Le juge envisage de desceller l’affidavit de recherche de Trump alors que les inquiétudes juridiques augmentent | Donald Trump

Un juge fédéral de Floride entendra jeudi des arguments sur l’opportunité de rendre public un affidavit utilisé pour justifier une perquisition dans le domaine de Donald Trump en Floride, alors que l’élargissement des différends juridiques sur plusieurs fronts s’intensifie contre l’ancien président et ses alliés.

Dans un dossier de 13 pages lundi, le ministère de la Justice s’est opposé aux efforts visant à desceller le document, arguant que cela « compromettrait l’intégrité de cette enquête de sécurité nationale » sur le traitement par Trump de certains des dossiers les plus étroitement détenus par le gouvernement après avoir quitté le Maison Blanche. Les procureurs ont déclaré que l’affidavit qui a donné au FBI une raison probable de fouiller la station balnéaire de Trump à Mar-a-Lago contenait des informations sensibles sur des témoins clés et a reconnu que son enquête impliquait “des éléments hautement classifiés”.

Bruce Reinhart, le juge magistrat fédéral qui a signé le mandat de perquisition, décidera de publier ou non l’affidavit, qui fournirait plus de détails sur l’enquête et la perquisition du FBI dans la résidence privée de Trump. Trump et ses alliés, dont certains membres du Congrès, ont également fait pression pour la publication de l’affidavit.

Mais les procureurs ont déclaré que l’affidavit ne devrait pas être descellé, car cela pourrait révéler la portée de l’enquête sur la rétention non autorisée par Trump de documents classifiés de la Maison Blanche.

“L’affidavit servirait de feuille de route à l’enquête en cours du gouvernement, fournissant des détails spécifiques sur sa direction et son cours probable”, ont écrit les procureurs. Ils ont également fait valoir que la publication du document pourrait compromettre la poursuite de l’enquête.

“La divulgation de l’affidavit du gouvernement à ce stade serait également susceptible de freiner la coopération future des témoins dont l’assistance pourrait être sollicitée au fur et à mesure que cette enquête progresse, ainsi que dans d’autres enquêtes très médiatisées”, ont ajouté les procureurs.

La semaine dernière, Reinhart a accepté de desceller le mandat de perquisition et une liste d’objets retirés de la propriété après que le ministère de la Justice, dans un geste rare, a demandé que les documents soient rendus publics compte tenu de “l’intérêt public substantiel” dans l’enquête. Trump ne s’est pas opposé à la publication des documents, qu’il avait mais a refusé de divulguer publiquement.

Des agents du FBI ont saisi une vingtaine de boîtes de matériel, parmi lesquelles des documents désignés “top secret”, une grâce accordée au proche allié de Trump, Roger Stone, et des informations relatives au “président de la France”, selon la liste des éléments retirés du propriété. Le mandat de perquisition, descellé vendredi, a révélé que des agents fédéraux enquêtaient sur une violation potentielle de la loi sur l’espionnage, entre autres lois.

Trump a cherché à se faire passer pour une victime d’une chasse aux sorcières politique conçue pour l’empêcher de se présenter aux élections, alors même que sa campagne partage allègrement des reportages affirmant que ses récents problèmes juridiques n’ont servi qu’à renforcer son soutien.

La bagarre autour de l’affidavit n’est que le dernier d’une série d’obstacles juridiques qui pourraient faire trébucher Trump et ses alliés les plus proches.

Cette semaine, l’ancien avocat de Trump, Rudy Giuliani, a été informé qu’il était la cible d’une enquête criminelle en cours en Géorgie liée aux efforts déployés par l’ancien président et son équipe juridique pour invalider la victoire électorale de Joe Biden dans l’État. La notification est intervenue alors qu’un juge fédéral a rejeté une tentative du sénateur républicain Lindsey Graham, un autre allié de premier plan de Trump, d’éviter de témoigner dans la même enquête devant le grand jury spécial d’Atlanta.

En tant qu’avocat personnel, Giuliani a dirigé les efforts pour maintenir Trump au pouvoir, ce qui comprenait des tentatives effrontées d’annuler les résultats des élections dans des États clés que Trump a perdus. Giuliani, l’ancien maire de New York, doit témoigner devant le grand jury spécial à Atlanta mercredi. Il devrait invoquer le privilège avocat-client sur les questions liées à ses discussions avec Trump sur ces efforts, a rapporté le Guardian.

Pendant ce temps, Trump a adopté une approche similaire lorsqu’il a été interrogé sous serment la semaine dernière dans le cadre de la longue enquête civile de l’État de New York sur ses pratiques commerciales. Dans un communiqué, Trump a affirmé n’avoir rien fait d’inapproprié, mais a invoqué son droit au cinquième amendement contre l’auto-incrimination.

Et tout cela s’inscrit dans le contexte de l’intensification de l’enquête du ministère de la Justice sur l’attaque du 6 janvier contre le Capitole américain et les tentatives de Trump d’inverser sa défaite. Le New York Times a rapporté lundi qu’Eric Herschmann, un avocat qui travaillait à la Maison Blanche de Trump, avait été assigné à comparaître par un grand jury fédéral. Pat Cipollone, qui a été avocat à la Maison Blanche, a également reçu une citation à comparaître, selon le Times.

Trump et ses alliés ont attaqué les diverses enquêtes judiciaires comme des actes répréhensibles politiquement motivés et niés.

Lire aussi  La fin du régime britannique non-dom pourrait rapporter au moins 3,2 milliards de livres sterling, selon une étude

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick