Michaelia Cash «examinera» les préoccupations concernant la poursuite du dénonciateur d’ATO Richard Boyle | Politique australienne

La procureure générale, Michaelia Cash, a déclaré qu’elle examinera les graves préoccupations soulevées au sujet de la poursuite du dénonciateur du bureau des impôts Richard Boyle, notamment le fait que l’affaire nuit à l’intérêt public en faisant taire les autres dénonciateurs.

Le directeur des poursuites pénales du Commonwealth envisage d’aller de l’avant avec la poursuite de Boyle, un ancien employé du bureau des impôts qui a dénoncé l’utilisation inappropriée et contraire à l’éthique par son agence des pouvoirs de saisie-arrêt pour poursuivre les propriétaires de petites entreprises pour des dettes.

Les pouvoirs, qui permettent au gouvernement de récupérer de l’argent directement sur le compte bancaire d’un contribuable ou d’un autre tiers, auraient été surutilisés dans le cadre de ce que Boyle a décrit comme un exercice délibéré de collecte de revenus.

Boyle a tenté de dénoncer en interne, comme l’exige la loi australienne sur la divulgation d’intérêt public, mais a reçu une réponse qu’une enquête du Sénat a depuis jugée «superficielle».

Il a fait part de ses préoccupations au chien de garde, l’inspecteur général des impôts, mais a de nouveau rencontré une réponse inadéquate.

Boyle a ensuite porté ses préoccupations au public, aux quatre coins de l’ABC, et est maintenant poursuivi pour une série d’infractions, y compris la divulgation illégale d’informations sur les contribuables.

Boyle est maintenant devant le tribunal de district d’Australie méridionale et le CDPP, après avoir envisagé d’abandonner l’affaire, a récemment confirmé qu’il procéderait à un procès plus tard cette année.

Le sénateur indépendant Rex Patrick a soulevé l’affaire dans les prévisions du Sénat jeudi soir, demandant à Cash si elle envisagerait d’utiliser les pouvoirs contenus dans la loi sur la magistrature pour mettre fin aux poursuites.

Il a déclaré que le traitement de Boyle dissuaderait clairement d’autres dénonciateurs de se manifester.

«Vous avez un rôle primordial et j’accepte que la barre soit très, très élevée, mais vous pouvez peut-être voir dans les circonstances de ce cas particulier … en notant l’effet dissuasif vraiment significatif que cela peut avoir sur les politiques de dénonciation du gouvernement … Je me demande s’il est vraiment dans l’intérêt public de poursuivre ces poursuites? » Dit Patrick.

Cash a déclaré que le CDPP avait pris une décision indépendante de poursuivre, agissant conformément à la politique de poursuites du Commonwealth, qui exige une preuve prima facie, une perspective raisonnable de condamnation et la satisfaction d’un critère d’intérêt public.

Patrick a fait valoir que le CDPP avait considéré l’intérêt public au sens strict et n’avait pas correctement pris en compte l’effet dissuasif que la poursuite aurait sur les autres dénonciateurs.

Cash a exprimé son scepticisme quant à l’utilisation potentielle de ses pouvoirs d’intervention.

Mais elle a dit qu’elle examinerait la question que Patrick avait soulevée.

«Vous seriez également conscient du fait que l’exercice de ces pouvoirs est réservé à des circonstances très inhabituelles et exceptionnelles, et je suis en fait informé que l’article 71 (1) de la loi sur la justice, qui est antérieur au CDPP, n’a pas été utilisé depuis le Le CDPP a été créé », a-t-elle déclaré.

«Je vais examiner plus en détail les questions que vous avez soulevées, mais ce sont les points que je voudrais faire valoir.

Patrick a demandé des éclaircissements sur le fait que Cash «considérerait au moins ce que je vous ai présenté aujourd’hui».

Cash a répondu:

«Je vais jeter un œil à ce que vous avez mentionné, mais j’ai dit très clairement que les poursuites avaient été engagées parce que le directeur des poursuites pénales du Commonwealth avait pris une décision indépendante.»

Inscrivez-vous pour recevoir les meilleurs articles de Guardian Australia tous les matins

Plus tard, Patrick a déclaré au Guardian qu’il ressortait clairement de l’échange que le CDPP n’avait pas pleinement pris en compte l’intérêt public de poursuivre Boyle.

«Cela n’incluait pas l’effet dissuasif que cette poursuite aurait à travers le Commonwealth en ce qui concerne les lanceurs d’alerte», a-t-il déclaré.

«J’ai senti que la ministre avait repris cette question et il est clair qu’elle allait envisager la conversation.

«Bien que la ministre ait exclu d’exercer ses pouvoirs statutaires, ses pouvoirs de surveillance des poursuites, il m’a semblé qu’elle était prête à s’engager avec le CDPP pour peut-être lui demander d’élargir sa considération d’intérêt public.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick