« Pourquoi ne reviennent-ils pas ? » : les talibans qui occupent l’ambassade britannique à Kaboul demandent le retour des diplomates | Nouvelles du Royaume-Uni

Les nouveaux locataires de l’ambassade britannique à Kaboul ne peuvent pas comprendre pourquoi le personnel diplomatique n’est pas revenu depuis que les talibans ont pris le contrôle.

« Pourquoi ne reviennent-ils pas ? » demande l’un des commandants talibans qui nous escortent.

Il sait que nous sommes britanniques et nous pousse plus loin. Je me demande brièvement s’il nous nargue. Après une guerre de 20 ans au cours de laquelle les talibans considèrent qu’ils mettent en déroute certaines des armées les plus dures et les plus riches du monde, les combattants que nous voyons à plusieurs postes de contrôle de la ville ont un air décontracté de confiance à leur égard.

« Ils disent qu’ils croient aux droits de l’homme », poursuit le commandant, faisant référence au personnel de l’ambassade, « alors pourquoi ne sont-ils pas ici ? C’est en sécurité à Kaboul maintenant. Pourquoi ne reviennent-ils pas ?

Je ne pense pas qu’il s’attende vraiment à une réponse. Il n’en attend certainement pas un de moi.

Image:
Abdul Malik, le commandant taliban en charge de la sécurité dans les ambassades britannique et canadienne

Un autre commandant invite les diplomates britanniques à revenir « aujourd’hui, demain, n’importe quand », ajoutant : « Nous serons heureux de les avoir ici ».

Mais après deux décennies de combat contre ceux qu’ils considéraient comme faisant partie des « envahisseurs » de leur pays, leur invitation sera probablement considérée avec beaucoup de prudence à Westminster.

Alors que nous nous promenons dans le complexe de l’ambassade avec les gardes talibans, cela nous semble étrangement calme. Il y a quelques effets personnels qui se sont répandus ou ont été sortis d’une valise et qui traînent sur le trottoir à l’extérieur des bureaux.

Lire aussi  Attiser la peur et la haine a maintenu la Coalition au pouvoir – finalement l'Australie en a eu assez | David Marre

Parmi les vêtements, il y a des cartes de vœux encore dans leur emballage plastique à l’intérieur de l’étui. Un drapeau de l’armée britannique est étendu à proximité et il y a une veste pare-balles bleue qui a été drapée sur la porte qui protégeait autrefois le personnel de l’ambassade travaillant derrière.

Un militant taliban garde l'ambassade britannique
Image:
Un militant taliban garde l’ambassade britannique

Un entrepôt semble avoir été saccagé et des vivres, dont des dizaines de boîtes de conserve, sont éparpillés à l’extérieur.

« Nous n’avons touché à rien », nous disent les combattants talibans. « Nous ne sommes pas autorisés à le faire. Tout est intact. »

Ils poursuivent en disant que d’autres « moudjahidines » sont arrivés avant eux. « C’étaient des voleurs », dit l’un d’eux.

Une grande horloge posée sur le sol tourne toujours. Cela nous rappelle les paroles infâmes qui auraient été prononcées par un commandant taliban il y a 20 ans qui aurait déclaré : « Vous avez les montres, mais nous avons le temps.

En fin de compte, le simple fait de rester assis et d’attendre a fonctionné. L’ambassade britannique vide semble une métaphore de l’échec de la mission.

Il y a des drapeaux talibans partout maintenant. Ce sont les drapeaux talibans qui flottent sur tous les bâtiments gouvernementaux et bordent les rues et ce sont les soldats, les combattants et les exécutants talibans qui imposent les nouvelles règles.

La façade de l’ambassade américaine a été recouverte de slogans talibans. Quelques enfants vendent dehors des drapeaux talibés blancs. À quelle vitesse la situation a changé dans le pays.

Un jeune garçon vend des drapeaux talibans devant l'ambassade américaine
Image:
Un jeune garçon vend des drapeaux talibans devant l’ambassade américaine

Alors qu’on nous fait faire le tour de l’ambassade du Canada, Abdul Malik, le commandant taliban en charge de la sécurité là-bas, nous invite à filmer les sacs poubelles remplis de bouteilles d’alcool vides. « C’est contre la charia », nous dit-il.

Lire aussi  Les gestionnaires de patrimoine doivent mettre l'ESG en pratique

« Ils devaient avoir beaucoup d’argent pour boire autant… ils avaient l’habitude de manger de la bonne nourriture, de se saouler, puis de coucher ensemble. »

C’est bizarre d’errer dans ce complexe, autrefois si fortement protégé contre les attaques terroristes, maintenant déserté en dehors de ses gardes talibans. Dans l’enceinte de l’ambassade du Canada, une tortue se fraie un chemin à travers le parvis au grand amusement des Talibs qui la poussent et la fixent.

« Pourquoi ont-ils apporté ça ici ? » nous demande-t-on. La réponse nous échappe à tous mais comme tout le reste dans l’enceinte, elle appartient désormais à un nouveau propriétaire : une tortue talibane.

Le commandant fustige la communauté internationale pour avoir quitté le pays. « Où est votre aide et votre soutien ? » nous demande-t-il.

« Au lieu de cela, vous criez toujours que nous sommes des terroristes… venez voir le gouvernement taliban et comparez-nous au précédent… analysez leur sécurité et regardez la nôtre.

Les Afghans attendent à la frontière pour entrer au Pakistan
Image:
Les Afghans attendent à la frontière pour entrer au Pakistan

Comme plusieurs des commandants à qui nous avons parlé, il souhaite des relations « normales » avec le reste du monde. Environ 80% de l’argent de l’Afghanistan provient de dons ou d’aides étrangères. Le pays ne peut tout simplement pas se permettre d’être ostracisé.

Dans un appel direct aux diplomates, aux politiciens et aux hommes d’affaires, il a déclaré : « Venez recommencer votre travail. Personne ne vous fera de mal… ce sont les relations diplomatiques et c’est le droit de chaque pays. Vous devez le faire et nous devons le faire. « 

Lire aussi  interprète afghane raconte l'attente longue et dangereuse à Kaboul pour un vol vers la sécurité | Nouvelles du monde

Mais beaucoup dans son propre pays ne sont pas rassurés. Deux jeunes journalistes travaillant pour le journal Etilaatroz disent avoir été violemment battus et torturés par les talibans pour avoir couvert une manifestation de femmes réclamant plus de libertés.

Les journalistes ont été emmenés dans un poste de police de la ville et ont déclaré avoir été détenus dans des pièces séparées puis fouettés avec des câbles. La douleur était si intense que les deux disent qu’ils se sont évanouis. Il y a d’énormes zébrures et des ecchymoses étendues sur le dos, les épaules, les cuisses et les fesses.

Taqi Daryabi et Nematullah Nadqi montrent leurs blessures
Image:
Taqi Daryabi et Nematullah Nadqi montrent leurs blessures

Taqi Daryabi, 22 ans, a déclaré : « Ce qu’ils ont fait n’est pas ce qu’un humain devrait faire à un autre humain… mais ce que les talibans ont fait, c’est du passé et c’est révolu et je n’ai ni peur ni peur.

Lui et son collègue journaliste, Neamatullah Naqdi, insistent sur le fait qu’ils continueront à faire des reportages.

« Non, cela ne m’arrêtera pas, car c’est mon métier et je continuerai. Je ne m’arrêterai pas. J’informe les gens de ce qui se passe et personne ne nous empêchera de le faire. »

Taqi Daryabi parle à Alex Crawford
Image:
Taqi Daryabi parle à Alex Crawford

Mais leur rédacteur en chef prévient que ce n’est que le début et a appelé les journalistes afghans et ceux de l’extérieur à rester unis.

« Cela se reproduira et cela empirera », a déclaré Zaki Daryabi.

« Ces journalistes ont été torturés. Aucune autre explication. Ils ont été battus et torturés pour avoir fait leur travail.

« Nous avons besoin que la communauté internationale nous soutienne et insiste sur le fait que les talibans sont tenus de rendre des comptes car cela aura un impact terrible sur la liberté des médias et les libertés de chacun dans ce pays. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick