Les États-Unis et le Japon conviennent de maximiser la pression diplomatique sur la Corée du Nord

TOKYO – Les diplomates américains et japonais ont convenu mardi de maximiser la pression sur la Corée du Nord pour résoudre les tensions sur son programme nucléaire, tout en invoquant la nécessité de se préparer au pire en cas d’échec de la diplomatie.

Le secrétaire d’État adjoint américain John Sullivan, après avoir rencontré son homologue japonais, Shinsuke Sugiyama, a déclaré aux journalistes que le département d’État se concentre toujours sur la diplomatie pour résoudre le problème et éventuellement dénucléariser la péninsule coréenne.

«Nous devons cependant, avec nos alliés au Japon, en Corée du Sud et ailleurs, être préparés au pire en cas d’échec de la diplomatie», a-t-il déclaré. Les États-Unis doivent être prêts à se défendre et à défendre leurs alliés, a-t-il déclaré.

Sugiyama, informant les journalistes séparément, a réitéré le soutien du Japon à la politique du président Donald Trump de garder toutes les options ouvertes, mais a souligné la nécessité d’une solution diplomatique en renforçant la coopération entre le Japon, les États-Unis et la Corée du Sud, ainsi que via la coopération avec la Chine et la Russie.

Les deux diplomates rejoindront leur homologue sud-coréen à Séoul pour de nouveaux entretiens mercredi sur la Corée du Nord.

LIRE LA SUITE: Rex Tillerson dit de continuer la diplomatie avec la Corée du Nord “ jusqu’à ce que la première bombe tombe ”

Les pourparlers interviennent alors que les États-Unis et la Corée du Sud organisent des exercices navals conjoints cette semaine. Ils mènent régulièrement des exercices conjoints, bien que la Corée du Nord les condamne comme une répétition d’invasion.

L’ambassadeur adjoint de la Corée du Nord à l’ONU a averti lundi que la situation dans la péninsule «avait atteint le point de contact et une guerre nucléaire pourrait éclater à tout moment».

Lire aussi  Affaire de meurtre résolue après deux ans ; Un ex «misogyne» admet sa culpabilité pour éviter la peine de mort

Kim In Ryong a déclaré au comité de désarmement de l’Assemblée générale de l’ONU que la Corée du Nord a été soumise à une menace nucléaire directe des États-Unis et qu’elle a le droit de posséder des armes nucléaires en légitime défense.

Il a évoqué les exercices militaires et ce qu’il a appelé un plan américain pour organiser une «opération secrète visant à la destitution de notre direction suprême».

Le discours de Kim fait suite à des sanctions de plus en plus sévères de l’ONU. Le président russe Vladimir Poutine a déclaré que son pays réduisait ses relations économiques, scientifiques et autres avec la Corée du Nord conformément aux sanctions de l’ONU, et l’Union européenne a également annoncé de nouvelles sanctions.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick