Le Canada va interdire l’équipement chinois Huawei/ZTE 5G pour protéger la sécurité nationale | Nouvelles du monde

Outaouais : Le Canada a déclaré jeudi qu’il prévoyait d’interdire l’utilisation des équipements 5G de Huawei Technologies Co Ltd et de ZTE Corp pour protéger la sécurité nationale, rejoignant ainsi le reste du réseau de partage de renseignements dit Five Eyes. « Nous avons l’intention d’exclure Huawei et ZTE de nos réseaux 5G », a déclaré le ministre de l’Industrie François-Philippe Champagne aux journalistes à Ottawa. « Les fournisseurs qui ont déjà installé cet équipement devront cesser de l’utiliser et le retirer dans le cadre des plans que nous annonçons aujourd’hui. »

Champagne a ajouté que les entreprises seront tenues de retirer leur équipement 5G d’ici juin 2024 et ne seront pas remboursées. Les entreprises utilisant leurs équipements 4G doivent être retirées d’ici fin 2027. La décision – largement attendue – avait été retardée en raison des tensions diplomatiques avec la Chine. Le reste du réseau Five Eyes – qui comprend le Canada, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie et la Nouvelle-Zélande – a déjà interdit l’équipement.

En septembre 2018, le Canada a annoncé pour la première fois qu’il examinerait les menaces possibles à la sécurité nationale en adoptant l’équipement Huawei. Puis, en décembre de la même année, le directeur financier de Huawei, Meng Wanzhou, a été arrêté au Canada sur mandat américain, créant un différend de longue date avec la Chine qui a finalement pris fin en septembre dernier avec la libération de Meng.

Après l’arrestation de Meng, deux Canadiens ont été arrêtés par Pékin et accusés d’espionnage. Les deux hommes ont été relâchés le même jour que Meng.

Maintenant, les tensions diplomatiques entre la Chine et le Canada se sont quelque peu apaisées. Mercredi, la Chine a levé une restriction de trois ans sur les importations de graines de canola canadiennes, annulant ce qui était considéré comme une mesure de représailles à l’arrestation de Meng. La décision de jeudi intervient après que les entreprises de télécommunications au Canada ont déjà choisi d’utiliser le matériel 5G d’autres entreprises.

Lire aussi  Novak Djokovic bénéficie d'une "exemption" du vaccin COVID pour participer à l'Open d'Australie | Nouvelles du monde

Un porte-parole de l’ambassade de Chine au Canada a déclaré que les prétendus problèmes de sécurité étaient un « prétexte pour la manipulation politique » et a accusé le Canada de travailler avec les États-Unis pour réprimer les entreprises chinoises.

Alykhan Velshi, vice-président des affaires générales de Huawei au Canada, a déclaré dans une interview à la Canadian Broadcasting Corp que la société attend toujours de savoir « quel type de menaces à la sécurité nationale, selon eux, représente Huawei ».

Velshi a déclaré que Huawei comptait toujours 1 500 employés au Canada, principalement en recherche et développement, et vendait des produits comme les téléphones mobiles, et continuerait de le faire.
ZTE n’a pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

En 2020, Bell Canada et son rival Telus Corp – deux des plus grands fournisseurs de services sans fil – se sont associés au suédois Ericsson et au finlandais Nokia Oyj pour construire des réseaux de télécommunications de cinquième génération (5G), abandonnant Huawei pour le projet malgré l’utilisation de Huawei 4G. engrenage.

En plus de l’interdiction, le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a déclaré que le Canada rédigerait une nouvelle législation pour protéger les infrastructures financières, de télécommunications, d’énergie et de transport critiques contre les cybermenaces.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick