Les conservateurs de Boris Johnson ont renoncé à sauver le syndicat britannique

Boris Johnson dirige le parti conservateur et unioniste, ainsi nommé pour marquer son opposition à l’Irish Home Rule au tournant du 20e siècle. Si, comme cela semble maintenant tout à fait possible, l’union de l’Angleterre, de l’Écosse, du Pays de Galles et de l’Irlande du Nord est sur le point de se fracturer, ce sera parce que le parti du Premier ministre a laissé derrière lui son histoire. Les conservateurs sont devenus indifférents aux liens de l’Angleterre avec ses voisins celtiques.

Par tempérament, Johnson ne s’est jamais beaucoup intéressé à l’Écosse, où le parti national écossais de Nicola Sturgeon fait pression pour un référendum sur l’indépendance. Son attachement à l’Irlande du Nord est encore plus faible. Après avoir promis aux alliés des conservateurs du parti unioniste démocrate qu’il n’autoriserait jamais une frontière économique dans la mer d’Irlande, il a signé un accord sur le Brexit avec Bruxelles qui fait précisément cela.

La campagne pour quitter l’UE menée par Johnson en 2016 était essentiellement une expression du nationalisme anglais. Il s’oppose à la séparation avec l’Écosse uniquement parce que cela porterait un coup dur à la stature internationale de l’Angleterre. L’éclatement d’une union s’étendant sur plus de trois siècles serait tout à fait susceptible de déstabiliser la monarchie britannique. Plus important pour Johnson, cela le verrait probablement démis de ses fonctions.

L’éloignement de son parti du syndicalisme témoigne de changements dans la démographie électorale et la répartition du pouvoir. Ses membres de la base se sont atrophiés partout, mais ils sont également devenus moins «écossais». Les conservateurs détiennent six des 59 sièges de l’Écosse à Westminster. En 2017-2019, le bilan était capiteux de 13. Ce sont des filigranes élevés. Le parti a été anéanti en 1997 et de 2001 à 2017 ne pouvait se vanter que d’un seul siège écossais.

Lire aussi  Premier League indienne: les Super Kings de Chennai ont battu les Punjab Kings par six guichets pour la première victoire de l'année

L’avancée impitoyable du SNP a infligé des défaites encore plus importantes aux travaillistes, longtemps parti dominant de l’Écosse. Mais il y a une différence importante. Le travail ne peut pas se permettre d’abandonner l’Écosse; il a besoin de sièges écossais pour obtenir une majorité à Westminster. Les conservateurs peuvent se prononcer avec des votes anglais.

Des recherches menées en 2018 par le Centre on Constitutional Change de l’université d’Édimbourg ont indiqué que près des trois quarts des électeurs conservateurs anglais accepteraient le départ de l’Écosse comme un prix à payer pour le Brexit. Une enquête YouGov de 2019 a révélé que 63% des militants du parti conservateur sacrifieraient le syndicat pour quitter l’UE. Il y avait une indifférence similaire à l’égard de l’Irlande du Nord.

L’adhésion du parti au nationalisme anglais est soulignée par son avance dans les anciens bastions travaillistes du nord de l’Angleterre. L’Écosse a largement voté pour rester dans l’UE. Les nouveaux sièges «mur rouge» de Johnson en Angleterre étaient solidement derrière le Brexit. L’attention qu’ils reçoivent de Downing Street ne passe pas inaperçue en Écosse et en Irlande du Nord.

Les fanfaronnades de Johnson en réponse à Covid-19 ont montré une collision de cultures politiques. Les résultats pour la santé en Angleterre et en Écosse ont été similaires, mais la réputation de Chirurgien a augmenté en réponse à son style prudent et délibératif. Les notes de Johnson en Écosse sont si profondes en territoire négatif que les assistants lui ont déconseillé d’apparaître à la campagne avant les élections de Holyrood de la semaine prochaine.

Lire aussi  Incendie de Big Sur : des centaines de pompiers combattent un incendie qui fait rage en Californie | Californie

Le SNP doit encore faire face aux coûts économiques de la séparation. Le prix de l’adhésion à l’UE serait une frontière avec l’Angleterre. Les syndicalistes ont d’autres cartes à jouer. Un règlement constitutionnel plus souple pourrait ramener à bord des Écossais qui se contenteraient d’une plus grande autonomie.

Johnson, cependant, a montré son mépris pour la décentralisation en frappant dans la direction opposée. Le Brexit a été déployé pour réaffirmer la suprématie de Westminster. Le premier ministre dit qu’il refusera tout simplement la demande référendaire de Sturgeon. Un tel veto verrait un partenariat basé sur le consentement remplacé par un autre régi par la coercition anglaise. Ce serait un cadeau pour le SNP. Les conservateurs écossais savent que la position de Johnson n’est pas viable. Ils ont averti que, quelles que soient ses paroles, une victoire du SNP serait en effet le prélude à un plébiscite.

Sturgeon veut l’indépendance. Le DUP d’Irlande du Nord craint que l’indifférence de Downing Street à l’égard du délicat équilibre établi avec le nationalisme irlandais dans l’accord du Vendredi saint ne pousse la province hors de l’Union. Les émeutes dans les rues reflètent les craintes d’abandon des syndicalistes. En donnant la priorité à un Brexit dur pour l’Angleterre par rapport aux arrangements frontaliers pour l’Irlande du Nord, Johnson a mis l’économie du côté du nationalisme irlandais.

Rien n’est prédéterminé. Mais l’avenir du syndicat britannique repose avant tout sur l’engagement sans réserve envers l’entreprise de sa nation la plus puissante. Il ne survivra pas longtemps au tournant du nationalisme anglais.

Lire aussi  Le puissant typhon Noru gagne en force, provoquant des évacuations aux Philippines

[email protected]

Suivez Philip Stephens avec myFT et sur Twitter

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick