L’intoxication peut être une défense contre un crime violent, selon la Cour suprême du Canada | Canada

La Cour suprême du Canada a statué que les accusés accusés de crimes violents tels que l’homicide et l’agression sexuelle peuvent utiliser l’intoxication extrême auto-induite comme moyen de défense, invalidant une loi fédérale soutenue par des groupes de défense des femmes.

La Cour suprême a déclaré vendredi qu’une loi adoptée par le Parlement en 1995 qui interdit la défense était inconstitutionnelle et viole la Charte des droits et libertés du pays.

« Son impact sur les principes de justice fondamentale est disproportionné par rapport à ses avantages publics primordiaux. Elle devrait donc être déclarée inconstitutionnelle et sans force ni effet », écrivant pour une cour suprême unanime, le juge Nicholas Kasirer a déclaré à propos de la loi.

La question était de savoir si les accusés accusés d’un crime violent devant un tribunal pénal peuvent invoquer une intoxication extrême – connue sous le nom d ‘«automatisme sans trouble mental» – comme moyen de défense.

Ce faisant, les accusés peuvent prétendre que leurs actes étaient involontaires en raison de la consommation de drogues ou d’alcool et, par conséquent, ils ne peuvent être tenus pénalement responsables de leurs actes.

Le ministre fédéral de la Justice, David Lametti, a déclaré qu’Ottawa examinait attentivement la décision.

« Il est extrêmement important de souligner que la décision d’aujourd’hui ne s’applique pas à la grande majorité des cas impliquant une personne qui commet une infraction pénale en état d’ébriété », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le tribunal a déclaré que c’est la loi au Canada que l’intoxication à moins d’automatisme n’est pas une défense pour le genre de crime violent en cause.

Les tribunaux canadiens sont divisés sur la question, tandis que les groupes de défense des femmes ont déclaré que la loi était nécessaire pour protéger les femmes et les enfants, car la violence les affecte de manière disproportionnée.

Quatre victimes de violence conjugale sur cinq étaient des femmes et les femmes étaient cinq fois plus susceptibles de subir une agression sexuelle en 2019, selon les données du gouvernement canadien.

La question a été portée devant la Cour suprême l’automne dernier lorsque les juges ont entendu des arguments concernant la constitutionnalité de la loi dans le cadre de trois affaires distinctes. Dans la décision de vendredi, le tribunal a déclaré qu’un procès pouvait être ordonné dans l’une des affaires tout en rétablissant un acquittement dans une autre.

Le troisième cas concernait David Sullivan, qui a tenté de se suicider le 1er décembre 2013 en prenant un médicament sur ordonnance connu pour provoquer une psychose. Dans un état psychotique, il a poignardé sa mère, qu’il pensait être une extraterrestre. Sullivan a été reconnu coupable de voies de fait graves et de voies de fait avec une arme après que le juge a déclaré qu’il ne pouvait pas utiliser une défense d’intoxication extrême.

La cour d’appel, cependant, a déclaré la loi sur l’intoxication extrême inconstitutionnelle et a acquitté Sullivan des deux chefs d’accusation. Les procureurs ont fait appel de la décision devant la Cour suprême, qui a confirmé son acquittement dans la décision de vendredi.

Kasirer a écrit qu’il existe d’autres voies pour le Parlement pour atteindre ses objectifs de lutte contre la violence extrême en état d’ébriété.

En 1994, la Cour suprême avait tranché en faveur d’une défense d’intoxication extrême par un suspect accusé d’avoir agressé sexuellement une femme en fauteuil roulant alors qu’il était ivre.

En réponse à la décision de la Cour suprême, le Parlement du Canada a adopté une loi interdisant aux accusés d’invoquer l’intoxication extrême comme moyen de défense dans les affaires de crimes violents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick