Les manifestants défient la répression dans les universités iraniennes | L’Iran

Les manifestants défient la répression dans les universités iraniennes |  L’Iran

Des étudiants ont manifesté dans des universités à travers l’Iran, défiant une répression sanglante alors que les tensions montaient à la veille des cérémonies prévues marquant les 40 jours depuis la mort de Mahsa Amini.

“Un étudiant peut mourir mais n’acceptera pas l’humiliation”, ont scandé des manifestants à l’université Shahid Chamran d’Ahvaz, dans la province du Khouzistan, dans le sud-ouest, dans une vidéo en ligne vérifiée par l’-.

Les jeunes femmes et les écolières ont été à l’avant-garde des manifestations déclenchées par la mort d’Amini le mois dernier, après son arrestation pour violation présumée du code vestimentaire strict de la république islamique pour les femmes.

L’Iranienne d’origine kurde de 22 ans est décédée trois jours après avoir été placée en garde à vue par la tristement célèbre police des mœurs le 13 septembre alors qu’elle se rendait à Téhéran avec son jeune frère.

Les militants ont déclaré que les services de sécurité avaient mis en garde la famille d’Amini contre la tenue d’une cérémonie et de ne pas demander aux gens de visiter sa tombe mercredi dans la province du Kurdistan, sinon “ils devraient s’inquiéter pour la vie de leur fils”.

Mercredi marque 40 jours depuis la mort d’Amini et la fin de la période de deuil traditionnel en Iran.

L’agence de presse d’État IRNA a publié une déclaration qui proviendrait de la famille, disant que “compte tenu des circonstances et afin d’éviter tout problème malheureux, nous n’organiserons pas de cérémonie marquant le 40e jour”.

Les militants ont déclaré que la déclaration avait été faite sous la pression et que des hommages étaient néanmoins attendus sur la tombe d’Amini.

Lire aussi  Mykhailo Mudryk: Chelsea signe l'attaquant ukrainien du Shakhtar Donetsk

Des vidéos en ligne montraient des étudiants manifestant mardi à l’Université Beheshti et à l’Université de technologie Khaje Nasir Toosi, toutes deux à Téhéran, ainsi qu’à l’Université Shahid Chamran d’Ahvaz, dans la province du Khuzestan.

Les nouvelles manifestations ont eu lieu après que des militants ont accusé les forces de sécurité d’avoir battu lundi des écolières de l’école professionnelle pour filles Shahid Sadr à Téhéran. « Des élèves du lycée Sadr de Téhéran ont été attaqués, fouillés à nu et battus », a déclaré la chaîne de médias sociaux 1500tasvir.

Au moins une étudiante, Sana Soleimani, 16 ans, avait été hospitalisée, a indiqué 1500tasvir, qui relate les violations des droits par les forces de sécurité iraniennes. « Plus tard, les parents ont protesté devant l’école. Les forces de sécurité ont attaqué le quartier et tiré sur les maisons des gens », a-t-il ajouté.

Le ministère de l’Éducation a déclaré qu’un différend avait éclaté entre des écolières et leurs parents et le personnel de l’école après que le directeur leur ait demandé de respecter les règles d’utilisation des téléphones portables.

“La mort d’un étudiant dans cette confrontation est fermement démentie”, a déclaré un porte-parole du ministère, cité par l’agence de presse iranienne ISNA.

Des familles ont été vues en train de réclamer des informations à l’extérieur de l’école du quartier de Salsabil à Téhéran, dans une vidéo en ligne vérifiée par l’-.

De tels rapports ont alimenté une nouvelle colère face à la répression qui, selon le groupe Iran Human Rights (IHR) basé à Oslo, a coûté la vie à au moins 141 manifestants.

Lire aussi  Roman Protasevich: un activiste biélorusse qui `` a refusé de vivre dans la peur ''

Des troubles meurtriers ont frappé en particulier la province d’origine d’Amini, le Kurdistan, mais aussi Zahedan dans l’extrême sud-est, où IHR a déclaré que 93 personnes avaient été tuées lors de manifestations qui ont éclaté le 30 septembre à la suite du viol signalé d’une adolescente par un commandant de police.

Malgré ce que le groupe de défense des droits Amnesty International a qualifié de «répression brutale et implacable», de jeunes femmes et hommes ont de nouveau été vus manifester dans des vidéos en ligne mardi. “Mort au dictateur” et “Mort aux gardiens de la révolution”, scandaient des femmes dans les stations de métro de Téhéran, dans des vidéos partagées sur Twitter.

Amnesty affirme que la répression a coûté la vie à au moins 23 enfants, tandis que IHR a déclaré mardi qu’au moins 29 enfants avaient été tués.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick