Plus de la moitié des enfants noirs du Royaume-Uni vivent dans la pauvreté, selon une analyse | Course

Plus de la moitié des enfants noirs au Royaume-Uni grandissent maintenant dans la pauvreté, a révélé une nouvelle analyse des données officielles.

Les enfants noirs sont également maintenant plus de deux fois plus susceptibles de grandir dans la pauvreté que les enfants blancs, selon la recherche du parti travailliste, qui était basée sur les chiffres du gouvernement pour les ménages qui ont un « revenu relativement faible » – défini comme étant inférieur à 60 % de la médiane, la définition standard de la pauvreté.

Et au cours de la dernière décennie, le nombre total d’enfants noirs dans les ménages pauvres a plus que doublé – bien que cette augmentation s’explique en partie par l’augmentation de la taille globale de la cohorte. La proportion d’enfants noirs vivant dans la pauvreté est passée de 42 % en 2010-11 à 53 % en 2019-20, l’année la plus récente pour laquelle les données sont disponibles.

Les chiffres ont été communiqués au Guardian par le parti travailliste, qui les a décrits comme des preuves de “l’incompétence des conservateurs et du déni de l’existence d’un racisme structurel”.

Le leader travailliste, Keir Starmer, a déjà engagé le parti à adopter une nouvelle loi sur l’égalité raciale, s’il est élu, pour lutter contre le racisme structurel. De plus amples détails sur ce que cela impliquerait devraient être précisés en 2022.

Le parti a produit ses chiffres en croisant les données des rapports du ministère du Travail et des Pensions sur les ménages en dessous du revenu moyen avec les statistiques de la population.

En 2019-2020, 4,3 millions d’enfants (définis comme des personnes de moins de 16 ans, ou âgées de 16 à 19 ans et scolarisés à temps plein) vivaient dans des ménages pauvres. Ils représentaient 31 % des 14 millions d’enfants du Royaume-Uni.

Mais il y avait une grande variation entre les groupes ethniques. La recherche sur le travail couvrait neuf catégories et indiquait que les enfants bangladais sont les plus pauvres, 61% d’entre eux vivant dans un ménage pauvre.

Les chiffres pour les autres groupes étaient : les enfants pakistanais (55 %) ; Noir Africain ou Antillais ou Noir Britannique (53 %) ; autre origine ethnique (51 %) ; autres asiatiques (50 %) ; origine ethnique mixte (32 %) ; Indien (27 %) ; blanc (26 %) ; et chinois (12%).

Il y a 2,9 millions d’enfants blancs vivant dans la pauvreté, ce qui en fait de loin la plus grande cohorte ethnique, comprenant 68% de tous les enfants vivant dans la pauvreté. Les enfants noirs sont le deuxième groupe le plus important : avec plus de 400 000 personnes vivant dans la pauvreté, ils représentent 10 % du total des enfants pauvres.

Les chiffres travaillistes montrent que, parmi certains groupes ethniques, les enfants sont tout aussi susceptibles de vivre dans la pauvreté aujourd’hui qu’ils l’étaient il y a dix ans. En 2010-11, 61 % des enfants bangladais vivaient dans des ménages pauvres – exactement le même chiffre qu’à la fin de la décennie.

Pour les enfants indiens, les chances de vivre dans un ménage pauvre sont passées de 34 % il y a dix ans à 27 %. Pour les enfants chinois, ce chiffre est passé de 47 % à 12 %.

Mais pour les enfants blancs, le chiffre est passé de 24 % à 26 % ; pour les enfants pakistanais, il est passé de 50 % à 55 % ; et pour les enfants noirs, il est passé de 42 % à 53 %.

Dans l’ensemble, 27 % de tous les enfants vivaient dans des ménages pauvres en 2010-11 ; le dernier chiffre est de 31 %.

Anneliese Dodds, la secrétaire d’État fantôme aux femmes et à l’égalité, dont le bureau a produit les chiffres, a déclaré que les conservateurs devraient avoir honte de ce qu’ils ont révélé.

« Il n’est pas étonnant que la pauvreté des enfants ait grimpé en flèche au cours de la dernière décennie alors que les ministres conservateurs ont si peu fait pour lutter contre les inégalités structurelles qui la conduisent », a-t-elle déclaré.

« L’incompétence conservatrice et le déni de l’existence d’un racisme structurel plongent les enfants noirs dans la pauvreté. Les travaillistes ont un plan pour les en sortir, avec une nouvelle loi sur l’égalité raciale pour lutter contre les inégalités raciales structurelles à la source. »

Le parti travailliste a annoncé son engagement en faveur d’une loi sur l’égalité raciale en publiant l’année dernière un examen de Doreen Lawrence, la pair, sur l’impact disproportionné de Covid sur les communautés ethniques minoritaires.

Le parti n’a pas dit exactement ce que contiendrait sa loi, mais les recommandations Lawrence, que le parti a acceptées, façonneraient son contenu.

Bien qu’une grande partie du rapport Lawrence se soit concentré sur des problèmes spécifiques à Covid, il a également déclaré que le virus avait “prospéré sur des inégalités structurelles qui ont longtemps marqué la société britannique”. Ses recommandations comprenaient d’obliger les grands employeurs à publier des données sur les écarts de rémunération liés à l’origine ethnique, d’avoir des objectifs clairs pour combler l’écart de réussite pour les enfants et de mettre en œuvre une stratégie d’égalité raciale qui a le soutien des communautés ethniques minoritaires.

Halima Begum, directrice générale du Runnymede Trust, le groupe de réflexion sur l’égalité raciale, a déclaré que les chiffres du parti travailliste, bien que non surprenants, étaient néanmoins “une source de préoccupation considérable”.

Elle a déclaré: «Ce ne sont pas des inégalités cycliques qui sont signalées, mais des lacunes systémiques qui doivent être corrigées rapidement.

«Mais les problèmes sont nuancés. Les enfants noirs sont confrontés au racisme et à la pauvreté. Mais la pauvreté n’est pas définie exclusivement par la race. Ainsi, pendant plus d’une décennie, le Runnymede Trust a soutenu que vous ne pouvez pas simplement résoudre le problème des inégalités raciales sans également aborder les disparités socio-économiques.

En réponse aux affirmations du parti travailliste selon lesquelles les chiffres constituaient un acte d’accusation de son bilan, un porte-parole du gouvernement a souligné des chiffres distincts montrant qu’en 2019-2020, il y avait 300 000 enfants de moins vivant dans un faible revenu absolu, après les frais de logement, qu’en 2010.

Le faible revenu absolu est défini comme étant inférieur au chiffre de 60 % du revenu médian pour 2010, corrigé de l’inflation. Les gens peuvent sortir du bas revenu absolu si leurs revenus augmentent plus que l’inflation, mais peuvent rester dans un revenu relativement bas – la référence la plus couramment utilisée – si les revenus des autres augmentent proportionnellement plus.

Le porte-parole a déclaré: «Les derniers chiffres officiels montrent qu’il y avait 300 000 enfants de moins de tous les milieux dans la pauvreté après les coûts de logement qu’en 2010 et nous continuons à fournir un soutien important pour réduire davantage ce nombre.

“Cela inclut de mettre 1 000 £ de plus par an en moyenne dans les poches des plus bas revenus grâce à des modifications du crédit universel, en augmentant le salaire minimum en avril prochain à 9,50 £ par heure et en aidant à couvrir le coût des factures de carburant.”

Lire aussi  Un patient infecté par le virus Monkeypox s'enfuit de l'hôpital, CE lieu en alerte maximale | Nouvelles du monde

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick