La Biélorussie tente de renvoyer le sprinteur olympique chez lui après des critiques

TOKYO—Une sprinteuse biélorusse qui avait critiqué publiquement les entraîneurs nationaux du pays aux Jeux olympiques de Tokyo a été emmenée dans un aéroport dans le but de la ramener chez elle contre son gré, a-t-elle déclaré dimanche, mais elle n’a pas pris l’avion.

“Je demande de l’aide au Comité international olympique”, a déclaré Krystsina Tsimanouskaya dans une vidéo publiée sur plusieurs sites Web de l’opposition biélorusse. « Ils ont fait pression sur moi et ils essaient de me faire sortir du pays sans mon consentement. Par conséquent, je demande au CIO d’intervenir dans cette situation.

Mme Tsimanouskaya a déclaré plus tard dimanche qu’elle était en sécurité dans un poste de police de Tokyo, selon la Fondation biélorusse de solidarité sportive, une organisation qui soutient les athlètes de l’opposition. Elle n’est pas montée à bord du vol, selon l’organisation.

La semaine dernière, Mme Tsimanouskaya s’est plainte sur les réseaux sociaux d’avoir été inscrite sur la liste du relais 4×400 mètres, prévu jeudi. Elle a déclaré dans un post Instagram qu’elle n’avait jamais couru cette course et les entraîneurs de l’équipe l’ont ajoutée au relais à son insu.

“Ils ont décidé de tout faire dans mon dos, malgré le fait que j’ai essayé de trouver cette information, mais que je n’ai reçu qu’un ignore”, a-t-elle écrit. “Croyez-moi, même si je n’ai jamais couru 400 mètres, je serais prêt à soutenir l’équipe et les filles et à aller sur la même piste avec elles, MAIS, je crois que les gens supérieurs devraient avoir du respect pour nous en tant qu’athlètes et parfois demander pour notre avis !

Lire aussi  Les investisseurs pourraient éviter l'Australie sans engagement net zéro en 2050, prévient la RBA | Banque de réserve d'Australie

.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick