Home » A bas les grandes entreprises, encore une fois

A bas les grandes entreprises, encore une fois

by Les Actualites

Le virage à gauche réveillé d’une grande partie des entreprises américaines nous fait penser à un titre de journal il y a longtemps: Down With Big Business. Cet en-tête au sommet d’un éditorial de 1979 est venu dans une décennie, comme celle-ci, lorsque des entreprises de premier plan acceptaient une expansion agressive du gouvernement sous les applaudissements politiques.

L’éditorial a noté comment de grandes entreprises comme GM se sont inscrites à une nouvelle réglementation coûteuse pendant les années Carter, tout comme son PDG avait approuvé les contrôles des salaires et des prix dans l’administration Nixon. «Ces informations nous aident progressivement à comprendre pourquoi les plus grandes entreprises sont des alliés si peu fiables dans la lutte pour préserver une économie de libre entreprise», a écrit le rédacteur en chef Robert L. Bartley.

***

Eh bien, nous voici de retour au même niveau, avec des PDG et des entreprises de premier plan qui s’inscrivent pour toutes les vertus supposées que le gouvernement progressiste a à offrir. Les conférences sur l’accès au vote ont reçu le plus d’attention, bien qu’il soit remarquable à quel point la plupart de ces approbations sont sans faits. Ils flottent au-dessus des détails désordonnés mais cruciaux de la politique électorale, car ce sont essentiellement des déclarations de solidarité. Ils veulent être du côté de la pensée de droite (euh, gauche), ou du moins de leurs employés et consommateurs réveillés dans la vingtaine.

Cependant, il n’est pas nécessaire de se plonger trop loin dans la politique pour voir ce qui se passe réellement: l’intérêt personnel à l’ancienne. Les PDG savent que les démocrates sont au pouvoir, ils veulent donc s’assurer de rester du bon côté du gouvernement qui peut leur faire du mal. Si cela signifie jeter des principes pour marquer un espace de sécurité politique pour leur entreprise, qu’il en soit ainsi.

Prenez l’approbation du PDG d’Amazon, Jeff Bezos, d’un taux d’imposition des sociétés plus élevé. Pendant des années, voire des décennies, nous avons écouté les titans du commerce nous dire comment ils avaient besoin d’un taux d’imposition plus bas pour rester compétitifs. Pourtant, à peine trois ans après avoir réalisé leur souhait, M. Bezos fait savoir à tout le monde qu’il participe au programme fiscal Biden.

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.