WhatsApp demande au gouvernement indien d’arrêter les nouvelles règles Internet

SAN FRANCISCO – WhatsApp a poursuivi mercredi le gouvernement indien pour mettre fin à ce qu’il considérait comme de nouvelles règles Internet oppressives qui l’obligeraient à rendre les messages des gens « traçables » pour la première fois.

Le procès, déposé par WhatsApp devant la Haute Cour de Delhi, vise à bloquer l’applicabilité des règles qui ont été adoptées par le gouvernement cette année. WhatsApp, un service appartenant à Facebook qui envoie des messages cryptés, a affirmé dans sa poursuite que les règles, qui devaient entrer en vigueur mercredi, étaient inconstitutionnelles.

Poursuivre le gouvernement indien est une mesure très inhabituelle de WhatsApp, qui s’est rarement engagée auprès des gouvernements nationaux devant les tribunaux. Mais le service a déclaré que rendre ses messages traçables «porterait gravement atteinte à la vie privée de milliards de personnes qui communiquent numériquement» et compromettrait effectivement sa sécurité.

«La société civile et les experts techniques du monde entier ont constamment soutenu que l’obligation de« tracer »les messages privés briserait le cryptage de bout en bout et conduirait à de véritables abus», a déclaré un porte-parole de WhatsApp. «WhatsApp s’engage à protéger la confidentialité des messages personnels des gens et nous continuerons à faire tout ce que nous pouvons dans le cadre des lois indiennes pour le faire.»

Le procès fait partie d’une bataille de plus en plus large entre les plus grandes entreprises technologiques et les gouvernements du monde entier pour savoir lequel d’entre eux a le dessus. L’Australie et l’Union européenne ont rédigé ou adopté des lois pour limiter le pouvoir de Google, Facebook et d’autres entreprises sur le discours en ligne, tandis que d’autres pays tentent de freiner les services des entreprises pour étouffer la dissidence et écraser les manifestations. La Chine a récemment mis en garde certaines de ses plus grandes sociétés Internet contre les pratiques anticoncurrentielles.

En Inde, le Premier ministre Narendra Modi et son parti au pouvoir, le Bharatiya Janata Party, travaillent depuis plusieurs années pour corréler le pouvoir des entreprises technologiques et contrôler plus strictement ce qui se dit en ligne. En 2019, le gouvernement a proposé de se donner de vastes nouveaux pouvoirs pour supprimer le contenu Internet, déclenchant une bataille houleuse avec les entreprises.

Les règles auxquelles WhatsApp s’oppose ont été proposées en février par Ravi Shankar Prasad, ministre indien du droit et des technologies de l’information. En vertu des règles, le gouvernement pourrait obliger les entreprises de technologie à supprimer les publications sur les réseaux sociaux jugées illégales. WhatsApp, Signal et d’autres sociétés de messagerie seraient également tenus de créer des bases de données «traçables» de tous les messages envoyés à l’aide du service, tout en joignant des «empreintes digitales» identifiables aux messages privés envoyés entre les utilisateurs.

WhatsApp a longtemps soutenu qu’il n’avait pas d’informations sur les données des utilisateurs et a déclaré qu’il ne stockait pas les messages envoyés entre les utilisateurs. En effet, le service est chiffré de bout en bout, ce qui permet à deux utilisateurs ou plus de communiquer en toute sécurité et en privé sans permettre à d’autres d’accéder aux messages.

Plus d’un milliard de personnes comptent sur WhatsApp pour communiquer avec leurs amis, leur famille et les entreprises du monde entier. De nombreux utilisateurs se trouvent en Inde.

Les critiques ont déclaré que les nouvelles règles étaient utilisées pour faire taire les détracteurs du gouvernement. Le mois dernier, Facebook, Instagram et Twitter ont reçu l’ordre de supprimer des dizaines de publications sur les réseaux sociaux qui critiquaient le gouvernement de M. Modi et sa réponse à la pandémie de coronavirus, qui a ravagé le pays. Les représentants du gouvernement ont déclaré que les postes devraient être supprimés car ils pourraient inciter à la panique et entraver sa réponse à la pandémie.

Les sociétés de médias sociaux ont répondu à de nombreuses demandes en rendant les publications invisibles à l’intérieur de l’Inde, bien qu’elles soient toujours visibles pour les personnes à l’extérieur du pays. Dans le passé, Twitter et Facebook ont ​​republié du contenu après avoir déterminé qu’il n’enfreignait pas la loi.

Les tensions entre les entreprises de technologie et le gouvernement indien se sont intensifiées cette semaine lorsque la police est descendue sur les bureaux de Twitter de New Delhi pour contester les étiquettes apposées sur certains tweets de hauts dirigeants du gouvernement. Alors que les bureaux de Twitter étaient vides, la visite a symbolisé la pression croissante exercée sur les entreprises de médias sociaux pour qu’elles freinent les discours considérés comme critiques à l’égard du parti au pouvoir.

Facebook et WhatsApp entretiennent depuis longtemps des relations de travail avec les autorités de dizaines de pays, dont l’Inde. En règle générale, WhatsApp a déclaré qu’il répondrait aux demandes légitimes d’informations et dispose d’une équipe qui assiste les responsables de l’application de la loi dans les situations d’urgence impliquant un préjudice imminent.

Ce n’est que rarement que WhatsApp a été repoussé. Le service a été fermé à plusieurs reprises au Brésil après que la société ait résisté aux demandes de données utilisateur du gouvernement. Et il s’est heurté à des responsables américains qui ont cherché à installer des «portes dérobées» dans les services de messagerie cryptés pour surveiller les activités criminelles.

Mais WhatsApp a fait valoir que même s’il essayait de promulguer les nouvelles règles de «traçabilité» de l’Inde, la technologie ne fonctionnerait pas. Une telle pratique est «inefficace et hautement sujette aux abus», a déclaré la société.

D’autres entreprises technologiques et groupes de défense des droits numériques comme Mozilla et l’Electronic Frontier Foundation ont déclaré cette semaine qu’ils soutenaient la lutte de WhatsApp contre la «traçabilité».

«La menace que tout ce que quelqu’un écrit peut leur être attribué enlève la vie privée des gens et aurait un effet dissuasif sur ce que les gens disent même dans des cadres privés, violant les principes universellement reconnus de la liberté d’expression et des droits de l’homme», a déclaré WhatsApp.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick