Une Australienne s’effondre dans un camp syrien, renouvelant les appels au rapatriement des femmes et des enfants | politique australienne

Une fillette australienne de 11 ans s’est effondrée à cause de la malnutrition dans le camp d’al-Roj dans le nord-est de la Syrie, selon un groupe d’aide, faisant craindre que ce ne soit “une question de temps avant qu’un enfant australien ne meure”.

Save the Children a révélé que la jeune fille avait besoin de l’aide d’ambulanciers, alors qu’elle multipliait les appels au gouvernement Morrison pour qu’il rapatrie d’urgence des dizaines d’enfants australiens et leurs mères du camp.

Les personnes détenues dans le camp comprennent des membres de la famille d’hommes qui se sont rendus en Syrie et en Irak pour combattre pour Isis. Les partisans des femmes et des enfants disent que leurs histoires individuelles varient, mais beaucoup ont été amenés à s’y rendre ou ont été victimes de la traite.

Le gouvernement australien a rapatrié huit orphelins australiens des camps en Syrie en 2019, mais Save the Children dit que plus de 60 femmes et enfants australiens restent à al-Roj. Ce décompte comprend environ 40 enfants, dont plus de la moitié ont moins de six ans.

Le groupe d’aide et de plaidoyer a déclaré qu’il avait appris l’incident préoccupant de malnutrition par le biais de contacts dans le camp à la fin du mois dernier, le décrivant comme un exemple de la façon dont “les enfants australiens souffrent”.

“Nous avons reçu des informations selon lesquelles une fillette australienne de 11 ans s’est effondrée à cause de la malnutrition et a dû être soignée par des ambulanciers”, a déclaré le directeur général adjoint de Save the Children Australie, Mat Tinkler.

Lire aussi  Comment Joséphine Baker a reçu la plus rare des distinctions françaises

« Il y a aussi de plus en plus de rapports de violence. Nous craignons que ce ne soit une question de temps avant qu’un enfant australien ne meure.

Une source proche du dossier a déclaré que l’état de la fillette de 11 ans s’était stabilisé après avoir reçu des soins médicaux, mais qu’elle restait “fragile”.

Des enfants australiens et leurs familles ont été transférés du camp d’al-Hawl – où l’on signale une augmentation de la violence – à al-Roj en septembre 2020.

Le gouvernement australien a déclaré qu’il “restait préoccupé” par les conditions dans les camps du nord-est de la Syrie, mais maintient qu’il n’envisagera les rapatriements qu’au cas par cas.

Le gouvernement a également fait part de ses inquiétudes quant à la mise en danger des fonctionnaires lors des opérations de rapatriement, affirmant qu’il se concentre sur la “protection des Australiens et de la communauté australienne”.

Tinkler a déclaré qu’il n’y avait aucun obstacle pratique ou juridique à ce que l’Australie ramène les enfants du camp à la maison, étant donné que l’administration kurde et le gouvernement américain ont offert leur soutien pour extraire les Australiens des camps, mais “ce qui manque, c’est la volonté politique”.

“Les enfants australiens sont innocents et ne devraient pas être laissés dans ces camps – ils appartiennent à l’Australie et notre gouvernement devrait rapatrier d’urgence les enfants et leurs mères”, a-t-il déclaré.

Kamalle Dabboussy, dont la fille australienne Mariam, 30 ans, reste dans le camp avec ses enfants âgés de sept, cinq et deux ans, a participé à des discussions avec des responsables gouvernementaux pour trouver une solution.

« Le dialogue se poursuit avec le gouvernement, mais à un certain stade, il doit passer du dialogue à l’action – et il est bloqué au stade du dialogue », a déclaré Dabboussy.

Dabboussy a déjà rendu public l’histoire de la façon dont sa fille avait passé des vacances en famille en Turquie en 2015 lorsqu’elle a été induite en erreur en se rendant à la frontière syrienne et a ensuite été emmenée dans le pays sous la menace d’une arme.

Le mari de Mariam se serait battu pour Isis et serait décédé trois mois plus tard alors que Mariam était enceinte de leur deuxième enfant.

Inscrivez-vous pour recevoir les meilleures histoires de Guardian Australia chaque matin

Dabboussy a déclaré dimanche qu’il y avait un certain nombre d’idées fausses sur les camps et les femmes et les enfants qui s’y trouvent.

« Ce ne sont pas des camps de réfugiés – ce sont des centres de détention ou des prisons », a-t-il dit, ajoutant que la nourriture et l’eau étaient rationnées.

« Ils sont détenus dans une prison sans qu’aucune accusation contre eux ni aucune preuve ne soit produite contre eux et les enfants restent avec eux alors qu’ils ne devraient jamais rester dans un environnement carcéral.

Dabboussy a déclaré que les femmes et les enfants qui y étaient conduits étaient “certaines des premières victimes d’Isis”. Ils avaient été « victimes de traite et ils risquent toujours d’être à nouveau victimes de traite ».

Save the Children a écrit à la ministre des Affaires étrangères, Marise Payne, et à la ministre de l’Intérieur, Karen Andrews, pour exhorter le gouvernement à prendre des mesures immédiates pour amener les enfants restants et leurs mères en Australie.

La lettre indique que les enfants du camp sont « extrêmement vulnérables aux maladies, à la malnutrition et aux dommages physiques ».

Cela indique également une augmentation récente des mesures prises par des gouvernements étrangers pour rapatrier des enfants et des femmes du nord-est de la Syrie. Dans le dernier cas de ce type, l’administration dirigée par les Kurdes de la région a remis aux Pays-Bas une Néerlandaise, ses deux jeunes fils et une Néerlandaise au début du mois.

La sénatrice des Verts Janet Rice s’est également inquiétée des “conditions épouvantables dans les camps”.

Lors de la dernière série d’audiences sur les estimations du Sénat, Rice a demandé aux responsables australiens s’ils envisageaient l’offre de soutien des autorités américaines et kurdes pour déplacer les citoyens australiens des camps vers la frontière avec l’Irak, où ils pourraient être accueillis en toute sécurité par des Australiens. fonctionnaires.

L’ambassadeur australien pour la lutte contre le terrorisme, Roger Noble, a répondu : « La politique du gouvernement en matière de rapatriement est fondée sur la protection des Australiens et de la communauté australienne. Il examine le rapatriement au cas par cas.

Noble a ajouté que les offres d’aide des États-Unis “seraient envisagées dans le contexte de cette politique – au cas par cas”.

Payne a déclaré que le gouvernement pesait “une série de problèmes” mais avait été “extrêmement clair – absolument clair – en avertissant constamment les Australiens que soutenir ou rejoindre des groupes terroristes en Syrie ou ailleurs mettait des vies en danger – la leur et celle des autres”.

“Malgré cela, nous comprenons les circonstances extrêmement difficiles et nous sommes préoccupés par le bien-être des Australiens dans (…) des camps en Syrie et de leurs enfants”, a déclaré Payne lors de l’audience au Sénat.

« Mais c’est une région très dangereuse et imprévisible. Nous discutons avec nos partenaires internationaux. Oui, en réponse à votre question, nous discutons avec les agences humanitaires de l’environnement sur le terrain.

Save the Children a déclaré qu’il était “engagé à travailler avec le gouvernement australien pour soutenir le rapatriement en toute sécurité des enfants et des femmes australiens, et un soutien continu tout au long de leur processus de réintégration et de réadaptation médicale”.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick