Avis | Quand les dictateurs trouvent Dieu

De quoi va être le XXIe siècle ? Si vous m’aviez demandé il y a 20 ans, disons le 10 septembre 2001, j’aurais eu une réponse claire : faire avancer le libéralisme. Après la chute du mur de Berlin, la fin de l’apartheid, les réformes de Deng Xiaoping en Chine, un ensemble de valeurs semblaient en marche : démocratie, capitalisme, égalitarisme, liberté individuelle.

Puis, au cours des décennies suivantes, la propagation de la démocratie a été stoppée puis inversée. Les autoritaires en Chine, en Europe centrale et orientale et au-delà exerçaient le pouvoir. Nous nous sommes installés dans la lutte désormais familière entre le libéralisme démocratique et l’autoritarisme.

Mais au cours des dernières années, quelque chose d’intéressant s’est produit : les autoritaires ont trouvé Dieu. Ils ont utilisé des symboles religieux comme marqueurs d’identité nationalistes et cris de ralliement. Ils ont unifié les masses derrière eux en déclenchant des guerres culturelles perpétuelles. Ils ont recadré le débat mondial : ce n’était plus entre démocratie et dictature ; c’était entre la décadence morale des élites occidentales et les valeurs traditionnelles et la spiritualité supérieure des bonnes personnes normales dans leur propre patrie.

Le 21e siècle se transforme en une ère de guerres saintes à travers le monde à un moment où l’attrait de la religion réelle semble être en déclin.

Xi Jinping est l’un des architectes de cet autoritarisme enrobé de spiritualité. Mao Zedong considérait la Chine prérévolutionnaire avec mépris. Mais le régime de Xi a fait tout son possible pour adopter les anciennes coutumes et valeurs traditionnelles. L’universitaire chinois Max Oidtmann dit qu’il restreint les entités religieuses indépendantes tout en créant une « vision des valeurs fondamentales socialistes », un credo qui comprend un mélange de confucianisme, de taoïsme, de marxisme et de maoïsme.

Lire aussi  Le budget de la défense britannique pourrait être augmenté à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie | Actualité politique

La semaine dernière, le gouvernement chinois a ordonné le boycott des célébrités « sissy pants ». Ce sont les stars masculines à l’allure délicate qui affichent des personnalités douces et sont accusées de féminiser la virilité chinoise. Ce n’est qu’une des incursions de guerre culturelle conçues pour illustrer comment le régime protège la Chine de la corruption morale occidentale.

Le populisme moral de haut en bas du régime porte ses fruits. « Aujourd’hui, le traditionalisme gagne du terrain parmi les Chinois ordinaires ainsi que les intellectuels et les politiciens », a écrit Xuetong Yan de l’Université Tsinghua en 2018. L’Internet chinois est apparemment maintenant en proie à des attaques contre la « gauche blanche » décadente – des progressistes américains et européens instruits. qui défendent le féminisme, les droits LGBTQ et autres.

Vladimir Poutine et les autres autoritaires régionaux jouent un jeu similaire. Poutine s’est longtemps associé à des philosophes religieux comme Ivan Ilyin et Nikolai Berdiaev. Dans un essai pour le Berkley Center de l’Université de Georgetown, Dmitry Uzlaner rapporte que le régime se présente comme « le dernier bastion des valeurs chrétiennes » qui empêche le monde de sombrer dans le chaos moral libéral.

Là aussi, la guerre des cultures bat son plein, avec le régime restreignant Internet, tentant de limiter l’avortement, assouplissant la lutte contre la violence domestique et imposant des lois sur le blasphème et une interdiction de fournir des informations aux mineurs qui soutiennent les « relations sexuelles non traditionnelles ».

Même les aspirants autoritaires d’Amérique et d’Europe occidentale entrent dans le jeu. Le spécialiste des affaires internationales Tobias Cremer a montré que bon nombre des soi-disant nationalistes chrétiens qui peuplent les mouvements d’extrême droite des deux côtés de l’Atlantique ne sont en réalité pas si religieux.

Lire aussi  Le jury n'est pas du tout convaincu par la mauvaise défense du signal cellulaire du représentant du GOP

Ils sont motivés par des attitudes nativistes et anti-immigrés, puis s’accrochent aux symboles chrétiens pour séparer « eux » de « nous ». En Allemagne, par exemple, le groupe d’extrême droite qui joue agressivement son identité chrétienne sous-performe parmi les électeurs qui sont en fait religieux.

Dans un autre essai du Berkley Center, Cremer écrit que les extrémistes américains de droite « défilent des croix chrétiennes lors de rassemblements, utilisent l’imagerie des croisés dans leurs mèmes et pourraient même chercher des alliances avec des groupes chrétiens conservateurs. Mais de telles références ne concernent pas la foi vivante, vibrante, universelle et de plus en plus diversifiée en Jésus-Christ qui est pratiquée dans l’écrasante majorité des églises américaines aujourd’hui. Au lieu de cela, dans l’identité blanche, le christianisme politique est largement transformé en un «christianisme» sécularisé : un marqueur d’identité culturelle et un symbole de blancheur interchangeable avec le placage viking, le drapeau confédéré ou les symboles néo-païens. »

Ces autoritaires religieusement masqués ont naturellement provoqué une réaction anti-religieuse parmi ceux qui, à juste titre, associent désormais la religion à l’autoritarisme, au nativisme et à la brutalité générale. Les niveaux croissants et sans précédent de laïcité en Europe et aux États-Unis au cours des dernières décennies n’ont pas produit une guerre culturelle et spirituelle moins vicieuse.

Les autoritaires pseudo-religieux ont élevé les enjeux moraux. Ils agissent comme si l’individualisme, les droits de l’homme, la diversité, l’égalité des sexes, les droits LGBTQ et la liberté religieuse n’étaient que les dernières formes de l’impérialisme moral occidental et les signes avant-coureurs du chaos social et moral.

Lire aussi  Des annonces estimées à des centaines de millions

Ceux d’entre nous qui sont du côté du libéralisme occidental n’ont d’autre choix que de lutter contre cela également sur le plan spirituel et culturel, de montrer que le pluralisme est le contraire de la décadence, mais qu’il est un moyen riche en spiritualité et pratiquement efficace d’élever la dignité humaine et diriger une société cohérente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick