Bilan des 12 années ininterrompues de Benjamin Netanyahu au pouvoir : –

Un manifestant israélien place un autocollant sur une banderole montrant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d’une manifestation devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem le 5 juin. L’hébreu dit : “Vous avez échoué” et “Partez”.

Sébastien Scheiner/AP


masquer la légende

basculer la légende

Sébastien Scheiner/AP


Un manifestant israélien place un autocollant sur une banderole montrant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors d’une manifestation devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem le 5 juin. L’hébreu dit : “Vous avez échoué” et “Partez”.

Sébastien Scheiner/AP

Benjamin Netanyahu était le Premier ministre israélien le plus ancien, en poste sans interruption pendant 12 ans avant que le Parlement ne l’évince dimanche.

Daniel Estrin de – a couvert le poste de Premier ministre de Netanyahu, a voyagé avec lui et a raconté comment Israël a changé sous sa direction. De Jérusalem, il a parlé avec Tout bien considéré co-hôte Ari Shapiro avant le vote qui a destitué Netanyahu de ses fonctions. Voici des extraits de cette conversation.

Netanyahu se considère comme ayant atteint la prospérité et la sécurité

Il s’est vraiment fait un politicien à l’américaine. Il a un anglais impeccable, une sorte de leader moderne et avant-gardiste qui a aidé ce petit pays à dépasser son poids dans l’économie mondiale. Je me souviens l’avoir vu donner une conférence il y a quelques années à l’Economic Club de Washington, DC. C’est un forum pour les chefs d’entreprise. Et on lui a demandé comment il décrirait son héritage et il a répondu : « Défenseur d’Israël, libérateur de son économie.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’exprime lors d’une cérémonie de remerciement au système de santé pour sa contribution à la lutte contre le coronavirus, à Jérusalem au début du mois.

Ariel Schalit/AP


masquer la légende

basculer la légende

Ariel Schalit/AP


Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’exprime lors d’une cérémonie de remerciement au système de santé pour sa contribution à la lutte contre le coronavirus, à Jérusalem au début du mois.

Ariel Schalit/AP

Et oui, Netanyahu a aidé à transformer Israël en une économie de marché. C’était à l’époque où il était ministre des Finances, en fait, au début des années 2000. Ces dernières années, sous sa direction, Israël a largement évité la crise financière mondiale.

Ce fut l’une des premières économies à rouvrir après la pandémie. Netanyahu a été largement félicité ici pour avoir obtenu les vaccins Pfizer tôt et vacciné Israël plus rapidement que tout autre pays.

Et sur la sécurité, il est connu sous le nom de “M. Sécurité”. Il a supervisé trois guerres avec le Hamas et Gaza. Il a fait accélérer les tensions avec l’Iran. Mais en réalité, il n’était pas aussi aventureux que certains pourraient le penser lorsqu’il s’agissait de la guerre ouverte. Il y avait encore de nombreuses victimes parmi les Palestiniens sous sa direction. Mais par rapport à d’autres périodes, au cours de son mandat, relativement peu d’Israéliens ont été tués dans des violences.

Lire aussi  Trump ferme la porte à Liz Cheney avec un rassemblement déchirant pour son adversaire dans le Wyoming

Comment le gouvernement démocratique d’Israël en est venu à courtiser les autoritaires

Ce qui a marqué Netanyahu au niveau international, je pense, ce sont ses relations avec les dirigeants populistes de droite du monde entier.

Israël est un pays qui s’est longtemps considéré comme isolé et pointé du doigt par le reste du monde pour sa politique envers les Palestiniens. Mais sous sa direction, Israël a vraiment élargi ses relations avec la Chine, avec l’Inde, avec l’Afrique. Israël a tiré parti de ses prouesses en matière de technologie de l’eau, de renseignement et de cybersécurité et a conclu des accords avec d’autres pays, et a même conclu un accord diplomatique historique avec les Émirats arabes unis et avec d’autres pays arabes du Golfe.

Le président brésilien Jair Bolsonaro et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se serrent la main près du rabbin du Mur occidental Shmuel Rabinovitch, à gauche, et du fils de Bolsonaro, Flavio, au centre, lors d’une visite dans une synagogue à l’intérieur des tunnels du Mur occidental dans la vieille ville de Jérusalem en avril 2019.

Menahem Kahana/- via Getty Images


masquer la légende

basculer la légende

Menahem Kahana/- via Getty Images


Le président brésilien Jair Bolsonaro et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se serrent la main près du rabbin du Mur occidental Shmuel Rabinovitch, à gauche, et du fils de Bolsonaro, Flavio, au centre, lors d’une visite dans une synagogue à l’intérieur des tunnels du Mur occidental dans la vieille ville de Jérusalem en avril 2019.

Menahem Kahana/- via Getty Images

Il s’est aligné sur les dirigeants populistes de droite du monde entier. Netanyahu est un conservateur de droite. Il se méfie généralement de la gauche. Ainsi, par exemple, il a vu l’Europe libérale se ranger du côté des Palestiniens contre Israël. Et donc il a cultivé des amitiés avec d’autres dirigeants, avec une droite montante en Europe. Il est devenu proche de dirigeants comme le Brésilien Jair Bolsonaro, voire le Hongrois Viktor Orbán, un dirigeant qui a minimisé le rôle de sa nation dans l’Holocauste.

De nombreux Israéliens, en particulier les Israéliens progressistes, considéraient Netanyahu comme érodant la démocratie de leur pays et s’alignant sur les dirigeants qui eux-mêmes érodaient leurs démocraties.

Sous Netanyahu, la relation américano-israélienne est devenue associée à la politique partisane

Israël avait traditionnellement un soutien bipartite aux États-Unis et cela remonte à la fondation d’Israël en 1948. Mais l’un des héritages de Netanyahu est que sous son administration, Israël est devenu une question partisane aux États-Unis. communauté évangélique et aussi avec le Parti républicain.

Je pense que c’est devenu évident pendant les années Obama. En 2012, Netanyahu a embrassé le républicain Mitt Romney, son vieil ami, alors que Romney se présentait contre l’ancien président Barack Obama. Et puis, quand Obama négociait l’accord nucléaire avec l’Iran, il y a eu une rupture très publique dans les relations de Netanyahu avec les démocrates. Les républicains avaient invité Netanyahu à s’adresser au Congrès, se mettant essentiellement dans le dos d’Obama pour le faire. Et Netanyahu a prononcé un discours critiquant l’accord sur le nucléaire iranien qu’Obama tentait de négocier.

Le président Donald Trump et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans le bureau ovale de la Maison Blanche en septembre 2020.

Doug Mills/Piscine/Getty Images


masquer la légende

basculer la légende

Doug Mills/Piscine/Getty Images


Le président Donald Trump et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans le bureau ovale de la Maison Blanche en septembre 2020.

Doug Mills/Piscine/Getty Images

La partisanerie, cependant, a vraiment culminé avec l’ancien président Donald Trump. Trump et Netanyahu s’impliqueraient directement dans la politique de l’autre. Trump a été blâmé pour une vague d’antisémitisme aux États-Unis et Netanyahu est venu à la défense de Trump, affirmant qu’il était un grand partisan du peuple juif. Et Netanyahu avait même des panneaux d’affichage de campagne lorsqu’il se présentait à sa réélection, posant avec Trump.

Et maintenant, je pense que nous en voyons les échos dans la façon dont certains démocrates se sont prononcés contre la politique de Netanyahu, en particulier lors du récent conflit avec le Hamas et Gaza, une sorte de position que nous n’aurions pas entendue dans le passé.

Netanyahu a contrecarré l’État palestinien et renforcé les divisions au sein de la société palestinienne

La stratégie de Netanyahu était d’essayer de prouver qu’Israël pouvait prospérer sur la scène mondiale sans avoir besoin de céder aux demandes palestiniennes, comme la demande d’établir un État palestinien sur la terre qu’Israël occupe. Et pendant de nombreuses années, Netanyahu a en quelque sorte prouvé que cela pouvait être vrai.

Il a noué des relations diplomatiques avec les pays arabes du Golfe. Et quant à la solution à deux États – mettre fin à l’occupation israélienne de la Cisjordanie, permettre un État palestinien à côté d’Israël – au début du mandat de Netanyahu, lorsqu’Obama était à la Maison Blanche, Netanyahu a approuvé un État palestinien.

Mais au moment où Trump était à la Maison Blanche, Netanyahu parlait d’un « État moins », c’est ainsi qu’il l’appelait, remettant même en question le concept de ce qu’est un État, vraiment.

Ahmad Gharabli/- via Getty Images


Les forces de sécurité israéliennes arrêtent jeudi un manifestant palestinien devant le tribunal central israélien à Jérusalem-Est lors d’une manifestation contre les expulsions prévues par Israël de familles palestiniennes des maisons du district de Silwan, dans le secteur est.

Ahmad Gharabli/- via Getty Images

Je pense que Netanyahu a renforcé un fossé entre les Palestiniens. Il a renforcé le pouvoir du Hamas à Gaza, sapé l’Autorité palestinienne soutenue par l’Occident en Cisjordanie. La construction de colonies juives en Cisjordanie s’est poursuivie et s’est développée sous son mandat, occupant des terres que les Palestiniens espéraient être réservées pour leur propre pays. Et aujourd’hui, beaucoup ici diront que la solution à deux États est morte.

Le jour des élections [in 2015], il avait prévenu ses partisans que les électeurs arabes se rendaient aux urnes en masse, ce qui lui a permis de gagner. Mais cela a contrarié sa relation avec les citoyens palestiniens d’Israël, et cela a été en quelque sorte considéré comme un tournant.

Un bagarreur politique jusqu’au bout

Netanyahu avait ce style de leadership qui divise. Cela l’a aidé à remporter les élections, mais cela a rendu de nombreux Israéliens malades de lui. Et au cours des deux dernières années, élection après élection, il n’a pas pu gagner. Ses anciens alliés politiques sont devenus des ennemis. Et à la fin, il ne lui restait que très peu d’alliés politiques prêts à s’associer à lui car il fait face à des accusations de corruption.

Des manifestants israéliens brandissent des pancartes et scandent des slogans lors d’une manifestation contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu alors qu’ils marchent de la Knesset, le parlement israélien, à la résidence du Premier ministre à Jérusalem au début du mois.

Sébastien Scheiner/AP


masquer la légende

basculer la légende

Sébastien Scheiner/AP


Des manifestants israéliens brandissent des pancartes et scandent des slogans lors d’une manifestation contre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu alors qu’ils marchent de la Knesset, le parlement israélien, à la résidence du Premier ministre à Jérusalem au début du mois.

Sébastien Scheiner/AP

Et on a le sentiment que Netanyahu, à la fin, paralysait un pays tout en essayant de conserver le pouvoir. Et les gens, même ceux qui appréciaient tant d’aspects de son leadership, sentaient qu’il était temps de changer.

Il jure que ce n’est pas le dernier chapitre. On s’attend à ce qu’il ne se retire pas de la vie publique. Il espère retrouver le leadership.

Related News

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick