Des soldats russes sont morts ou blessés à la suite d’un “événement” dans une centrale nucléaire ukrainienne occupée

Plusieurs soldats russes occupant une centrale nucléaire ukrainienne sont morts à la suite d’un « événement » inexpliqué dans la centrale, a affirmé le maire de la région.

Certains des soldats “avaient tellement peur qu’ils ont couru autour de la gare dans la panique”, a déclaré le maire en exil de la ville d’Enerhodar, dans le sud de l’Ukraine, Dmytro Orlov.

Enerhodar est le site de la centrale nucléaire de Zaporizhzhia, la plus grande centrale de ce type en Europe, responsable d’un cinquième des besoins énergétiques de l’Ukraine.

L’usine a été saisie par l’avancée des forces russes le 4 mars.

Sous contrôle russe, il continue de produire de l’électricité. Cependant, selon certaines informations, il est également utilisé comme magasin d’armes avec plusieurs lance-roquettes déplacés vers les terrains de la station sur les rives du fleuve Dnipro, d’une importance stratégique.

Kyiv contrôle la rive nord du Dnipro, en face de la centrale électrique, y compris le centre principal de la région de Zaporizhzhia et la petite ville de Nikopol.

“Événement” inexpliqué

Le gouvernement ukrainien a déclaré que les forces russes utilisaient des armes basées à l’usine pour bombarder des villes de l’autre côté de la voie navigable.

Lundi, le maire Orlov s’est rendu sur le site de médias sociaux Telegram pour dire qu’un “événement” s’était produit à la centrale électrique, mais les détails n’étaient pas clairs.

“Ce que l’on sait avec certitude (c’est que) dans l’après-midi, neuf soldats du pays terroriste (Russie) ont été transportés d’urgence à l’hôpital de la ville avec des blessures plus ou moins graves.

Lire aussi  Un journaliste français tué en Ukraine alors qu'il couvrait une opération humanitaire

« Certains sont traités en ambulatoire, d’autres sont hospitalisés. L’un d’eux dans un état grave – en soins intensifs », a-t-il écrit.

“Il y a aussi des morts, mais nous ne pouvons pas nommer leur nombre exact pour le moment.”

M. Orlov a poursuivi en disant qu’il “ne devinerait pas” ce qui avait conduit à “l’éclaircissement des rangs” des occupants.

« Nous ne pouvons qu’ajouter que les « orcs » (une insulte utilisée pour désigner les soldats russes) étaient si effrayés qu’ils ont couru autour de la station dans la panique.

“Pendant longtemps, ils ont bloqué deux équipes de personnel opérationnel qui étaient censées se remplacer”, a-t-il déclaré.

« Les occupants continuent de chercher des ennemis. Et, peut-être, ils commencent à se rendre compte que le bombardement cynique des colonies voisines, mené par eux depuis le territoire de la centrale nucléaire, ne passera pas sans laisser de trace pour eux.

On ne sait pas s’il y a eu un accident à la centrale nucléaire elle-même, que ce soit à l’intérieur de la centrale ou des armes qui y sont stockées, ou si la centrale a été attaquée par les forces ukrainiennes de l’autre côté du fleuve.

L’incident n’a pas été vérifié par d’autres sources.

La Russie tire des missiles depuis une centrale nucléaire

Les forces russes sont connues pour tirer sur Nikopol, situé sur la rive nord du Dnipro, depuis la centrale électrique de Zaporizhzhia.

Lundi, des missiles ont détruit 10 maisons dans la ville de 100 000 habitants. Deux personnes sont mortes dans une attaque similaire samedi lorsque 53 roquettes ont visé Nikopol.

Lire aussi  « Nous n'y retournerons pas » : des milliers de personnes se mobilisent pour le droit à l'avortement à travers les États-Unis | Nouvelles américaines

L’agence de presse russe Tass a rapporté des affirmations de l’administration d’occupation à Enerhodar selon lesquelles l’usine aurait été bombardée ces derniers jours par l’armée ukrainienne.

Il a été rapporté que quatre obus, lancés de l’autre côté du Dnipro, avaient atterri sur l’usine et que les attaques risquaient de provoquer une «catastrophe d’origine humaine».

On pense que jusqu’à 500 soldats russes sont maintenant basés à la centrale nucléaire.

Lors de sa capture, on craignait qu’un accident nucléaire ne se produise en raison des bombardements intensifs autour des six réacteurs de la centrale.

Si la Russie conserve le contrôle de la centrale électrique de Zaporizhzhia, elle espère l’utiliser à terme pour fournir de l’énergie à la région de Crimée que Moscou a annexée en 2014.

La semaine dernière, les autorités séparatistes soutenues par Moscou dans la partie de la région ukrainienne de Zaporizhzhia contrôlée par la Russie – y compris l’usine – ont déclaré qu’elles prévoyaient d’organiser un référendum sur l’adhésion à la Russie cette année.

“Nous organiserons un référendum cet automne”, a déclaré Yevgeny Balitsky, chef de l’administration installée à Moscou.

Il a insisté sur le fait que le plébiscite sera « transparent ».

“Nous voulons rejoindre la Russie en tant que région de Zaporizhzhia”, a-t-il déclaré aux journalistes lors d’un point de presse organisé par le ministère russe de la Défense et auquel participait l’-.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick