Pays-Bas v États-Unis : Coupe du monde 2022, huitièmes de finale – en direct | Coupe du monde 2022

Welcome to The Biggest US Men’s Game Since the Last One …

“,”elementId”:”62a2c992-9620-4407-a8dd-dd2c14f83d08″},{“_type”:”model.dotcomrendering.pageElements.TextBlockElement”,”html”:”

It’s typical of a World Cup, of course, for each game to be “bigger” than the last, and we knew that about the US when we saw the draw.

“,”elementId”:”d6bb7956-d265-4009-86f3-b94ed6a04e04″},{“_type”:”model.dotcomrendering.pageElements.TextBlockElement”,”html”:”

Wales? OK, fine, typical group-stage game.

“,”elementId”:”88cf1929-c71b-484c-9d60-b6d48fafde93″},{“_type”:”model.dotcomrendering.pageElements.TextBlockElement”,”html”:”

England? Now we’re talking. The Land Where the Game Began has a losing record against the US in the World Cup. (And still does.)

“,”elementId”:”b52d9235-54b6-4fa4-aa6f-70da67da948a”},{“_type”:”model.dotcomrendering.pageElements.TextBlockElement”,”html”:”

Iran? Uh oh. Flashbacks to 1998 and The Biggest Humiliation the US Ever Had in a World Cup. And a game that would surely determine whether they would advance.

“,”elementId”:”495bd6c7-0001-458d-b28a-487bb7baf5c5″},{“_type”:”model.dotcomrendering.pageElements.TextBlockElement”,”html”:”

So this game, against … (checks notes) … the Netherlands is “bigger” in the sense that it’s a round of 16 game.

“,”elementId”:”9abb3833-3ae7-4ecf-8fd4-a38e79835134″},{“_type”:”model.dotcomrendering.pageElements.TextBlockElement”,”html”:”

But it feels different, doesn’t it? The concern that the US would embarrass itself has disappeared. Now, they’re playing with house money. Is that the right term? I don’t know gambling.

“,”elementId”:”7095b62e-bf65-49d5-a254-e4c7de150b50″},{“_type”:”model.dotcomrendering.pageElements.TextBlockElement”,”html”:”

So it’s a different type of nerves. Being the underdog is fun.

“,”elementId”:”c885bb89-9ae2-4214-9935-b5a7b7dc177f”},{“_type”:”model.dotcomrendering.pageElements.TextBlockElement”,”html”:”

And this is winnable, isn’t it? The oddsmakers generally give the Netherlands a 50% chance of winning outright, and then “draw” and “US win” split the other 50%. This being a knockout-stage game, “draw” means “penalties,” and which team will be feeling the pressure then?

“,”elementId”:”ab56cc32-bb8c-4c47-8b43-da8b9787376e”},{“_type”:”model.dotcomrendering.pageElements.TextBlockElement”,”html”:”

This should be fun. Let’s talk for a bit and then watch, shall we?

“,”elementId”:”20f6abb0-38d8-4e8b-8ffb-12e74af004d0″}],”attributes”:{“épinglé”:false,”keyEvent”:true,”summary”:false},”blockCreatedOn”:1670072452000,”blockCreatedOnDisplay”:”00.00 AEDT”,”blockLastUpdated”:1670072899000,”blockLastUpdatedDisplay”: “00.08 AEDT”,”blockFirstPublished”:1670072899000,”blockFirstPublishedDisplay”:”00.08 AEDT”,”blockFirstPublishedDisplayNoTimezone”:”00.08″,”title”:”Préambule”,”contributors”:[],”primaryDateLine”:”Dim 4 décembre 2022 00h29 AEDT”,”secondaryDateLine”:”Première publication le dim 4 décembre 2022 00h00 AEDT”}],”filterKeyEvents”:false,”format”:{“display”:0,” theme”:2,”design”:10},”id”:”key-events-carousel-mobile”}”>

Les évènements clés

En faveur des USA…

Eric Wynalda, dont la longue histoire avec l’équipe américaine comprend un but lors de la Coupe du monde 1994, dit que cette équipe américaine a un grand gardien de but à Matt Turner, un joueur très scruté qui livre la marchandise à Christian Pulisic, une défense solide et un capitaine qui inspire sur et hors du terrain à Tyler Adams.

Et s’il vous plaît, lisez plus sur Tyler Adams. Sa ténacité au milieu de terrain est cruciale, donnant aux arrières extérieurs américains la liberté d’attaquer, ce qui a porté ses fruits contre l’Iran lorsque Sergino Dest a mis la croix pour Pulisic. Et son sang-froid lors d’une conférence de presse lorsqu’on lui a posé une question délicate sur les relations raciales devrait faire l’envie de tout dirigeant mondial.

Préambule

Bienvenue dans le plus grand match masculin américain depuis le dernier…

C’est typique d’une Coupe du monde, bien sûr, que chaque match soit « plus grand » que le précédent, et nous le savions pour les États-Unis lorsque nous avons vu le tirage au sort.

Pays de Galles? OK, très bien, match typique de la phase de groupes.

Angleterre? Nous parlons maintenant. Le pays où le jeu a commencé a un record de défaites contre les États-Unis en Coupe du monde. (Et le fait toujours.)

L’Iran? Oh oh. Flashbacks sur 1998 et la plus grande humiliation que les États-Unis aient jamais eue lors d’une Coupe du monde. Et un jeu qui déterminerait sûrement s’ils avanceraient.

Donc ce match, contre … (vérifie les notes) … les Pays-Bas est « plus grand » dans le sens où c’est un match de huitièmes de finale.

Mais c’est différent, n’est-ce pas ? La crainte que les États-Unis ne s’embarrassent a disparu. Maintenant, ils jouent avec l’argent de la maison. Est-ce le bon terme ? Je ne connais pas les jeux d’argent.

C’est donc un autre type de nerfs. Être l’opprimé est amusant.

Et c’est gagnable, n’est-ce pas ? Les preneurs de paris donnent généralement aux Pays-Bas 50 % de chances de gagner, puis « match nul » et « victoire des États-Unis » se partagent les 50 % restants. S’agissant d’un match à élimination directe, “match nul” signifie “pénalités”, et quelle équipe ressentira alors la pression ?

Cela devrait être amusant. Parlons un peu et ensuite regardons, d’accord ?

Beau sera ici sous peu, mais en attendant, voici comment les campagnes des deux équipes se sont déroulées jusqu’à présent.

Comment les États-Unis sont arrivés ici

  • Dans le premier match, les États-Unis ont pris d’assaut les portes et semblaient vouloir découper le Pays de Galles pour une victoire convaincante après le but de Tim Weah. Mais les Américains se sont bien évanouis en deuxième période et le match s’est soldé par un match nul 1-1.

  • Les États-Unis ont ensuite affronté l’Angleterre et ont maintenu leur record d’invincibilité contre les Three Lions lors de la Coupe du monde. Les Américains étaient la meilleure équipe mais n’ont pas pu convertir leurs chances en un match nul 0-0.

  • Les États-Unis devaient battre l’Iran lors de leur dernier match de groupe, et l’ont fait grâce aux efforts de Christian Pulisic, dans lequel il n’a certainement pas blessé ses inavouables. La victoire 1-0 a propulsé les Américains en tant que deuxièmes du groupe B

Comment les Pays-Bas sont arrivés ici

  • Les Néerlandais l’ont quitté tard dans leur match d’ouverture, avec leur premier but à la 84e minute de leur victoire 2-0. Ils se sont également appuyés sur une belle prestation de leur gardien, Andries Noppert.

  • Cody Gakpo a marqué un but en début de match, mais les Néerlandais ont été mis sous pression pendant une grande partie du match lors de leur match nul 1-1 contre l’Équateur.

  • Gakpo était à nouveau dangereux alors que les Pays-Bas remportaient une victoire 2-0 sur les hôtes déjà éliminés lors de leur victoire contre le Qatar. La victoire signifiait qu’ils progressaient en tant que vainqueurs de groupe, même si le manager Louis van Gaal se hérissait des suggestions de regarder son équipe, c’était comme “grincer des dents”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick