Home » Régulation de la ville: les robocops peuvent créer un avantage post-Brexit

Régulation de la ville: les robocops peuvent créer un avantage post-Brexit

by Les Actualites

La City de Londres doit améliorer son jeu pour compenser les pertes du Brexit. C’est une raison pour saluer la poussée de vendredi pour plus de «RegTech» – technologie réglementaire – par l’organe directeur du Square Mile. Les progrès technologiques impliquant la science des données, l’apprentissage automatique et le cloud computing ont ouvert de nouvelles approches pour faire face aux risques réglementaires.

Le Brexodus prévu des actifs financiers et des emplois est en cours. Les banques et les assureurs ont transféré 900 milliards de livres d’actifs, soit un peu moins de 10% du total du Royaume-Uni. Les mouvements de personnel ont jusqu’à présent atteint 7 400, selon le cabinet de conseil New Financial. Tout n’est pas à sens unique. Jusqu’à 500 entreprises basées dans l’UE devraient ouvrir un bureau au Royaume-Uni. Mais le péage sur la ville est susceptible d’augmenter dans les années à venir.

Les espoirs persistants que le Royaume-Uni bénéficierait d’un meilleur accès au marché en échange d’un accord sur «l’équivalence» de la surveillance se sont largement évanouis. Cela crée une opportunité et un coût. Il y a une marge de manœuvre.

Le Royaume-Uni souhaite faire de son approche de la réglementation un avantage concurrentiel. Il vise à trouver un équilibre entre l’approche détaillée et normative de l’UE et l’approche inégale des États-Unis, illustrée par l’explosion d’Archegos Capital. Les partisans de la RegTech affirment qu’elle peut jouer un rôle en permettant une surveillance du marché en temps réel et en aidant à prédire où les risques émergeront. Cela pourrait rendre la supervision plus préventive et moins réactive.

Ces allégations doivent être traitées avec prudence. La réglementation financière «légère» du Royaume-Uni dans les années 2000 ne s’est pas bien terminée. Mais RegTech peut réduire les risques et améliorer l’efficacité. Cela pourrait également entraîner une réduction modeste des coûts de mise en conformité – environ 500 millions de livres sterling, soit 0,05% du total annuel, pour les cinq principales banques britanniques, selon RT Associates.

Il n’y a pas de solution miracle pour faire face aux problèmes du Brexit. RegTech ne transformera pas la demande à elle seule. Mais la Ville doit envisager toutes les manières possibles de renforcer son attrait.

L’équipe Lex souhaite en savoir plus sur les lecteurs. Veuillez nous dire ce que vous pensez de «RegTech» et de la ville post-Brexit dans la section commentaires ci-dessous.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.