Les conservateurs risquent d’être consumés par le faragisme

Le grand shakedown est de retour. Depuis 25 ans, les conservateurs sont terrorisés par les populistes à l’extérieur et les durs à l’intérieur. Leader après leader a jeté de la viande rouge sur leur flanc droit dans l’espoir qu’un dernier repas fera taire leurs aboiements pour être surpris quand ce n’est pas le cas.

Une fois, le combat portait sur la sortie de l’UE, puis sur la sécurisation d’un “vrai” Brexit. Maintenant, c’est fini l’immigration et les demandeurs d’asile qui traversent la Manche sur de petits bateaux. Dans chaque cas, le stratagème est le même. Les députés conservateurs jouent sur la menace d’un petit parti à leur droite, d’abord l’Ukip, puis le parti du Brexit, pour contraindre les dirigeants à adopter une position plus dure.

Les députés conservateurs crient désormais sur une petite hausse dans les sondages pour Reform UK, le successeur moins cohérent du parti du Brexit, dirigé non plus par Nigel Farage mais par son ancien adjoint inefficace. Il ne peut pas gagner de sièges mais peut servir de spoiler dans certaines circonscriptions, siphonnant les votes des conservateurs. Et Farage, un populiste indiscutablement de premier ordre maintenant à la retraite dans une vie de punditry, nargue à nouveau les conservateurs avec des allusions à un retour, provoqué par les «trahisons» conservatrices.

Mais les dirigeants conservateurs qui se plient à cette aile, comme tout le monde depuis John Major, ne peuvent jamais être assez purs : le Premier ministre, Rishi Sunak, un Brexiter et Thatcherien engagé, est ridiculisé en tant que socialiste. C’est aussi un piège : le parti est poussé à des promesses toujours plus incendiaires qu’il ne peut tenir.

Lire aussi  Le fantôme de la fixation du père d'un auteur hante-t-il les mémoires du prince Harry ? | Tim Adams

Sunak ne ressemble pas à l’homme pour inverser la tendance. Au milieu d’un ralentissement économique, de grèves, d’une guerre européenne et d’une crise des services publics, le Premier ministre passe jusqu’à un tiers de son temps sur la question intermédiaire des demandeurs d’asile. La promesse de contrôler les frontières était au cœur de l’appel des conservateurs aux électeurs de la classe ouvrière. Sunak, comme Johnson avant lui, voit le danger de donner l’impression d’avoir perdu son emprise.

Il considère la lutte contre les petits bateaux comme la clé pour étouffer cette menace politique. Avec un nombre élevé de personnes venant d’Albanie, les conservateurs envisagent de la désigner comme un pays sûr, rendant les arrivées inéligibles à l’asile. Il peut également renforcer la loi sur l’esclavage moderne pour empêcher son utilisation abusive par ceux qui cherchent à rester. Ces deux mesures auront plus d’impact que le plan brutal, coûteux et presque certainement inefficace d’envoyer des demandeurs d’asile au Rwanda.

Mais l’espoir que cela fera fuir la droite populiste est une illusion. Même réduire de moitié les arrivées ne fera pas taire les critiques qui ne souhaitent pas être satisfaits. L’immigration est leur problème central. Ils ont besoin du langage de la trahison, sur ceci ou sur le Brexit, pour rester pertinents. Si l’entrée illégale s’estompe en tant que ligne d’attaque, ils passeront aux numéros légaux, qui ont augmenté depuis le Brexit. La semaine dernière, Farage a répondu aux dernières données du recensement en mettant en évidence les villes qu’il a qualifiées de “minoritaires blanches” et en notant que moins de la moitié des adultes s’identifient désormais comme chrétiens. Ses affirmations ne tenaient pas compte des Britanniques non blancs ni de l’admission que le changement de foi était dû à l’athéisme et non aux nouveaux arrivants. Il n’est pas nécessaire d’être un chien pour entendre ce sifflement. Et l’agitation ne s’arrêtera pas aux petits bateaux.

Lire aussi  La Nouvelle-Zélande interdit les cages en batterie pour les poules – mais le remplacement « tout aussi mauvais » | Nouvelle-Zélande

Les députés conservateurs, quant à eux, utilisent la question pour pousser des projets favoris comme le retrait de la Convention européenne des droits de l’homme. D’autres utilisent la menace Farage pour monter d’autres chevaux de loisir, comme se réengager dans les combustibles fossiles.

Dans un système électoral qui offre peu d’espoir aux petits partis, les Faragistes comprennent que le moyen le plus efficace d’influencer la politique est de s’emparer de l’un des principaux partis. Si vous ne pouvez pas, la meilleure chose à faire est de le faire chanter pour qu’il adopte vos politiques.

La réalité est que la réforme est en grande partie un réceptacle pour les conservateurs déjà désenchantés qui pourraient autrement s’abstenir. Le véritable ennemi des conservateurs aux prochaines élections est l’apathie, provoquée principalement par l’inexécution. Et puisque faire peur au gouvernement est la véritable stratégie, les Faragistes cherchent à attiser le mécontentement qui conduit à cette apathie.

Mais ce n’est pas seulement un combat pour les prochaines élections, cela fait partie de la lutte en cours pour le parti. Déjà, la droite conservatrice se prépare à l’opposition en imputant la défaite attendue à un écart par rapport aux vrais principes conservateurs. Ils adhèrent ouvertement au récit de la trahison sur les impôts, l’immigration, les blocages de Covid, la pureté du Brexit et le zéro net. Certains prêchent la Trussonomics comme si son gouvernement ne l’avait jamais essayée.

Fait révélateur, de nombreuses plates-formes faragistes ont une cabale correspondante de députés conservateurs, les ultras du Brexit dans le groupe de recherche européen, le groupe de récupération Covid, le groupe Net Zero Scrutiny. Un stratège craint que “certains ne soient tentés de faire le plein d’Orban”.

Lire aussi  Les manifestations contre le HS2 devraient coûter jusqu'à 200 millions de livres sterling à la ligne ferroviaire britannique à grande vitesse

Mais vous ne pouvez pas trouver suffisamment d’électeurs dont vous avez besoin pour chasser les préoccupations d’un parti nativiste à un seul chiffre. Le terrain central peut favoriser les interventionnistes économiques et le conservatisme social, mais leurs principales préoccupations sont plus courantes. Les conservateurs ne peuvent pas non plus complètement aliéner les partisans libéraux.

Les problèmes qui nuiront vraiment aux conservateurs sont les services publics médiocres, la mauvaise gestion de l’économie, le coût de la vie, la non-livraison lors du nivellement vers le haut et, oui, l’immigration. Sunak n’est pas idiot de donner la priorité aux petits bateaux, mais les électeurs recherchent le contrôle et non la monomanie.

Boris Johnson le savait et a tempéré son flanc droit sur les conflits culturels. Les conservateurs peuvent neutraliser la droite dure mais ils ne peuvent pas se permettre d’être consumés par ses obsessions. Finalement, ils doivent résister au shake-down.

Le succès est toujours venu du mariage des forces de la réaction avec celles de la légère modernité. Les conservateurs ont prospéré en tant que parti d’aspirations, de confort et de complaisance. Ils ne peuvent pas continuer à gagner s’ils sont uniquement le parti des fâchés.

[email protected]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick