Les dirigeants du G-7 se mobilisent pour l’appel de Biden à défier la Chine

CARBIS BAY, Angleterre—Les dirigeants du Groupe des sept démocraties riches ont appelé dimanche la Chine à respecter les droits de l’homme alors que le président Biden cherche à former une coalition internationale pour contrer l’influence chinoise.

Malgré certaines inquiétudes initiales de plusieurs dirigeants européens selon lesquelles un langage énergique pourrait contrarier la Chine, le communiqué final publié dimanche à l’issue du premier sommet en personne du G-7 en près de deux ans a nommé Pékin, mais n’a pas abouti à une condamnation catégorique.

La déclaration a appelé la Chine à respecter les droits de l’homme et la liberté, en particulier dans la région du Xinjiang au nord-ouest de la Chine et à Hong Kong. Il a également présenté des plans pour contrer l’influence chinoise dans les pays en développement avec le G-7 s’associant pour financer des projets d’infrastructure. Le groupe des nations riches a également appelé à une enquête transparente sur les origines de Covid-19.

Des groupes de défense des droits de l’homme et les gouvernements américain et britannique ont allégué que les autorités chinoises commettaient un génocide contre les Ouïghours, un groupe minoritaire musulman, et recouraient au travail forcé au Xinjiang. Le gouvernement chinois a qualifié les allégations de mensonges, affirmant qu’il combat le terrorisme et améliore les moyens de subsistance au Xinjiang.

À Hong Kong, la Chine a réprimé les personnalités de l’opposition et étouffé les critiques, en utilisant une nouvelle loi sur la sécurité qu’elle a imposée sur l’ancien territoire britannique.

.

Lire aussi  Les talibans affirment qu'ils ignoraient que le chef d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahri, se trouvait en Afghanistan

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick