais traitements » de ce groupe étaient « plus qu’uniques ».

Tom Pursglove, le ministre de la justice et de la lutte contre l’immigration clandestine, a déclaré que les décisions de transporter des demandeurs d’asile au Rwanda seraient examinées « au cas par cas » et n’a pas nié que des personnes fuyant la guerre en Ukraine pourraient en faire partie.

Pursglove a déclaré: « Il n’y a absolument aucune raison pour qu’un Ukrainien monte dans un petit bateau et paie un passeur pour se rendre au Royaume-Uni. »

Il n’a pas non plus été en mesure d’indiquer des calculs selon lesquels la politique de relocalisation du gouvernement au Rwanda réduirait le nombre de personnes arrivant au Royaume-Uni par petits bateaux.

« Il s’agit d’une politique nouvelle et non testée à ce stade », a-t-il déclaré. « Je pense que, avec le temps, nous verrons cette politique, dans le cadre d’un ensemble plus large que nous introduisons, changer vraiment la dynamique. »

Interrogé sur les préoccupations en matière de droits de l’homme entourant la politique lors d’une audience du comité restreint des affaires intérieures, Pursglove a déclaré que « dans l’ensemble, le Rwanda est un pays sûr et sécurisé » à utiliser pour la réinstallation. Il a affirmé qu’il n’y avait « pas de violations systématiques » des obligations en matière de droits humains dans le pays.

<gu-island name="EmbedBlockComponent" deferuntil="visible" props="{"html":" », »caption »: »Inscrivez-vous à la première édition, notre newsletter quotidienne gratuite – tous les matins en semaine à 7h00 BST », »isTracking »:false, »isMainMedia »:false, »source »: »The Guardian », »sourceDomain » : »theguardian.com »} »>

Inscrivez-vous à First Edition, notre newsletter quotidienne gratuite – tous les matins en semaine à 7h00 BST

Après l’annonce du programme de relocalisation du gouvernement, plus de 160 organisations caritatives et groupes de campagne ont appelé le Premier ministre à abandonner ce qu’ils ont décrit comme des plans « honteusement cruels ».

L’archevêque de Cantorbéry a utilisé son sermon de Pâques pour remettre en question cette décision, affirmant qu’il y avait « de sérieuses questions éthiques concernant l’envoi de demandeurs d’asile à l’étranger ».

May, elle-même ancienne ministre de l’Intérieur, a déclaré qu’elle ne soutenait pas l’idée « pour des raisons de légalité, de praticité et d’efficacité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick