Pas de relâche sur les frappes aériennes à Gaza, les roquettes sur Israël

Israël a poursuivi ses bombardements de la bande de Gaza tôt jeudi, tuant au moins une Palestinienne et blessant des dizaines d’autres personnes alors même que les appels internationaux montaient pour l’arrêt des combats entre les forces israéliennes et les militants du Hamas.

Les avions de combat et l’artillerie israéliens ont pilonné des pans de Gaza pendant la nuit, notamment Deir al Balah, une ville du centre de Gaza; Khan Younis dans le sud; et les zones de la partie nord de la bande. Au matin, une accalmie des tirs de roquettes lancés de Gaza vers le territoire israélien s’est terminée par des sirènes signalant de nouvelles salves au-dessus du sud d’Israël.

Depuis le 10 mai, l’assaut aérien d’Israël sur Gaza a tué au moins 230 Palestiniens, dont 65 enfants, selon les chiffres du ministère de la Santé de Gaza, qui est administré par le Hamas, le groupe islamiste qui contrôle la bande. 1 710 autres personnes ont été blessées. En Israël, 12 personnes ont été tuées, dont un soldat, un adolescent et un enfant de 5 ans.

L’armée israélienne a déclaré avoir détruit un certain nombre de cibles du Hamas, notamment des caches d’armes, un tunnel et des sites de lancement du Hamas. Les habitants du nord de Gaza ont signalé un puissant bombardement près de la route principale reliant la zone à la ville.

Tard jeudi matin, les Brigades Qassam, la branche militaire du Hamas, ont déclaré avoir heurté un bus militaire israélien près de la frontière de Gaza avec un missile antichar. L’armée israélienne a confirmé le coup mais a déclaré que le bus était vide et qu’un soldat n’avait été que légèrement blessé par des éclats d’obus. Depuis le début de la guerre, le Hamas a lancé plus de 4000 roquettes sur le territoire israélien, a déclaré l’armée israélienne, ajoutant que le système de défense antimissile Iron Dome avait bloqué 90% des roquettes au-dessus des centres de population.

Malgré une pression plus forte des États-Unis pour un cessez-le-feu – mercredi, le président Biden a déclaré au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qu’il s’attendait à «une désescalade significative» d’ici la fin de la journée – les hostilités se sont poursuivies, Netanyahu insistant sur le fait qu’il était «déterminé à poursuivre cette opération jusqu’à ce que son objectif soit atteint – ramener le calme et la sécurité aux… citoyens d’Israël.

«Nous ne sommes pas debout avec un chronomètre à la main; nous nous assurons plutôt d’atteindre les objectifs de cette opération », a déclaré Netanyahu lors d’un briefing aux ambassadeurs mercredi, selon le Jerusalem Post.

Pourtant, il y avait des rapports jeudi qu’une trêve pourrait arriver vendredi.

«Le gouvernement américain veut déjà un cessez-le-feu», a déclaré jeudi à la radio israélienne Gilad Erdan, l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis. «Il n’y a pas de désaccord entre nous à ce sujet. Nous voulons également que ces combats se terminent rapidement… mais nous devons savoir que l’infrastructure du Hamas a été suffisamment endommagée.

L’Union européenne a appelé à l’arrêt de la violence. Jeudi, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a atterri en Israël pour rencontrer Netanyahu et d’autres ministres pour aider à faire pression pour un cessez-le-feu.

Avec le ministre israélien des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi et des responsables de l’armée, Maas a visité un immeuble touché par un missile dans la banlieue de Tel Aviv à Petach Tikva. Maas a traversé le salon d’un appartement gravement endommagé; dans le parking, il y avait plusieurs voitures brûlées.

Dans un briefing, Maas a réitéré le soutien de l’Allemagne à Israël, affirmant qu’il «doit être en mesure de protéger ses citoyens» contre tout groupe qui le menace «d’anéantissement».

Mais il a également ajouté que son pays soutenait «les efforts internationaux pour un cessez-le-feu» et était «convaincu qu’il est dans l’intérêt des peuples des deux côtés que la violence cesse le plus rapidement possible».

Le Jihad islamique, un autre groupe militant opérant à Gaza, a dénoncé les propos de Maas comme «racistes» et ancrés dans une perspective coloniale.

Les ministres des Affaires étrangères tchèque et slovaque sont également attendus en Israël jeudi, ont rapporté les médias locaux.

La quatrième guerre entre le Hamas et Israël a commencé plus tôt ce mois-ci après que la police israélienne a pris d’assaut la mosquée Al Aqsa de Jérusalem, tirant des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc sur les manifestants palestiniens rassemblés à l’intérieur pendant les derniers jours du mois sacré du Ramadan. Cela s’est ajouté aux tensions déjà exacerbées par les colons juifs et les groupes nationalistes juifs de droite menaçant l’expulsion de six familles palestiniennes dans le quartier de Sheik Jarrah à Jérusalem-Est.

Depuis lors, les bombardements israéliens de Gaza ont été incessants, les résidents supportant le plus gros de l’opération malgré que l’armée israélienne ait déclaré qu’elle prenait des précautions pour éviter les pertes civiles. Mercredi, un missile a percuté l’appartement du troisième étage où Eyad Salha, 35 ans, sa femme enceinte, Amani, et leur fille de 3 ans étaient sur le point de déjeuner.

«Nous étions sur le chemin de la maison de ma sœur lorsque nous avons entendu le bruit d’un raid. Nous avons ensuite reçu un appel téléphonique nous informant que notre appartement était visé », a déclaré Omar Salha, le frère d’Eyad, âgé de 31 ans. «Nous sommes venus et les avons trouvés en morceaux.»

L’assaut a également dévasté de vastes étendues de Gaza, notamment des maisons, des gratte-ciel utilisés à des fins commerciales et résidentielles, des terres agricoles, des routes et d’autres infrastructures.

Jeudi, la municipalité de Gaza a déclaré qu’une attaque contre la région de Saftawi avait coupé un cinquième de l’approvisionnement en eau de la ville. Le ministère de l’Éducation a publié un communiqué indiquant que 46 écoles avaient été endommagées par le barrage.

« Il n’y a pas de nécessité militaire pour cette quantité de destruction », a déclaré jeudi Jamil Sarhan, chef de la commission indépendante des droits de l’homme à Gaza, aux journalistes devant l’hôpital Shifa de la ville de Gaza.

Les correspondants spéciaux Salah et Kraft ont rendu compte respectivement de la ville de Gaza et de Tel-Aviv. L’écrivain du Times Bulos a rapporté de Beyrouth.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick