L’Ukraine se prépare à des pourparlers de reconstruction avec des partenaires internationaux

Cet article est une version sur site de notre newsletter Europe Express. Inscrivez-vous ici pour recevoir la newsletter directement dans votre boîte de réception tous les jours de la semaine et le samedi matin

Bonjour et bienvenue sur Europe Express.

Le financement de l’Ukraine (y compris sa reconstruction d’après-guerre) est de retour à l’ordre du jour aujourd’hui alors que les donateurs internationaux se réunissent en Suisse pour une conférence dédiée. Nous vous apporterons les dernières informations sur les coûts auxquels Kyiv est confrontée et sur ce que les partenaires européens sont prêts à mettre en place.

A Strasbourg, le Parlement européen se réunit pour sa dernière séance plénière avant les vacances d’été, les législateurs portant peut-être un coup aux projets de la Commission européenne de qualifier le nucléaire et le gaz d’investissements verts.

Et sur le front du Brexit, nous entendrons la commissaire européenne aux services financiers et son inclination à déplacer la compensation de Londres vers l’UE.

Fonds passerelle

La Russie fait peut-être encore pleuvoir des missiles sur l’Ukraine, mais cela n’a pas empêché Kyiv de pousser ses partenaires à commencer à affecter les milliards d’euros qui seront nécessaires pour reconstruire à partir des décombres laissés par Moscou, écrit Sam Fleming à Bruxelles.

La discussion s’accélérera aujourd’hui en Suisse, où des représentants du gouvernement de Volodymyr Zelenskyy rencontreront des partenaires à Lugano pour une “conférence de relance” axée sur l’avenir du pays.

L’échelle de ce qui sera nécessaire est vaste. Les estimations préliminaires vues par Europe Express avant la conférence suggèrent que l’Ukraine met un prix de 750 milliards de dollars sur le programme de relance national du pays.

Parmi les priorités figurent la stabilité macrofinancière et la défense – deux domaines dans lesquels les partenaires du pays ont déjà acheminé leur soutien. Mais des dizaines de milliards seront également nécessaires pour des projets d’infrastructure à grande échelle, y compris l’énergie, la reconstruction de logements et l’irrigation agricole – et en plus de cela, il faudra soutenir le système financier.

Trouver les financements nécessaires et veiller à ce qu’ils soient bien ciblés sera une tâche prodigieusement difficile, dont une grande partie incombera à l’UE et à ses États membres.

Les coûts augmentent de jour en jour, étant donné la dévastation continue causée par la guerre. Werner Hoyer, le directeur de la Banque européenne d’investissement, a prédit qu’il faudrait 1 milliard d’euros d’aide extérieure pour reconstruire l’Ukraine. Son institution est l’une de celles qui militent pour un rôle clé aux côtés de la Commission européenne dans l’effort de reconstruction.

Selon un projet de plan qui doit être dévoilé à Lugano, également vu par Europe Express, la BEI basée au Luxembourg proposera un «fonds fiduciaire passerelle» UE-Ukraine pour diriger les dépenses par projet dans l’effort de reconstruction. Il mobiliserait des fonds auprès de donateurs en offrant des garanties, des subventions d’investissement et une assistance technique visant à reconstruire des infrastructures durables, à revitaliser l’économie et à investir dans la population.

Lire aussi  Le destroyer américain coulé pendant la Seconde Guerre mondiale en 1944 au large des Philippines devient l'épave la plus profonde jamais découverte | Nouvelles du monde

La BEI pense que le fonds fiduciaire pourrait être opérationnel dans quelques semaines, étant donné qu’il utilise des structures prêtes à l’emploi déjà testées et éprouvées lors de la reprise de Covid-19. La valeur initiale du fonds serait d’environ 20 milliards d’euros, lui permettant de mobiliser jusqu’à 100 milliards d’euros.

Si le fonds fiduciaire était mis en place dès septembre, il pourrait commencer à financer des projets d’ici la fin de cette année. Cela pourrait inclure l’offre de garanties pour réduire le risque d’investissements tels que la restauration des réseaux électriques endommagés et la réparation des lignes de chemin de fer détruites.

Tout cela devra cependant être approuvé par l’UE et ses États membres. Et compte tenu de la longue gestation impliquée dans le dernier programme d’assistance macrofinancière proposé par l’UE pouvant atteindre 9 milliards d’euros, il reste à voir dans quelle mesure il sera facile pour l’Union de rassembler ces énormes sommes.

Un porte-parole de la BEI a refusé de commenter les détails, affirmant que la banque présentera ses propositions lundi.

Vers (après) le nucléaire

L’école n’est pas tout à fait terminée pour les législateurs européens qui se rendent en France cette semaine pour ce qui risque d’être des débats houleux sur des éléments clés de la politique climatique et énergétique, écrit Alice Hancock à Strasbourg.

Très attendu est le vote décisif sur la décision de la commission d’étiqueter les projets gaziers et nucléaires comme “verts” dans son système d’étiquetage financier historique connu sous le nom de “taxonomie pour la finance durable”, conçu pour guider les investisseurs vers des entreprises respectueuses de l’environnement.

La commission parlementaire de l’environnement a rejeté de justesse l’inclusion du gaz et du nucléaire, malgré les efforts de la commission pour stipuler que les investisseurs ne devraient considérer les deux sources d’énergie comme vertes que dans certaines circonstances.

Le sujet est si passionné que certains députés européens ont déjà déclaré qu’ils poursuivraient la commission si la loi était adoptée. Le Parti populaire européen de centre-droit, formation la plus importante au Parlement, n’a pas encore précisé dans quelle direction il orienterait ses membres pour voter, affirmant jusqu’à présent qu’ils voteraient probablement en fonction des « intérêts nationaux » (l’Allemagne est favorable au gaz, la France nucléaire).

Les députés décideront également de ce qui devrait être autorisé en tant que carburant durable pour l’aviation et si ceux-ci devraient inclure les biocarburants qui impliquent la combustion de copeaux de bois ou de graisses animales.

Et avec la flambée du coût de la vie dans tout le bloc, les législateurs débattront d’un sujet qui a déjà animé plusieurs gouvernements nationaux : comment appliquer une taxe exceptionnelle aux sociétés énergétiques alors que les prix du pétrole et du gaz montent en flèche et que peut faire de plus l’UE pour atténuer la pression sur consommateurs.

Lire aussi  Boris Johnson et Simon Case se préparent à la critique dans le rapport de Partygate

Loin du climat, la plénière de Strasbourg verra l’approbation formelle de la loi sur les services numériques et de la loi sur les marchés numériques du bloc : deux lois clés conçues pour limiter le pouvoir des grandes entreprises technologiques. Sur le front des affaires étrangères, les députés débattront de la décision controversée de la Cour suprême américaine de revenir sur les droits reproductifs des femmes et des projets législatifs du gouvernement britannique visant à supprimer unilatéralement certaines parties du protocole d’Irlande du Nord.

Brexit financier

Quel impact la décision du Royaume-Uni d’apporter des modifications unilatérales à son accord commercial sur le Brexit avec l’UE pourrait-elle avoir sur la ville de Londres ? La législation visant à outrepasser le protocole d’Irlande du Nord a fait monter la température à Bruxelles et a par conséquent exclu les chercheurs britanniques du programme de financement Horizon, écrit Andy Bounds à Bruxelles.

La Commission européenne a jusqu’à présent adopté une approche pragmatique de la collaboration dans le domaine des services financiers. En particulier, il a reconnu que les institutions financières de l’UE dépendent de Londres pour les services de compensation et a accepté l'”équivalence” réglementaire britannique jusqu’en juin 2025.

Mais Mairead McGuinness, la commissaire aux services financiers, a déclaré au FT que l’UE ne peut pas sous-traiter indéfiniment la stabilité du marché à un autre pays – en particulier un pays qui indique clairement qu’il veut faire les choses différemment.

Se référant aux discussions sur le protocole, le commissaire irlandais a déclaré : « Nous sommes toujours à la table. Mais le Royaume-Uni est parti et vient de dire, écoutez, nous allons faire notre propre truc et nous reviendrons quand ce sera fini et vous montrerons le résultat.

Cela a des implications pour les services financiers. «Là où il y a des écarts importants, nous devons en tenir compte et là où il y a des vulnérabilités en termes de résilience ou de dépendance à l’égard du Royaume-Uni pour les infrastructures critiques du système financier, nous devons prendre des mesures.

«Nous avons vu à cause de Covid que nos chaînes d’approvisionnement étaient incroyablement vulnérables autour des produits pharmaceutiques et des équipements de protection. Cela ne se reproduira plus parce que nous avons appris une leçon. Je pense que sur le plan financier, nous ne voulons pas d’abord apprendre la leçon et ensuite agir. Nous voulons être prudents.

LCH Clearing à Londres gère environ 90 % de tous les dérivés libellés en euros, ce qui représente environ 80 milliards d’euros de contrats dérivés en euros ouverts. L’industrie n’est pas disposée à supporter le coût du transfert des contrats vers l’UE, mais McGuinness a déjà mené une consultation sur la manière dont l’UE pourrait renforcer ses propres capacités et améliorer la supervision.

Lire aussi  Qu'y a-t-il derrière la descente du FBI sur la maison de Donald Trump en Floride ? | Moira Donegan

McGuinness prévoit de proposer des mesures en ce sens cette année. Elle a déclaré que Londres et Bruxelles pourraient bénéficier d’un marché en croissance et qu’il n’y avait aucun souhait de “voler des affaires”.

« Si l’Europe construit sa propre infrastructure, notamment autour des CCP [central counterparties], c’est pour notre bien. Mais ce n’est pas pour affaiblir le Royaume-Uni », a-t-elle déclaré.

Que regarder aujourd’hui

  1. La conférence des donateurs pour la reconstruction de l’Ukraine se tient à Lugano, en Suisse

  2. Le vice-président de la BCE, Luis de Guindos, s’exprime lors du sommet sur la finance de l’euro organisé à Francfort

  3. Le Parlement européen entame sa dernière plénière à Strasbourg avant les vacances d’été

. . . et plus tard cette semaine

  1. Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis s’exprimera demain au Parlement européen, le Premier ministre tchèque Petr Fiala mercredi

  2. Le Parlement européen débat et vote sur l’inclusion du gaz et du nucléaire dans la taxonomie du bloc pour les investissements durables demain et mercredi

  3. Le conseil des gouverneurs de la BCE tient mercredi une réunion de politique non monétaire à Francfort

Remarquable, Citable

  • Agence des sanctions : La commissaire aux services financiers Mairead McGuinness a déclaré au FT qu’elle serait ouverte à l’idée de créer une version européenne de l’Office of Foreign Assets Control (Ofac), la puissante agence du Trésor américain qui dirige l’application de ses sanctions.

  • Découpage ECB : La Banque centrale européenne prévoit de discuter des moyens d’éviter que les banques ne gagnent des milliards d’euros de bénéfices supplémentaires grâce au programme de prêts ultra bon marché qu’elle a lancé pendant la pandémie une fois qu’elle aura commencé à augmenter les taux d’intérêt plus tard ce mois-ci.

La Grande-Bretagne après le Brexit – Tenez-vous au courant des derniers développements alors que l’économie britannique s’adapte à la vie en dehors de l’UE. Inscrivez-vous ici

À l’intérieur de la politique – Suivez ce que vous devez savoir sur la politique britannique. Inscrivez-vous ici

Vous appréciez Europe Express ? Inscrivez-vous ici pour le recevoir directement dans votre boîte de réception tous les jours ouvrables à 7h00 CET et le samedi à midi CET. Dites-nous ce que vous en pensez, nous aimons avoir de vos nouvelles : [email protected]. Tenez-vous au courant des dernières histoires européennes @FT Europe

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick