Le Royaume-Uni se prépare à fixer des objectifs climatiques plus stricts

Le Royaume-Uni s’engagera cette semaine à réduire davantage ses émissions de carbone alors qu’il se prépare à accueillir le sommet sur le climat de la COP26 de l’ONU plus tard cette année, selon des personnes informées du plan.

Le Premier ministre Boris Johnson annoncera dans les prochains jours un nouvel engagement visant à réduire les émissions de 78% d’ici 2035 par rapport aux niveaux de 1990. Le nouvel objectif britannique sera annoncé jeudi avant un grand sommet américain sur le climat, au cours duquel le président Joe Biden doit définir un nouvel objectif national pour la réduction des émissions de carbone aux États-Unis.

Le nouvel objectif du Royaume-Uni est un pas en avant par rapport à son objectif précédent d’une réduction de 68% des émissions d’ici 2030, qui était déjà l’un des plans les plus ambitieux des économies développées.

L’atteinte de l’objectif exigera des changements dans la plupart des activités industrielles, notamment: un système électrique qui fonctionne sans générer d’émissions de carbone; une réduction de la consommation de viande et de produits laitiers au Royaume-Uni; l’introduction de systèmes de chauffage à faible émission de carbone dans les maisons; et planter plus de terres boisées, selon un rapport du Comité sur les changements climatiques, le groupe consultatif indépendant du gouvernement.

Le Royaume-Uni a été l’une des premières grandes économies à s’engager à atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2050. Les États-Unis devraient adopter un objectif similaire sous l’administration Biden.

Les émissions provenant de l’aviation et du transport maritime internationaux devraient être incluses dans le nouvel objectif britannique, selon des personnes familières avec les plans du gouvernement, ce qui représente une victoire majeure pour les groupes environnementaux.

Lire aussi  Priti Patel critiquée pour la demande d'asile « manège » concernant le suspect de Liverpool | Nouvelles du Royaume-Uni

En tant qu’hôte de la COP26 à Glasgow en novembre, le Royaume-Uni a tenté de convaincre d’autres pays d’adopter des objectifs climatiques plus ambitieux avant la réunion.

Cet effort a été fortement stimulé lorsque les États-Unis ont rejoint l’accord de Paris sur le climat en janvier. Johnson devrait assister au sommet virtuel de Biden plus tard cette semaine.

Cependant, la pandémie a contrecarré les efforts pour organiser la logistique physique de la COP26, déjà retardée d’un an en raison du coronavirus. Le Royaume-Uni élabore des plans d’urgence qui incluent un sommet virtuel, le report de l’événement ou un modèle hybride avec seulement un petit nombre de participants.

«Nous travaillons très dur pour nous assurer que nous avons une COP physique en personne, en tenant bien sûr compte de toutes les éventualités liées à Covid», a déclaré le président du sommet Alok Sharma la semaine dernière.

“Je ne sens aucun désir parmi les partis d’un nouveau report”, a-t-il ajouté.

Johnson a fait des politiques vertes une priorité, introduisant une interdiction à partir de 2030 de la vente de nouvelles voitures à essence et de nouveaux objectifs importants pour la production éolienne offshore, bien que certains groupes environnementaux disent qu’il n’est pas allé assez loin.

Le gouvernement a été sévèrement critiqué plus tôt cette année pour avoir approuvé une mine de charbon en Cumbria, qui aurait été la première nouvelle mine de charbon en profondeur au Royaume-Uni pendant 30 ans. Cette décision a par la suite été annulée et la mine a été suspendue.

Le nouvel objectif climatique, qui couvrira le sixième budget carbone du Royaume-Uni (2033-2037), est conforme aux recommandations formulées par le comité sur le changement climatique.

Lire aussi  "Il pourrait être un bon président" : Tucker Carlson est-il le prochain Donald Trump ? | Républicains

Le Département de l’énergie des entreprises et de la stratégie industrielle a déclaré: «Nous fixerons prochainement notre ambition pour le budget carbone Six, en tenant compte des derniers conseils du Comité sur le changement climatique.»

Suivez @FTclimate sur Instagram

Capitale climatique

Là où le changement climatique rencontre les affaires, les marchés et la politique. Découvrez la couverture du FT ici

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick