Russie Ukraine nouvelles : les Russes protestent contre l’invasion de Poutine malgré les craintes de la police secrète

Des Russes intrépides sont descendus dans la rue pour protester contre l’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine, appelant à la mort du président.

Des Russes intrépides ont protesté contre l’invasion de l’Ukraine par le président Vladimir Poutine, avec près de 1400 détenus par la police.

« Plus de 1391 personnes ont déjà été détenues dans 51 villes », a déclaré l’observateur indépendant OVD-Info, qui suit les arrestations lors des rassemblements de l’opposition.

Plus de 700 personnes ont été arrêtées à Moscou et plus de 340 personnes dans la deuxième plus grande ville de Saint-Pétersbourg, a indiqué l’observateur.

S’exprimant sur ABC Breakfast, une femme qui a assisté à l’une des manifestations à Moscou a déclaré qu’elle voulait que Poutine meure.

« Que pensez-vous de Vladimir Poutine ? on lui a demandé.

« Honnêtement, je sais que ce n’est pas bien de souhaiter la mort de quelqu’un, mais je lui souhaite la mort », a-t-elle répondu.

« Parce que ce qu’il fait ?

« Ouais. C’est horrible. C’est indescriptible. Je me suis senti mal physiquement aujourd’hui. Juste regarder ce qui se passe. Je veux dire, tous mes amis ressentent la même chose. Nous nous sentons tellement impuissants et impuissants et juste révoltés par ce qui se passe.

Diffusez les dernières nouvelles sur l’escalade des tensions entre la Russie et l’Ukraine en direct et à la demande sur Flash. Plus de 25 chaînes d’information en un seul endroit. Les nouveaux clients essaient gratuitement pendant 14 jours >

Environ 2000 personnes se sont rassemblées près de la place Pouchkine dans le centre de Moscou, tandis que jusqu’à 1000 personnes se sont rassemblées dans l’ancienne capitale impériale Saint-Pétersbourg, selon des correspondants de l’- sur place.

Lire aussi  Un journaliste de Fox News en Ukraine réfute l'horrible point de vue de son collègue Greg Gutfeld sur la couverture de la guerre

L’invasion de l’Ukraine se déroule au cours d’une répression sans précédent contre l’opposition russe, la plupart des dirigeants de la contestation étant assassinés, emprisonnés ou expulsés du pays.

Le chef de l’opposition emprisonné Alexei Navalny, qui avait l’habitude de mobiliser les plus grandes manifestations de Russie contre Poutine, purge une peine de deux ans et demi dans une colonie pénitentiaire à l’extérieur de Moscou.

Un certain nombre de militants russes ont appelé les médias sociaux à descendre dans la rue après que Poutine a lancé une offensive contre l’Ukraine aux premières heures de jeudi.

À Moscou, des manifestants ont été vus se masser autour de la place Pouchkine en scandant « Non à la guerre ! »

« Je suis en état de choc. Mes parents et mes proches vivent en Ukraine », a déclaré Anastasia Nestulya, 23 ans, à Moscou.

« Que puis-je leur dire au téléphone ? Tu t’accroches là ? Elle a dit que beaucoup avaient peur de protester.

À Saint-Pétersbourg, beaucoup ont frappé une note similaire.

« J’ai le sentiment que les autorités sont devenues folles », a déclaré Svetlana Volkova, 27 ans. Elle a également déclaré que peu de personnes étaient disposées à manifester en Russie.

« Les gens ont été dupés par la propagande. » Alors qu’il était emmené par trois policiers, un jeune homme a crié : « Avec qui vous battez-vous ? Arrêtez Poutine.

Ces dernières années, la Russie a durci les lois sur les manifestations et les manifestations se terminent souvent par des arrestations massives.

Plus tôt jeudi, Navalny a déclaré qu’il était contre l’invasion de l’Ukraine.

« Je suis contre cette guerre », a-t-on entendu dire Navalny dans une vidéo publiée par la chaîne de télévision indépendante Dozhd.

Lire aussi  Fonctionnaires: une tornade endommage des maisons et des voitures dans le sud-ouest de la Floride

« Cette guerre entre la Russie et l’Ukraine a été déclenchée pour dissimuler le vol des citoyens russes et détourner leur attention des problèmes qui existent à l’intérieur du pays », a déclaré l’homme de 45 ans.

Plus tôt jeudi, les autorités russes ont averti les sympathisants anti-guerre de se rassembler pour manifester.

La commission d’enquête, un organisme gouvernemental qui enquête sur les crimes majeurs, a mis en garde les Russes contre les répercussions juridiques d’une participation à des manifestations non autorisées liées à « la situation politique étrangère tendue ».

« Il faut être conscient des conséquences juridiques négatives de ces actions sous la forme de poursuites pouvant aller jusqu’à la responsabilité pénale », a déclaré le comité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick