Peter Nygard sur le point d’être extradé vers les États-Unis

OTTAWA — Peter Nygard, l’ancien cadre canadien de la mode qui avait autrefois l’habitude de se vanter de son style de vie flamboyant, a renoncé vendredi à une audience d’extradition canadienne, une décision qui l’amènera aux États-Unis pour faire face à des accusations de trafic sexuel et d’autres crimes faisant des dizaines de victimes. des femmes et des adolescentes.

M. Nygard a été arrêté en décembre à son domicile de Winnipeg, au Manitoba, à la demande du bureau du procureur américain à Manhattan. Un acte d’accusation fédéral de neuf chefs d’accusation a accusé M. Nygard, 80 ans, d’avoir déployé l’influence de son entreprise, de son argent et de ses employés pour recruter des victimes adultes et des «femmes mineures» pendant une période de 25 ans pour sa gratification sexuelle et celle de ses associés .

M. Nygard a agressé sexuellement certains, selon l’acte d’accusation, tandis que ses associés en ont agressé ou drogué d’autres “pour s’assurer qu’ils se conforment aux exigences sexuelles de Nygard”. L’acte d’accusation indiquait que leurs actions avaient eu lieu aux États-Unis, aux Bahamas et au Canada.

Comparaissant par vidéo devant un tribunal de Winnipeg vendredi, M. Nygard a accepté d’être envoyé aux États-Unis pour y subir son procès relativement aux accusations de trafic. En vertu de la loi canadienne, M. Nygard, qui s’est vu refuser la libération sous caution à la suite de son arrestation, ne peut être remis aux autorités américaines avant au moins 30 jours.

La date à laquelle M. Nygard sera effectivement envoyé aux États-Unis a été encore compliquée par une annonce du service de police de Toronto selon laquelle il dispose d’un mandat d’arrêt contre six chefs d’accusation d’agression sexuelle et trois de séquestration. Ces incidents, selon la force, ont eu lieu entre 1987 et 2005 dans cette ville. Ces accusations seraient les premières à faire face à M. Nygard au Canada.

Lire aussi  Date limite fixée pour que le Royaume-Uni décide d'extrader Mike Lynch vers les États-Unis

David Lametti, le ministre de la Justice du Canada, qui est également le procureur général du pays, doit rendre l’ordonnance définitive pour expulser M. Nygard du pays.

Le ministre a deux choix, a déclaré Gary Botting, un avocat de Vancouver, en Colombie-Britannique, qui se spécialise dans les cas d’extradition mais n’est pas impliqué dans le cas de M. Nygard. M. Lametti peut retarder l’envoi de M. Nygard aux États-Unis jusqu’à ce que l’affaire de Toronto soit entendue. Alternativement, M. Lametti peut l’envoyer aux États-Unis maintenant, mais conditionner l’ordonnance au fait que les autorités américaines renvoient M. Nygard au Canada pour y être jugé une fois que son affaire aux États-Unis sera terminée.

S’exprimant à l’extérieur du tribunal, les avocats de M. Nygard ont déclaré que la décision de leur client n’était pas un aveu de culpabilité. Mais étant donné son âge et la tendance des tribunaux canadiens à répondre aux demandes d’extradition, M. Nygard a décidé qu’il valait mieux faire avancer le processus.

« Il a 80 ans et cela a pris un énorme péage sur lui », a déclaré Richard J. Wolson aux journalistes. “Tout ce processus concernait son procès aux États-Unis et son espoir, et le nôtre, est qu’il sera justifié.”

Au Canada, les demandes d’extradition peuvent être prolongées pendant des années par des appels et des retards procéduraux si l’accusé a les ressources financières nécessaires pour soutenir une telle contestation judiciaire.

M. Nygard, qui a voyagé en jet privé avec un entourage de femmes dans des maisons comprenant un domaine présenté dans “Lifestyles of The Rich and Famous”, est désormais sans le sou, selon ses avocats. Son groupe privé basé à Winnipeg, qui opérait sous le nom de Nygard International, a déposé son bilan au Canada et aux États-Unis.

Lire aussi  Les entreprises d'énergie propre demandent au gouvernement de « ne pas entraver » la transition vers les énergies renouvelables | Énergie renouvelable

Les dépôts de bilan montrent que les passifs de ses sociétés dépassent leurs actifs d’environ 150 millions de dollars canadiens.

Alors que le tribunal a seulement ordonné à M. Nygard de faire face à des accusations de trafic en Amérique, Scott D. Farlinger, l’avocat du gouvernement canadien représentant les États-Unis, a déclaré lors de l’audience de vendredi qu’il demanderait à M. Lametti d’ajouter des charges supplémentaires à toute mesure de renvoi définitive.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick