Conflit Israël-Gaza: des filles tuées dans une frappe aérienne avaient dit à leurs parents «nous allons mourir, nous avons peur» | Nouvelles du monde

Fermée au monde, Gaza est bombardée pour se soumettre.

À l’intérieur de l’enclave côtière se trouve une scène de terreur et d’horreur quotidiennes. Les gens qui vivent ici le décrivent comme une prison.

La peur d’être pris dans le bombardement n’est que trop réelle.

Image:
La fumée monte lors d’une frappe aérienne israélienne dans la ville de Gaza

c’est l’histoire de 11 filles tuées la semaine dernière par les frappes aériennes israéliennes.

Nous les connaissons car ils ont été traités pour traumatisme et anxiété grave par le Conseil norvégien pour les réfugiés après des années de guerre.

Parmi elles se trouvaient les sœurs Yara, neuf ans, et Rula, qui n’avait que cinq ans. Ils sont morts avec 12 membres de leur famille, leur maison réduite à un tas de gravats.

Leur oncle, Awni al Kawlak, a déclaré que les filles vivaient dans un état constant de peur.

«Avant la guerre, les filles avaient vraiment, vraiment peur. Chaque fois qu’elles entendaient un son, les filles couraient et attrapaient leur mère et leur père et disaient« maman, nous allons mourir, nous avons peur ». C’est avant qu’elles ont été tués », a-t-il dit.

Une Palestinienne qui a fui sa maison familiale se réfugie dans une école gérée par l'ONU
Image:
Une Palestinienne qui a fui sa maison familiale se réfugie dans une école gérée par l’ONU

Les dégâts dans Gaza après de nombreux rounds de combats, il est étendu. La bande de Gaza est soumise à un blocus économique et militaire de la part d’Israël et de l’Égypte depuis 2007.

Le conseiller régional des médias du Conseil norvégien pour les réfugiés, Karl Shrembi, appelle cela un siège.

«Leur vie quotidienne, de leur naissance à leur mort, est contrôlée par Israël», a-t-il dit.

(De gauche à droite) Tala Ayman Abu al Auf, Rula Mohammad al Kawlak et Yara Mohammad al Kawlak.  Images: Photos de famille / DCIP / NRC
Image:
(De gauche à droite) Tala Ayman Abu al Auf, Rula Mohammad al Kawlak et Yara Mohammad al Kawlak sont morts dans des frappes aériennes. Images: Photos de famille / DCIP / NRC

«Partout où vous touchez à Gaza est peuplé de civils parce que c’est l’intention du siège de Gaza. Vous avez entassé deux millions de personnes contre leur gré dans une si petite bande de terre et ensuite vous dites que vous essayez d’éviter les civils, [yet] c’est plein de civils. « 

Israël dit que le blocus vise à empêcher le Hamas – désigné organisation terroriste par une grande partie du monde – de tirer des roquettes sur des zones civiles à l’intérieur d’Israël et de terroriser la population du pays.

Veuillez utiliser le navigateur Chrome pour un lecteur vidéo plus accessible

Un médecin de Gaza sur le traitement des victimes des frappes aériennes israéliennes

Mais le Premier ministre Benjamin Netanyahu subit une pression internationale croissante pour mettre fin à l’opération militaire.

Il a défendu les Forces de défense israéliennes lors d’une réunion de diplomates étrangers, affirmant qu’elle faisait tout ce qu’elle pouvait pour éviter de blesser des civils.

« Nous déployons des efforts sans précédent pour empêcher les victimes civiles. Quand vous voyez ces bâtiments tomber, il n’y a pas un seul civil mort là-bas », a-t-il déclaré.

Mais les jeunes meurent et sont blessés. Soixante et un enfants ont été tués à ce jour.

Un flux constant d’enfants est amené à l’hôpital d’Al Shifa, mais les soins qu’ils reçoivent sont élémentaires. Comme tout ici, les fournitures médicales s’épuisent.

Israël se dit déterminé à rétablir le calme et à imposer une dissuasion durable, mais les appels à un cessez-le-feu sont de plus en plus forts avec le durcissement des États-Unis.

Alors que la diplomatie s’éternise, ce sont ceux qui sont pris dans les combats qui continuent de souffrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick