La réduction de l’aide sape la vision de Global Britain

La vision de Boris Johnson de la Grande-Bretagne mondiale en tant que «superpuissance douce» est en train de prendre forme. Le Royaume-Uni accueille le sommet du G7 du mois prochain et les discussions cruciales sur le climat de la COP26 en novembre. Entre les deux, il accueillera avec le Kenya en juillet un sommet de collecte de fonds pour l’éducation mondiale. Cela rend le moment particulièrement malheureux pour la Grande-Bretagne de réduire son budget d’aide internationale de 0,7% du revenu national brut à 0,5%, soit environ 4 milliards de livres sterling. Cela n’érode pas seulement sa puissance douce, mais a un impact pratique très négatif.

Comme l’a rapporté le Financial Times, de nombreuses organisations non gouvernementales sont préparées à de graves difficultés financières. Dominic Raab, le ministre des Affaires étrangères, a identifié le mois dernier sept domaines prioritaires d’aide dans lesquels le gouvernement visait à fournir une «valeur pour les contribuables», y compris la sécurité sanitaire mondiale et l’éducation des filles. Ce qu’il n’a pas noté, c’est que le financement de l’éducation des filles est en baisse de 25% par rapport aux niveaux d’avant la pandémie et celui de la réponse humanitaire de 44%. Les ONG mettent en garde contre d’importantes coupes de financement dans des domaines tels que les projets d’assainissement, la planification familiale, le sida et les maladies tropicales négligées.

Les ministres affirment que le Royaume-Uni reste un «leader mondial en matière de développement international», le troisième donateur mondial l’an dernier avec 14,5 milliards de livres sterling. Même ses dépenses réduites le laisseront, en proportion du RNB, l’un des plus grands donateurs du G7 – bien que la France puisse dépasser le Royaume-Uni l’année prochaine. La pandémie a forcé des décisions difficiles; les emprunts publics au cours du dernier exercice se sont élevés à 300,3 milliards de livres sterling, le plus élevé depuis la seconde guerre mondiale. Le chancelier Rishi Sunak s’est engagé à annuler les réductions de l’aide «lorsque la situation économique le permettra».

Il devrait le faire le plus tôt possible. Quelles que soient les pressions exercées sur les finances publiques, une urgence sanitaire mondiale est précisément le mauvais moment pour réduire l’aide à l’étranger. Alors que le gouvernement exprime son engagement en faveur de la sécurité sanitaire mondiale, les réductions de divers budgets pourraient éroder les efforts mondiaux de lutte contre les maladies infectieuses telles que Covid-19, y compris la surveillance des maladies et les futurs canaux de distribution des vaccins.

Les médecins et les universitaires ont averti que des réductions plus larges de l’aide à la santé, à l’éducation et à la planification familiale ralentiraient les progrès et le développement de l’éducation et accéléreraient l’insécurité. Les militants pour le climat notent que l’aide au développement à l’étranger aide à financer des projets sur le changement climatique et à soutenir les pays vulnérables au climat. Le financement réduit la confiance des pays en développement, ce qui est essentiel pour faire de la présidence britannique de la COP26 un succès.

Il y a aussi des effets d’entraînement sur la recherche et les universités. UK Research and Innovation, l’organisme public de financement de la science, a écrit plus tôt cette année aux entreprises, aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche pour les avertir d’un déficit de financement de 120 millions de livres sterling pour l’exercice à venir en raison de réductions de l’APD.

La réduction de l’aide à l’étranger est populaire auprès de certains électeurs conservateurs. Mais il est myope et pourrait rebondir sur le Royaume-Uni. Plus il faut de temps pour contrôler le coronavirus à l’échelle mondiale, plus le risque que des variantes résistantes aux vaccins provoquent de nouvelles épidémies est grand. L’instabilité et le dénuement accrus dans le monde en développement augmenteront les migrants, dont certains se dirigeront vers les côtes britanniques.

L’examen de la politique étrangère du gouvernement en mars s’est fixé comme objectif d’être une «nation de résolution des problèmes et de partage du fardeau». Pourtant, si les 4 milliards de livres économisées grâce aux réductions de l’aide sont minimes par rapport aux emprunts contractés par le Royaume-Uni au cours de l’année écoulée, il peut financer des travaux vitaux. Parmi les pays du G7 qui se réuniront à Cornwall en juin, la Grande-Bretagne est le seul à réduire son aide. Ce sommet – ou sa préparation – serait un bon moment pour annoncer qu’il annule sa décision.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick