Home » Les ministres britanniques demandent aux dirigeants d’entreprise de former un “ conseil d’investissement ”

Les ministres britanniques demandent aux dirigeants d’entreprise de former un “ conseil d’investissement ”

by Les Actualites

Les ministres ont demandé aux chefs d’entreprise de former un «conseil d’investissement» qui conseillera le gouvernement sur la manière de stimuler la compétitivité mondiale du Royaume-Uni et d’aider à attirer des investisseurs étrangers vers des projets nationaux clés.

Plus de 30 cadres de grandes multinationales de divers secteurs ont été approchés pour assumer des rôles au sein du nouveau conseil, selon plusieurs personnes familières avec les plans. Les entreprises invitées à participer comprennent Kraft Heinz, HP et Publicis, ont-ils ajouté.

Le groupe, qui comprendra jusqu’à 40 membres, donnera des conseils sur la façon d’encourager le commerce mondial et d’attirer des fonds étrangers vers des projets britanniques sous la direction du ministre des Investissements Lord Gerry Grimstone, ancien président de la Standard Life Aberdeen.

Aucun des cadres ne sera rémunéré pour son travail au sein du conseil et ils ont été sélectionnés conformément aux directives du Cabinet Office couvrant les nominations ministérielles directes, selon des personnes connaissant le processus.

De nombreuses entreprises sont basées à l’étranger mais exercent des activités au Royaume-Uni, selon des dirigeants qui ont été approchés mais qui ne voulaient pas être nommés.

Grimstone a été nommé à la tête d’un nouveau «bureau pour l’investissement» qui couvre les départements du commerce international et des affaires en mars de l’année dernière pour encourager les investissements au Royaume-Uni à partir d’institutions étrangères et de fonds souverains.

Il a depuis aidé à conclure un certain nombre d’accords, y compris le récent accord avec le fonds d’État d’Abu Dhabi Mubadala pour investir dans le secteur des sciences de la vie au Royaume-Uni. L’accord devrait être finalisé le mois prochain, selon des personnes proches des pourparlers.

Il souhaite l’utiliser comme modèle pour attirer d’autres investisseurs étrangers dans des secteurs clés de l’industrie britannique, ajoutent-ils, y compris d’autres fonds du Moyen-Orient et de l’Inde. Grimstone recherche également des investissements dans des projets d’énergie verte avant le sommet sur le changement climatique de la COP26 en novembre.

Le nouveau conseil d’investissement devrait être annoncé dès la semaine prochaine, ont déclaré des personnes proches des pourparlers.

L’accent a été mis sur le fait d’attirer des personnes de grandes multinationales à rejoindre le conseil, selon des personnes familières avec la situation, étant donné le désir de renforcer la position du Royaume-Uni parmi les entreprises internationales et d’encourager davantage d’entreprises à investir au Royaume-Uni.

Le conseil fonctionnera aux côtés du bureau des investissements pour aider à identifier et sécuriser les investissements au Royaume-Uni. Il «signalera aux partenaires mondiaux que le Royaume-Uni est prêt et ouvert aux affaires en tant que nation commerçante indépendante», selon une personne au courant des plans.

Les deux ministères concernés ont refusé de commenter.

Le nouveau groupe de conseillers d’entreprise pourrait déclencher un examen plus approfondi des relations du gouvernement avec les entreprises, compte tenu des préoccupations des militants de la transparence quant à l’accès aux ministres des hauts dirigeants.

La BBC a révélé mercredi une série de SMS entre Sir James Dyson et Boris Johnson, suggérant que le Premier ministre «réglerait» un problème fiscal pour l’industriel milliardaire. Jeudi, les députés ont appris que les responsables du Trésor avaient tenu plusieurs réunions avec la banque Greensill, en faillite, alors qu’elle tentait de sécuriser des fonds via divers programmes de soutien Covid-19.

Les groupes d’entreprises ont également exprimé des inquiétudes quant au fait que les grandes entreprises ont souvent un accès disproportionné aux ministres. Les militants des petites entreprises ont critiqué une entité distincte convoquée par le Premier ministre, le conseil d’entreprise Build Back Better, comme étant dominée par les grandes entreprises.

Les ministères gèrent également un grand nombre d’autres groupes consultatifs de l’industrie, tandis que les organismes de lobbying ont régulièrement accès aux ministres, dont un appelé le Business Action Council organisé par Maurice Ostro, un ami du Premier ministre, qui comprend 32 autres organisations.

Reportage supplémentaire de Jim Pickard à Londres

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.