Scott Morrison fait face à des maux de tête lors de la présélection avec des députés libéraux assis dans la ligne de mire | Parti libéral

Le premier ministre, Scott Morrison, fait face à des troubles de la présélection en Nouvelle-Galles du Sud avec au moins quatre députés libéraux en exercice confrontés à une tentative interne de les renverser avant les prochaines élections.

Bien que Morrison ait déclaré qu’il voulait plus de femmes au parlement, le défi pour les membres en exercice comprend une poussée pour évincer les femmes parlementaires dans deux sièges marginaux clés de l’ouest de Sydney – Fiona Martin à Reid et Melissa McIntosh à Lindsay.

Le ministre de l’Immigration Alex Hawke – un allié clé de Morrison – est contesté dans son siège au ruban bleu de Mitchell, tandis que Trent Zimmerman, le chef des modérés du NSW à Canberra, est également menacé.

La saison de présélection notoirement vicieuse de NSW verra les candidats décidés par un vote de chacune des branches électorales du député pour la première fois après que l’État est passé au modèle de plébiscite controversé poussé avec succès par l’ancien Premier ministre Tony Abbott.

Sans les accords entre factions habituels pour recoudre les candidats, l’issue des différents défis auxquels sont confrontés les députés en place est à la fois plus imprévisible et plus difficile à contrôler pour le Premier ministre s’il souhaite intervenir.

Le défi lancé aux titulaires expose les allégeances factionnelles actuelles en jeu dans l’État, avec les factions conservatrices modérées et d’extrême droite dans une alliance difficile pour contrer le pouvoir de la faction de centre-droit de Hawke.

Aucun des défis ne se situe entre les députés et les candidats modérés et d’extrême droite.

Dans le siège de Zimmerman à North Sydney, Jess Collins, aligné de centre-droit, a été nominé pour le siège, avec Hamish Stitt, le fils de l’avocat Robert Stitt.

À Lindsay, McIntosh – un allié factionnel de centre-droit de Morrison – est défié par le conseiller Penrith Mark Davies, qui est soutenu par l’extrême droite et est le mari de la députée extrémiste anti-avortement Tanya Davies.

Martin, un modéré, est défié par l’administrateur sportif Natalie Baini, soutenu par le courtier en puissance et lobbyiste libéral Joe Tannous.

Michael Abrahams, un ancien colonel de l’armée soutenu par les conservateurs, a proposé sa candidature pour le siège de Hawke à Mitchell.

Le doute plane également sur le sort de John Alexander à Bennelong, cependant, les nominations pour son siège ne sont pas encore ouvertes.

Il est entendu que l’ancienne chef de cabinet de Michaelia Cash, Gisele Kapterian, présentera son nom pour le siège lors de l’ouverture des candidatures.

Le président du parti libéral de NSW, Philip Ruddock, n’a pas fait de commentaire lorsqu’il a été contacté par Guardian Australia lundi, affirmant que le processus de présélection du parti était confidentiel.

«Nous passons par un processus pour tester la bonne foi avant d’arriver à un point où nous annoncerions qu’il y a des candidats, et c’est un processus que nous traversons», a-t-il déclaré.

Le parti va maintenant se lancer dans un processus d’examen des candidatures. Pendant ce temps, divers courtiers en puissance pourraient travailler dans les coulisses pour convaincre certains des challengers de se retirer.

Une bagarre se prépare également pour le ticket du Sénat NSW, avec Concetta Fierravanti-Wells aligné à droite face à un défi potentiel de Dallas McInerney des écoles catholiques NSW.

Lire aussi  Guerre russo-ukrainienne : ce que l'on sait du jour 108 de l'invasion | Ukraine

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick