Le Sri Lanka impose l’état d’urgence après la fuite du président

COLOMBO, Sri Lanka – Le président du Sri Lanka a fui le pays et a nommé le Premier ministre comme chef par intérim, a déclaré le président du parlement, alors que les manifestants ont fait irruption dans le bureau du Premier ministre et que l’île a été placée sous état d’urgence.

Le président Gotabaya Rajapaksa a quitté le Sri Lanka à bord d’un avion militaire à destination des Maldives aux premières heures de mercredi matin avec sa femme et deux gardes du corps, ont indiqué l’armée de l’air du pays et un responsable de l’immigration. Il devait officiellement démissionner ce jour-là pour faire place à un gouvernement intérimaire multipartite. Le Premier ministre, Ranil Wickremesinghe, a également annoncé qu’il démissionnerait.

Les développements ont suscité la colère des manifestants qui protestent depuis des mois contre la gestion par le gouvernement de la pire crise économique du Sri Lanka depuis des décennies. Des hélicoptères de l’armée ont survolé et la police a déployé des canons à eau et des gaz lacrymogènes, mais n’a pas été en mesure d’empêcher des hordes de manifestants de prendre d’assaut le bureau du Premier ministre, dans des scènes rappelant le soulèvement populaire de samedi qui a vu des milliers de personnes occuper la résidence officielle du président, son bureau en bord de mer et la maison du premier ministre. Mercredi également, le radiodiffuseur d’État du Sri Lanka a temporairement interrompu la transmission après que des manifestants sont entrés dans le studio lors d’une émission en direct.

La police a utilisé des gaz lacrymogènes alors que les manifestants ont pris d’assaut l’enceinte du bureau du Premier ministre à Colombo, au Sri Lanka, mercredi.


Photo:

Rafiq Maqbool/Associated Press

Le président du parlement, Mahinda Yapa Abeywardena, un allié de Rajapaksa qui a servi de canal pour les communications du président ces derniers jours, a déclaré que le président avait nommé M. Wickremesinghe pour agir en son nom lorsqu’il était hors du pays. La constitution du Sri Lanka autorise une telle nomination. Dans une déclaration ultérieure, l’orateur a déclaré que le président avait réitéré son intention de démissionner et soumettrait sa lettre de démission d’ici la fin de mercredi, et qu’un nouveau président serait élu le 20 juillet.

Plus tôt mercredi, alors que les manifestants assiègent son bureau, M. Wickremesinghe a déclaré l’état d’urgence dans tout le pays et un couvre-feu à Colombo et dans la province environnante, tout en ordonnant l’arrestation de toute personne se livrant à un comportement émeute. Cependant, dans la confusion emblématique de l’incertitude sur qui est en charge, les politiciens de l’opposition ont remis en question son autorité pour le faire.

Le Sri Lanka a déclaré l’état d’urgence et imposé des couvre-feux à plusieurs reprises ces derniers mois pour tenter de freiner les manifestations et de rétablir l’ordre, sans grand effet.

Le Premier ministre Ranil Wickremesinghe a annoncé lui aussi qu’il démissionnerait.


Photo:

Bouddhika Weerasinghe/Bloomberg News

M. Rajapaksa n’a pas été vu du public et est resté silencieux depuis que le président du Parlement a déclaré samedi que le président l’avait informé de son intention de démissionner. La crise économique du pays a intensifié les accusations de népotisme et de corruption de la part des manifestants et des opposants politiques, ce qu’il nie ; en démissionnant, M. Rajapaksa ne bénéficierait plus de l’immunité de poursuites.

L’orateur a déclaré dimanche à la BBC que le président avait quitté le pays pour une courte visite. Mais lundi, dans une interview ultérieure avec le Wall Street Journal, il a déclaré qu’il s’était trompé et que si une lettre signée du président suffirait pour une démission, il s’était attendu à ce que M. Rajapaksa soit à Colombo pour démissionner en personne. mercredi.

Le ministère des Affaires étrangères des Maldives n’a fait aucun commentaire, a déclaré un porte-parole. Un porte-parole du président des Maldives, Ibrahim Mohamed Solih, n’a pas immédiatement répondu aux questions.

La pandémie de coronavirus a décimé les revenus du tourisme du Sri Lanka, aggravant une situation financière précaire qui découlait de son accumulation de dettes sur les dépenses d’infrastructure et des réductions d’impôt radicales qui ont drainé les recettes publiques, ainsi qu’une interdiction des engrais chimiques qui a réduit la production agricole.

La crise économique des derniers mois a vu le Sri Lanka lutter pour importer du carburant alors que ses réserves de change s’amenuisaient à près de zéro, entraînant des files d’attente de plusieurs heures aux pompes, des pannes d’électricité et des rationnements. La crise a progressivement érodé l’emprise de la famille Rajapaksa sur le pouvoir. Un autre frère, Mahinda Rajapaksa, qui occupait le poste de Premier ministre, a démissionné en mai, le mois où le pays a fait défaut sur sa dette souveraine.

Tôt mardi, Basil Rajapaksa, l’ancien ministre des Finances et frère du président Gotabaya Rajapaksa, a cherché à embarquer sur un vol Emirates vers les États-Unis, via Dubaï, via une salle d’embarquement VIP du principal aéroport international de Colombo, ont déclaré des responsables de l’immigration. Mais pour montrer à quel point le sentiment public s’est détérioré contre la famille Rajapaksa, le personnel du salon a quitté le travail, laissant l’ancien ministre incapable d’autoriser l’immigration, ont déclaré des responsables de l’immigration.

Basil Rajapaksa n’a pas répondu aux demandes de commentaires et sa localisation actuelle n’est pas claire.

Les manifestants ont continué d’occuper le palais présidentiel au Sri Lanka, profitant de la piscine de l’enceinte et s’entraînant dans la salle de sport. Le président du Parlement sri-lankais a déclaré que le président Gotabaya Rajapaksa avait l’intention de se retirer après la prise d’assaut de sa résidence samedi. (Publié le 11 juillet 2022) Photo : Chamila Karunarathne/ EPA-EFE via Shutterstock

Écrire à Philip Wen à [email protected]

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Lire aussi  "Nancy, je vais avec toi": les alliés de Trump soutiennent la visite proposée de Pelosi à Taiwan | politique étrangère américaine

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick