Ofgem annonce de nouvelles règles énergétiques mais “ne protège pas” les dépôts des clients | Ofgem

Le régulateur de l’énergie a renforcé ses règles pour protéger les ménages après que les contribuables ont dû payer une facture de 9,2 milliards de livres sterling lorsque les fournisseurs ont fait faillite – mais il a été critiqué pour ne pas avoir protégé les dépôts des consommateurs.

L’Ofgem a annoncé un ensemble de réformes visant à renforcer la protection des consommateurs et à garantir que les fournisseurs d’énergie résistent mieux aux chocs du marché.

Près de 30 fournisseurs d’énergie se sont effondrés depuis le début de la crise énergétique. On estime que l’effondrement de Bulb, de loin le plus gros échec, coûtera au contribuable 6,5 milliards de livres sterling, tandis que les échecs restants coûteront aux consommateurs environ 2,7 milliards de livres sterling. Bon nombre des échecs étaient dus à la faiblesse des bilans des fournisseurs, qui ont été exposés lorsque le prix de gros du gaz a commencé à augmenter rapidement.

En réponse, l’Ofgem propose une série de réformes, notamment la fixation d’un montant minimum de capital que les fournisseurs doivent détenir – pour réduire le risque et le coût des défaillances des fournisseurs.

Cependant, le régulateur de Grande-Bretagne a déclaré qu’il ne surveillerait que “de près” l’utilisation des soldes créditeurs. Certaines sociétés énergétiques, dont le propriétaire de British Gas, Centrica, ont fait valoir que le crédit client devrait être réservé pour empêcher les fournisseurs d’utiliser l’argent des consommateurs à d’autres fins commerciales. Des rivaux, dont Octopus, ont suggéré des options moins chères.

Le directeur général de Centrica, Chris O’Shea, a fustigé la décision, accusant Ofgem d’une « abdication de responsabilité ».

Lire aussi  «Elle était étonnante»: des milliers de personnes se rendent au palais de Buckingham pour honorer la reine | Reine Elizabeth II

Il a déclaré : « Lorsque les clients paient d’avance leur énergie, ils font confiance à leur fournisseur pour s’occuper de leur argent durement gagné. Ils seraient consternés d’apprendre que leur argent est utilisé pour financer les activités commerciales quotidiennes, mais c’est exactement ce qui se passe dans certaines entreprises, et cela sape la confiance dans le marché.

“Si et quand un grand fournisseur échoue, l’imprudence de la décision de ne pas résoudre ce problème sera claire pour tous.”

Ofgem a déclaré que si l’utilisation des soldes des clients s’avérait “imprudente”, elle prendrait d’autres mesures.

Les consommateurs paient généralement trop cher par rapport à la consommation pendant les mois d’été, accumulant d’importants acomptes auprès des fournisseurs, qui sont ensuite épuisés pendant l’hiver.

Le directeur général d’Ofgem, Jonathan Brearley, a précédemment déclaré que certaines entreprises énergétiques utilisent les soldes créditeurs des clients “comme une carte de crédit d’entreprise sans intérêt”.

Il a déclaré vendredi: “Nous voulons que les fournisseurs puissent être innovants et dynamiques, tout en s’assurant qu’ils sont financièrement stables et que l’argent des clients est protégé.

“Il s’agit d’un équilibre délicat et bien qu’Ofgem veuille des entreprises bien capitalisées capables de résister aux fluctuations de prix, nous ne voulons pas non plus bloquer le marché pour les nouveaux fournisseurs ou forcer les fournisseurs à s’asseoir sur beaucoup de capitaux qu’ils pourraient investir dans des idées innovantes. Nous recherchons des points de vue à travers l’industrie, reconnaissant les différents modèles commerciaux des fournisseurs, pour savoir si nous avons trouvé le bon équilibre entre résilience et concurrence.

Ofgem a tenté d’améliorer la concurrence sur le marché, mais a été critiqué pour sa lenteur à agir alors que la crise de l’énergie s’intensifiait et que de nombreux nouveaux entrants échouaient.

Les nouvelles règles obligeront également les fournisseurs à réserver l’argent nécessaire pour acheter de l’énergie renouvelable.

L’Ofgem a annoncé des consultations sur une série d’autres réformes, notamment l’examen du taux de rendement des investissements des fournisseurs et des mises à jour de son plafonnement des prix. Les réformes devraient entrer en vigueur au printemps prochain.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick