Home » Un groupe extrémiste israélien chante “ Mort aux Arabes ” lors des manifestations à Jérusalem

Un groupe extrémiste israélien chante “ Mort aux Arabes ” lors des manifestations à Jérusalem

by Les Actualites

JERUSALEM (AP) – La ville sainte de Jérusalem, une poudrière de revendications religieuses et politiques concurrentes, a déclenché à plusieurs reprises des épisodes de violence israélo-palestinienne.

Cette fois-ci, il y a eu quelques étincelles supplémentaires, y compris des extrémistes juifs qui, enhardis par la récente élection de leurs patrons politiques au parlement, ont organisé une marche provocatrice vers la vieille ville fortifiée de Jérusalem en scandant «mort aux Arabes».

Au cours de quelques jours, les bagarres nocturnes dans les rues de Jérusalem entre la police israélienne et les habitants palestiniens mécontents de la ville se sont intensifiées en combats transfrontaliers entre Israël et le militant islamique de Gaza, le Hamas. Les militants de Gaza ont tiré un barrage intense de roquettes sur le sud d’Israël et Israël a lancé plusieurs frappes aériennes sur Gaza.

Les attitudes politiques des dirigeants israéliens et palestiniens ont ajouté à l’atmosphère tendue.

Voici un aperçu de ce qui est à l’origine de la violence:

Israël a capturé Jérusalem-Est, ainsi que la Cisjordanie et la bande de Gaza, lors de la guerre au Moyen-Orient de 1967. Les Palestiniens revendiquent les trois domaines pour un futur État indépendant, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Israël a annexé Jérusalem-Est, qui abrite les lieux saints juifs, musulmans et chrétiens les plus sensibles de la ville, après la guerre et considère la ville entière comme sa capitale unifiée.

Le sort de Jérusalem et de ses lieux saints est l’un des problèmes les plus explosifs du conflit, et la ville a connu de nombreuses vagues de violence au fil des ans.

L’étincelle immédiate de la vague actuelle de troubles a été la décision d’Israël de barricader une place à l’extérieur de la vieille ville de Jérusalem pendant le mois sacré du Ramadan.

Cette décision semble avoir été annulée dimanche soir, lorsque les barricades ont été soudainement enlevées, déclenchant de joyeuses célébrations devant la porte de Damas.

Les Palestiniens se rassemblent traditionnellement sur place chaque soir après des prières et un jeûne d’une journée.

En colère que leur lieu de rassemblement populaire ait été enlevé, des centaines de jeunes Palestiniens sont descendus dans les rues chaque soir. Les foules ont lancé des pierres, des bombes incendiaires et d’autres objets sur la police, tandis que les agents ont utilisé des grenades assourdissantes et des canons à eau pour les disperser. Des dizaines de personnes ont été blessées.

L’apparente inversion d’Israël dimanche soir pourrait aider à calmer les tensions. Les foules applaudissaient et scandaient «Dieu est grand» alors que les gens se rassisaient sur les marches.

La répression de ces dernières semaines a évoqué les craintes des Palestiniens qu’Israël tente d’approfondir son contrôle sur Jérusalem-Est.

«Tout ce que nous voulions faire, c’est pouvoir s’asseoir dans les escaliers de la porte de Damas la nuit pour boire du café ou du thé», a déclaré Rami, un résident de 24 ans qui a demandé que son nom de famille ne soit pas divulgué parce qu’il craignait d’être arrêté.

«C’est une tradition pour les habitants de la vieille ville de sortir pour se rafraîchir. Mon père avait l’habitude de s’asseoir sur les escaliers de la porte de Damas devant moi », a-t-il dit avant l’ouverture de la place. «Ce que la police essaie de faire, c’est simplement effacer notre identité.»

Jeudi soir, un groupe israélien d’extrême droite appelé Lehava a organisé une manifestation massive à quelques centaines de mètres de la foule palestinienne.

Il a déclaré que la marche était une réponse aux vidéos de TikTok montrant des Palestiniens giflant des juifs religieux au hasard. Mais le chef du groupe est un disciple du regretté rabbin Meir Kahane, qui a promu l’expulsion forcée des Palestiniens de la Terre Sainte. Bien que la police ait gardé les côtés séparés, les manifestants de Lehava ont scandé «Mort aux Arabes» et «Les Arabes sortent».

Tôt samedi, les militants de Gaza ont riposté en tirant 36 roquettes sur Israël, le barrage le plus intense depuis plus d’un an. Israël a riposté avec une série de frappes aériennes contre des cibles du Hamas.


Mostafa Alkharouf / Agence Anadolu via Getty

JÉRUSALEM – 23 AVRIL: les forces israéliennes interviennent auprès des musulmans palestiniens, qui se sont rassemblés à la porte de Damas après avoir exécuté la prière de Tarawih dans le complexe d’Al-Aqsa, avec des canons à eau et des bombes sonores pour permettre désormais de se rassembler dans le quartier de la vieille ville de Jérusalem-Est le 23 avril 2021 105 Palestiniens blessés lors des interventions israéliennes. (Photo par Mostafa Alkharouf / Agence Anadolu via Getty Images)

Les Palestiniens devant tenir des élections le mois prochain, le président Mahmoud Abbas et ses rivaux du Hamas ont tenté de se présenter comme des défenseurs de Jérusalem.

Abbas menace de reporter les élections à moins qu’Israël ne permette aux Palestiniens de l’Est et de Jérusalem de voter. Il n’a pas annoncé sa position, mais il semble peu probable qu’il cède. Cela pourrait donner à Abbas, dont le parti Fatah devrait faire mal, un prétexte pour annuler le vote. Mais cela pourrait aussi aggraver les tensions à Jérusalem.

Bien que le Hamas ne soit pas directement impliqué dans les derniers tirs de roquettes, il n’a pas fait grand-chose pour l’arrêter – et l’encourage peut-être tacitement – en tant que message de solidarité avec les Palestiniens de Jérusalem.

Netanyahu, quant à lui, tente désespérément de se maintenir au pouvoir après que les élections israéliennes du mois dernier se sont soldées par une impasse pour la quatrième fois consécutive.

Netanyahu a courtisé le soutien du «sionisme religieux», un parti d’extrême droite ayant des liens lâches avec Lehava. Cette sensibilisation semble avoir enhardi Lehava. Avec un peu plus d’une semaine pour former une nouvelle coalition, Netanyahu semble peu susceptible de contenir le groupe ou ses partisans.

«La question qui se cache en arrière-plan est de savoir dans quelle mesure l’échec de Netanyahu à former une coalition a influencé les affrontements et la réaction du gouvernement», a écrit le commentateur Nadav Eyal dans le quotidien Yediot Ahronot. “Il y a tout simplement trop d’allumettes qui pourraient être allumées.”

La décision d’Israël d’autoriser les Palestiniens à supprimer les barrières dimanche soir semblait viser à apaiser les tensions.

Auparavant, Israël et le Hamas ont indiqué qu’ils voulaient calmer les choses.

Tard samedi, les tirs de roquettes hors de Gaza ont repris, mais à un rythme beaucoup plus faible, avec seulement quatre projectiles lancés. Israël a décidé de ne pas riposter et les tirs de roquettes se sont calmés.

Dans le même temps, Netanyahu a appelé au calme à Jérusalem. «En ce moment, nous exigeons que la loi soit respectée; J’appelle toutes les parties à faire preuve de calme », a-t-il dit.

La Jordanie, qui est le gardien des lieux saints musulmans de Jérusalem, et l’Égypte ont lancé dimanche un appel conjoint à Israël pour qu’il «cesse toutes les attaques et mesures de provocation» à Jérusalem.

Les ministres des Affaires étrangères jordanien et égyptien ont discuté des tensions lors d’un appel téléphonique et ont condamné conjointement «la violence et l’incitation perpétrées par des groupes extrémistes contre les Palestiniens», a déclaré le ministère jordanien des Affaires étrangères.

S’il était impossible de prédire si les affrontements prendraient fin, la réaction initiale à la suppression des barrières à l’extérieur de la vieille ville semblait être un signe positif.

Mais dimanche soir, des échauffourées mineures ont éclaté à Jérusalem, tandis que l’armée israélienne a signalé deux lancements de roquettes depuis Gaza, signalant que la dernière série de troubles n’était pas terminée.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.