Le plan britannique sur les migrants attise les tensions avec la France

La Grande-Bretagne et la France se sont opposées jeudi aux plans signalés par Londres de refouler les bateaux transportant des migrants à travers la Manche, déclenchant l’alarme et la colère à Paris.

Au moins 14 100 personnes ont maintenant traversé la Manche vers le Royaume-Uni sur de petits bateaux cette année, selon l’agence de presse nationale britannique Press Association – quelque 6 000 de plus que pour l’ensemble de 2020.

Un record de 828 personnes a traversé la France en une seule journée fin août, les trafiquants profitant d’une météo favorable à la fin de l’été.

Le nombre croissant de bateaux s’avère de plus en plus embarrassant pour le ministre de l’Intérieur Priti Patel, qui s’est taillé la réputation d’être sévère envers l’immigration et la loi et l’ordre.

La « reprise du contrôle » de la frontière britannique a été un élément clé de la campagne visant à retirer le pays de l’Union européenne lors du référendum controversé sur le Brexit en 2016.

Mais plusieurs journaux ont déclaré qu’elle avait désormais obtenu des conseils juridiques et sanctionné l’utilisation de tactiques de « refoulement » pour faire reculer les petits bateaux avant qu’ils n’atteignent la côte sud de la Grande-Bretagne.

Le bureau du Premier ministre Boris Johnson à Downing Street a déclaré jeudi qu' »il est juste que notre Force frontalière dispose de la bonne gamme de tactiques pour résoudre ce problème ».

Patel aurait également menacé de retenir 54 millions d’euros (63 millions d’euros, 75 millions de dollars) de fonds promis à Paris pour aider à résoudre le problème.

Cependant, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré jeudi que la France n’accepterait pas que la Grande-Bretagne viole le droit maritime international.

Lire aussi  Zelenskyy s'exprime après la fuite d'un e-mail de l'ONU demandant au personnel de ne pas dire "guerre"

« La France n’acceptera aucune pratique qui enfreint le droit maritime, ni aucun chantage financier », a écrit Darmanin sur Twitter, au lendemain de sa rencontre avec Patel.

La France a pour politique de ne pas intercepter ou refouler les bateaux de migrants à moins qu’ils ne demandent de l’aide, et les escorte plutôt dans les eaux britanniques.

Cela a attisé la colère des médias britanniques et du gouvernement de Londres qui soutiennent le Brexit, qui accusent la France de se dérober à ses responsabilités.

Mais la France n’est pas d’accord, une source du ministère de l’Intérieur soulignant qu’elle compte 670 policiers et gendarmes stationnés le long de la côte utilisée pour lancer des bateaux.

Un record de 828 personnes a traversé la France en une seule journée fin août Photo : -/Ben STANSALL

L’année dernière, la France a empêché 62,5% des migrants de traverser, contre 52% l’année précédente, a indiqué la source.

« C’est donc un peu fort d’entendre que la France ne respecte pas ses engagements. »

Downing Street a insisté sur le fait que la Grande-Bretagne « n’enfreindrait pas le droit maritime » avec les nouveaux plans, bien qu’Amnesty International UK les ait qualifiés de « insensés, dangereux et presque certainement illégaux ».

Il a également rejeté les allégations de chantage, affirmant que « nous avons fourni à nos homologues français des sommes d’argent importantes et nous avons conclu un autre accord bilatéral soutenu par des millions de livres ».

La nouvelle stratégie annoncée par la Grande-Bretagne a été testée pendant des mois, supervisée par les Royal Marines, a déclaré le Daily Telegraph.

Cependant, les responsables des forces frontalières ont déclaré aux ministres que la tactique ne pouvait être utilisée que dans certaines circonstances et n’était pas une « solution miracle », a-t-il ajouté.

Johnson a déclaré mercredi au Parlement que la Grande-Bretagne devait utiliser toutes les tactiques possibles pour mettre fin au « commerce ignoble » de trafiquants amenant un nombre record de migrants.

Johnson a félicité Patel d’avoir traité le problème « de la meilleure façon possible, c’est-à-dire de s’assurer qu’ils ne quittent pas ces côtes françaises ».

En coopération avec la Grande-Bretagne, la France a doublé les effectifs policiers sur ses plages, empêchant plus de 10 000 tentatives de franchissement.

Les députés examinent attentivement la législation proposée par le gouvernement qui rendrait plus difficile le séjour de ceux qui entrent au Royaume-Uni en demandant l’asile.

De manière controversée, cela érigerait en infraction pénale le fait d’arriver sciemment au Royaume-Uni sans autorisation, provoquant la colère des organisations travaillant avec les demandeurs d’asile.

Copyright -. Tous les droits sont réservés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick