Les plans d’immigration britanniques risquent de violer les obligations internationales, prévient un organisme de l’ONU

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés a vivement critiqué les projets du Royaume-Uni de limiter les droits d’asile, affirmant qu’ils risquaient de violer les engagements juridiques internationaux du Royaume-Uni et de saper les efforts mondiaux pour aider les réfugiés.

Le HCR a publié les critiques dans une déclaration inhabituellement directe et un avis détaillé de 35 pages avant le discours de la reine de mardi dans lequel le gouvernement exposera son programme législatif pour l’année. Cela comprend un nouveau plan controversé pour l’immigration à inscrire dans la loi, qui discriminerait les demandeurs d’asile arrivant au Royaume-Uni par des itinéraires clandestins.

Les critiques de l’organisme international sont les dernières à soulever des inquiétudes quant à la conformité des propositions avec les obligations du Royaume-Uni en vertu de la convention de 1951 sur les réfugiés. La convention est normalement interprétée comme interdisant aux pays de discriminer les personnes qui ont enfreint les lois sur l’immigration pour accéder à leur territoire avant de déposer une demande d’asile.

«Ces plans menacent de créer un système d’asile discriminatoire à deux niveaux, sapant la Convention de 1951 sur les réfugiés et la coopération mondiale de longue date sur les problèmes des réfugiés», a déclaré Rossella Pagliuchi-Lor, la représentante du HCR au Royaume-Uni. Mais il n’était pas trop tard pour repenser, a-t-elle ajouté: «Nous sommes prêts à travailler avec le Royaume-Uni sur des réformes alternatives», a déclaré Pagliuchi-Lor.

Le Royaume-Uni faisait partie jusqu’en décembre des conventions de Dublin de l’UE, en vertu desquelles les demandeurs d’asile peuvent être renvoyés vers d’autres pays sûrs par lesquels ils ont voyagé. La convention de 1951 n’impose aucune obligation aux demandeurs d’asile de demander l’asile dans le premier pays sûr qu’ils atteignent.

Priti Patel, la ministre de l’Intérieur, a présenté ses réformes pour la première fois le 24 mars dans le cadre des efforts visant à faire face à la flambée de la migration clandestine à travers la Manche par les personnes qui demandent l’asile au Royaume-Uni. Le ministère de l’Intérieur a envisagé une série d’options controversées pour freiner les arrivées via cette route, notamment des machines à vagues dans la Manche pour ramener les bateaux dans les eaux françaises. En 2020, 8420 demandes d’asile ont été déposées par des personnes ayant effectué des traversées clandestines de la Manche.

Les propositions de Patel empêcheraient les personnes qui demandent l’asile après avoir traversé d’autres pays sûrs, comme la France, d’avoir immédiatement recours au système d’asile britannique. Le ministère de l’Intérieur a déjà commencé à écrire aux demandeurs d’asile qui sont passés par d’autres pays sûrs pour les informer que leurs demandes sont retardées pendant que le Royaume-Uni évalue s’ils peuvent être renvoyés dans un autre pays.

Le gouvernement a insisté sur le fait que ses plans sont «pleinement conformes» aux obligations internationales et juridiques du Royaume-Uni et a réitéré son affirmation selon laquelle les demandeurs devraient demander l’asile dans le premier pays sûr qu’ils atteignent.

« Nous réformons le système d’asile pour qu’il soit juste mais ferme, accueillant ceux qui arrivent au Royaume-Uni par des voies sûres et légales tout en réprimant les gangs criminels qui facilitent ces voyages dangereux et illégaux », a déclaré le gouvernement.

Pagliuchi-Lor a déclaré que les propositions seraient «coûteuses et difficiles à mettre en œuvre».

«Nous ne pouvons pas les voir dissuader les mouvements de personnes désespérées et les conséquences humaines seront réelles et néfastes», a-t-elle déclaré.

Le Royaume-Uni a annoncé qu’il lancerait un nouveau programme mondial de réinstallation afin de permettre aux groupes persécutés une voie légale vers le Royaume-Uni. Mais aucun itinéraire de ce type n’est actuellement opérationnel.

La déclaration du HCR fait suite à une autre condamnation de la semaine dernière, notamment de la part du Barreau, représentant des avocats, qui a déclaré que les plans constituaient une «menace sérieuse pour l’état de droit». Le Conseil du Barreau, représentant les avocats, a également déclaré que les limites proposées sur les appels risquaient de créer une «injustice grave».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick