Mort de Mahsa Amini : le ministre iranien accuse les pays occidentaux d’avoir conspiré contre eux, dit CECI | Nouvelles du monde

New Delhi: Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Baqeri, a défendu son gouvernement après la mort de Mahsa Amini, 22 ans, en garde à vue en septembre de cette année, qui a déclenché des manifestations à grande échelle dans le pays. “Mahsa Amini n’a pas été tuée, elle est décédée”, a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères du pays, Ali Bagheri, alors qu’il cherchait à accuser les pays occidentaux d’avoir créé une “atmosphère sans fondement et fallacieuse” autour des événements en Iran et a provoqué la montée des tensions lors des manifestations.

Dans une interview exclusive avec ANI, Ali Bagheri a déclaré jeudi : « Mahsa Amini n’a pas été tuée, elle est décédée. Nous avons vu l’atmosphère créée par certains médias occidentaux concernant le développement en Iran. Cette atmosphère est sans fondement et fallacieuse. voient les droits de la nation iranienne violés par ces puissances occidentales. »

« Les puissances occidentales ne parlent pas des peuples d’Afghanistan, de Palestine ou du Yémen. Elles ne dénoncent ni ne condamnent ces actions. Qui sont les véritables assassins de ces personnes ? le ministre qui est en visite en Inde dans le cadre des consultations politiques entre les deux pays.

L’Iran fait face à l’une des plus grandes manifestations de dissidence de l’histoire récente après la mort de la femme kurdo-iranienne détenue par la « police des mœurs » le 13 septembre de cette année, prétendument pour ne pas avoir porté correctement son hijab, selon les médias. Pendant ce temps, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies devrait tenir une session spéciale sur les violations des droits de l’homme en cours en Iran. Mardi, le bureau des droits de l’homme de l’ONU a déclaré que plus de 40 personnes avaient été tuées en Iran au cours de la semaine écoulée, dont deux adolescents.

Lire aussi  Israël ignore la pression américaine pour mettre fin à l'offensive et lance de nouvelles frappes sur Gaza

Lisez aussi: Le Parlement européen déclare la Russie « État parrain du terrorisme » pour son attaque contre l’Ukraine

Selon le HCDH, des milliers de manifestants ont été arrêtés dans tout l’Iran pour avoir participé à des manifestations pacifiques après la mort d’Amini.

“Au moins six personnes liées aux manifestations ont été condamnées à mort pour “moharebeh”, ou “faire la guerre à Dieu”, ou “efsad-e fel-arz”, ou “corruption sur terre”, a déclaré le porte-parole Jeremy Laurence. .

Lisez aussi : Biden contre Trump : qui occupera à nouveau la Maison Blanche après les élections présidentielles américaines de 2024 ?

“Un nombre croissant de personnes, dont des célébrités iraniennes et des sportifs et sportives qui ont exprimé leur soutien aux manifestations, ont été convoqués ou arrêtés”, a-t-il ajouté.

Selon le HCDH, des agents de sécurité auraient répondu « avec force » à des manifestations dans plusieurs localités principalement kurdes lundi soir, dont Javanrud et Saqqez, la ville natale d’Amini. Deux garçons de 16 ans figuraient parmi les six personnes tuées au cours du week-end, selon le bureau des droits de l’homme de l’ONU, qui a noté que plus de 300 personnes ont perdu la vie, dont 40 enfants, depuis que des manifestations nationales ont éclaté le 16 septembre. Les autorités iraniennes ont également signalé qu’un certain nombre de membres des forces de sécurité ont été tués depuis le début des manifestations.

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick