Op-Ed: Comment mettre fin à la criminalisation d’Israël

Pourquoi tant de progressistes ont-ils dépeint Israël, plutôt que le Hamas, comme le criminel coupable de la dernière vague de violence au Moyen-Orient? Comment est-il possible qu’un État démocratique, avec tous ses défauts et ses défis, perde la bataille de l’opinion publique contre un régime fondamentaliste médiéval qui cible délibérément les civils à travers une frontière internationalement reconnue et se cache derrière ses propres civils pour se protéger?

Une réponse a été offerte à la télévision par le comédien John Oliver: ce n’est pas un combat équitable. Israël détient un pouvoir écrasant, a-t-il noté, et donc Israël doit être l’intimidateur. Il suffit de regarder le nombre de morts de chaque côté, a poursuivi Oliver, 10 fois en faveur d’Israël. La moralité en tant qu’arithmétique: peu importe que le Hamas ait lancé la guerre des tirs en tirant des roquettes sur les quartiers israéliens, ni qu’Israël essaie de minimiser les morts de civils palestiniens tandis que le Hamas essaie de maximiser les morts de civils israéliens. Si les Israéliens veulent la sympathie d’Oliver, nous devrons mourir davantage.

En se concentrant sur la puissance israélienne, les critiques ignorent la vulnérabilité israélienne. Le paradoxe d’Israël est qu’il est à la fois la puissance régionale et le solitaire régional. Entourés d’enclaves terroristes au nord et au sud, les Israéliens sont parfaitement conscients de la fragilité de nos frontières et de l’énorme effort requis pour maintenir notre capacité à nous protéger.

Le succès du Hamas à tirer à volonté sur le front intérieur israélien – même en annonçant le moment du prochain barrage de roquettes – a de sombres conséquences stratégiques pour Israël. Le Hamas, après tout, est notre ennemi le plus faible. S’il parvient à maintenir une guerre contre Israël civil pendant près de deux semaines, qu’est-ce que cela dit de nos perspectives à long terme dans la région?

Il est vrai que le système antimissile israélien Iron Dome a détruit la plupart des roquettes qui arrivaient au-dessus de nos villes. Mais les Israéliens connaissent une autre arithmétique: l’arsenal du Hezbollah est 10 fois plus grand que celui du Hamas et bien plus sophistiqué. L’Iron Dome ne pourra pas nous protéger contre une attaque massive de roquettes et de missiles sur plusieurs fronts.

Nos critiques les plus réfléchis comprennent ces circonstances mais soutiennent qu’en tant que puissance dominante, Israël doit faire preuve de retenue. Les Israéliens répondent que si l’armée avait agi sans retenue, au mépris de la vie humaine, les pertes après plus de 10 jours de bombardement dans Gaza densément peuplée auraient été infiniment plus élevées.

Néanmoins, les Israéliens doivent respecter les préoccupations de ceux qui critiquent nos actions sans nous diaboliser. Mais notre capacité de réflexion est mise à rude épreuve par l’atmosphère croissante de haine contre l’État juif. Pour un nombre croissant de ses détracteurs, Israël est incapable d’agir en légitime défense parce que son existence même est indéfendable. Comme le disent les antisionistes, Israël ne commet pas de crimes: c’est un crime. Pour que justice soit rendue, Israël doit mourir.

Il n’est guère surprenant que, étant donné la généralisation de la rhétorique éliminationniste contre l’État juif, la violence contre les juifs dans la diaspora se développe. Si Israël est maléfique, alors les juifs de la diaspora qui le soutiennent – et même ceux qui y sont indifférents – partagent la culpabilité.

C’est aussi un paradoxe de ce moment: alors qu’Israël est accusé d’être l’intimidateur, les Juifs ont de plus en plus peur.

Il est tentant pour un Israélien ébranlé par les doubles assauts d’attaques de roquettes et de criminalisation de mettre fin à l’argument ici. Beaucoup d’entre nous font précisément cela, résumant les événements des deux dernières semaines avec une critique ancienne et amère: le monde déteste les juifs. Peu importe ce que fait Israël; à la fin, nous nous retrouverons seuls.

Et pourtant, aussi scandaleuse que soit la criminalisation d’Israël, nous devons comprendre pourquoi même nombre de nos amis s’inquiètent de plus en plus de l’état moral d’Israël.

Le dilemme d’Israël est qu’il est contraint de mener des guerres asymétriques contre des terroristes ancrés dans une population civile alors qu’en même temps, il occupe les Palestiniens en Cisjordanie. Pour être perçus comme moralement crédibles dans notre combat contre le Hamas, nous devons prouver que nous sommes attachés à une résolution équitable de la tragédie palestinienne.

Cela dépend du renouvellement périodique de l’engagement historique d’Israël en faveur d’une solution à deux États. À chaque étape cruciale de ce conflit, les dirigeants israéliens ont dit oui à une solution à deux États, et les dirigeants palestiniens ont effectivement dit non.

Pourtant, sous le Premier ministre Benjamin Netanyahu, Israël a cessé de rechercher une solution crédible à deux États. Le dernier Premier ministre à le faire a été Ehud Olmert en 2009. Olmert a proposé de se retirer de Cisjordanie, de déraciner des dizaines de colonies et de rediviser Jérusalem; Le chef de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, l’a ignoré.

Il n’y a aucune raison de supposer que les dirigeants palestiniens seraient plus réactifs aujourd’hui. Mais cela ne libère pas Israël de la responsabilité morale et stratégique d’offrir aux Palestiniens un avenir alternatif.

Israël est le seul pays dont les voisins l’ont condamné à mort. Israël est également la seule démocratie occupant à long terme un autre peuple. Pour lutter efficacement contre le terrorisme, Israël doit s’efforcer de maintenir sa crédibilité morale en tant qu’occupant réticent. Une initiative de paix israélienne renouvelée est notre occasion de transmettre notre vision d’un Moyen-Orient différent.

Un nouveau processus de paix garantirait également que la prochaine fois que nous serons contraints de combattre ceux qui sont engagés dans notre destruction, nos amis au moins pourront affirmer sans équivoque la haute moralité d’Israël.

Yossi Klein Halevi est chercheur principal à l’Institut Shalom Hartman de Jérusalem et auteur de «Lettres à mon voisin palestinien».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick