5 choses à savoir lundi

Un an plus tard, la chute chaotique de Kaboul se répercute sur Biden

La sortie chaotique des États-Unis d’Afghanistan il y a un an, mettant fin à un conflit de 20 ans, a sapé l’engagement du président Joe Biden de rétablir la compétence de la Maison Blanche. Lundi étant le premier anniversaire de la prise de contrôle de Kaboul par les talibans, la débâcle afghane continue de peser sur le président démocrate, alors même que sa stratégie antiterroriste donne des résultats conséquents avec l’assassinat le mois dernier du chef d’Al-Qaida, Ayman al-Zawahri. Le taux d’approbation de Biden est tombé en dessous de 50% pour la première fois après le retrait désordonné des États-Unis d’Afghanistan et le retour au pouvoir des talibans. Sa position ne s’est toujours pas rétablie au milieu d’une convergence d’autres crises, notamment une inflation élevée depuis 40 ans, des goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement, la pandémie prolongée de COVID-19 et la propagation de la variole du singe.

DACA était censé être temporaire. 10 ans plus tard, ça marche ?

Lundi marque 10 ans depuis la création de l’action différée pour les arrivées d’enfants, ou DACA, par l’administration Obama. Le DACA permet aux enfants éligibles d’immigrants qui ont été amenés illégalement aux États-Unis d’être protégés contre l’expulsion, l’accès aux permis de conduire et l’autorisation de travailler légalement. Le président Barack Obama a introduit le DACA en 2012 comme un soulagement temporaire jusqu’à ce que le Congrès adopte des solutions plus permanentes. Cela n’a jamais été le cas et aujourd’hui, les bénéficiaires s’accrochent à cette politique ténue en tant que portail vers des opportunités. Le DACA a fait l’objet d’attaques constantes – de la part de l’ancien président Donald Trump, d’un déluge de poursuites et de législateurs des États et du gouvernement fédéral qui soutiennent qu’il est illégal d’autoriser certains immigrants à rester ici sans un acte du Congrès. Une cour d’appel fédérale de la Nouvelle-Orléans devrait statuer sur la politique cette année.

Lire aussi  "N'allez-vous plus l'arrêter?": Doocy presse Biden sur la politique COVID

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick