COVID-19 : le Québec, l’Ontario et T.-N.-L. commencent 2022 avec des cas records

Plusieurs régions du Canada ont inauguré 2022 en documentant le nombre record de cas de COVID-19 après un réveillon du Nouvel An calme, atténué par le resserrement des restrictions de santé publique et la peur de tomber malade lors de la dernière vague de la pandémie.

Le Québec, l’Ontario et Terre-Neuve-et-Labrador ont tous enregistré de nouveaux pics dans leurs décomptes quotidiens de COVID-19, poursuivant dans certains cas une séquence de croissance rapide des infections et renversant les records précédents établis à peine 24 heures plus tôt.

Les responsables de la santé au Québec ont signalé 17 122 nouveaux cas de COVID-19 le jour du Nouvel An, marquant le cinquième jour consécutif où un nombre record de nouvelles infections ont été signalés dans la province. Il a également enregistré 12 décès supplémentaires liés au COVID-19 et 98 personnes supplémentaires hospitalisées, pour un total de 1 161 patients.

Les résidents du Québec ont sonné la nouvelle année en vertu d’un couvre-feu nouvellement institué à l’échelle de la province. Les règles sont entrées en vigueur vendredi et exigeaient que tout le monde soit à la maison avant 22 heures et y reste jusqu’à 5 heures du matin.

L’Association canadienne des libertés civiles a condamné les nouvelles mesures, affirmant que le gouvernement n’a présenté aucune preuve qu’un couvre-feu fonctionnera pour ralentir la propagation de COVID-19.

“Un couvre-feu est particulièrement problématique car il prétend permettre aux policiers d’arrêter et d’interroger des individus simplement parce qu’ils sont dehors à certaines heures de la journée”, a déclaré vendredi soir Cara Zwibel, directrice des libertés fondamentales et avocate générale par intérim de l’association. “Le fardeau de ces contrôles de police est susceptible de retomber de manière disproportionnée sur les individus racialisés et d’autres groupes marginalisés.”

Lire aussi  Les meubles de jardin les mieux notés d'Aldi, y compris un bain à remous, un poêle à bois et un four à pizza

Le Québec est la seule province au Canada à appliquer un couvre-feu dans le cadre de ses efforts pour contrôler la propagation de la COVID-19.

En Ontario, pendant ce temps, les responsables de la santé publique ont signalé samedi 18 445 nouveaux cas, battant le record de vendredi de 16 713 nouveaux diagnostics. L’Ontario est l’une des nombreuses juridictions à avoir modifié sa disponibilité des tests de réaction en chaîne par polymérase pour COVID-19 et, par conséquent, la santé publique a averti que les chiffres de samedi représentent une “sous-estimation”.

Douze autres Ontariens sont décédés à cause de la COVID-19 depuis vendredi, et 85 autres personnes sont maintenant hospitalisées, selon les données publiées par Santé publique Ontario. Les données n’incluaient pas le nombre total d’hospitalisations.

Le Dr Kevin Smith, président-directeur général du Réseau universitaire de santé de la province, a tweeté samedi au sujet de « la croissance rapide et préoccupante » des hospitalisations. En marquant Santé Canada, Smith a demandé comment il pourrait aider à obtenir Paxlovid, les pilules antivirales COVID-19 de Pfizer, « immédiatement » approuvées « pour une utilisation d’urgence ».

“Nous avons besoin de cet outil puissant dans notre arsenal hier”, a-t-il tweeté

Les signes extérieurs des festivités du nouvel an de l’ère pandémique étaient évidents dans tout le pays, mais étaient particulièrement frappants dans la province la plus à l’est du Canada.

Terre-Neuve-et-Labrador est la première province au Canada à sonner la nouvelle année et en temps normal, les fêtards sont sûrs de trouver une foule exubérante pour le réveillon du Nouvel An sur George Street, une bande de bars tristement célèbre au centre-ville de St. John’s.

Lire aussi  De nouvelles données « alarmantes » sur les troubles du sommeil après COVID

Mais vendredi soir, la bande pavée était déserte ; les bars et les salons de la province ont été fermés le 23 décembre, car la variante Omicron de COVID-19 a fait augmenter le nombre de cas.

La province a signalé samedi un nombre record de 442 nouvelles infections – plus de quatre fois le montant maximal signalé lors d’une épidémie de variante Delta en février qui a mis à l’écart les élections provinciales. Le ministre de la Santé, John Haggie, a annoncé dans un article sur Facebook qu’il faisait partie de ceux qui avaient été testés positifs pour COVID-19 et qu’il s’isolait à la maison.

“Je sais qu’il y a beaucoup de familles dans la même situation et nous allons nous en sortir”, a écrit Haggie dans son message.

Il y a 2 150 cas actifs de COVID-19 signalés à Terre-Neuve-et-Labrador, mais une seule personne est hospitalisée, ont déclaré des responsables dans un communiqué sur Twitter.

Les autorités du Nunavut ont signalé 50 nouveaux cas, dont deux nouvelles infections dans la communauté de Chesterfield Inlet. Le territoire est désormais aux prises avec des infections confirmées au COVID-19 dans 10 de ses communautés et attend des tests pour confirmer des infections dans une autre, a indiqué samedi un communiqué de presse du gouvernement.

« Cette épidémie de COVID-19 se propage plus rapidement et plus facilement que toutes les autres que nous avons connues », a déclaré le Dr Michael Patterson, administrateur en chef de la santé publique du Nunavut, dans le communiqué. « Les Nunavummiut doivent se préparer à une augmentation du nombre de cas et d’infections dans chaque communauté.

Lire aussi  Il a été poursuivi par Trump en 2020. Il se présente maintenant comme le prochain secrétaire d'État de l'Iowa

Plus tôt cette semaine, Patterson a prolongé un verrouillage de « disjoncteur » à l’échelle du territoire alors que la propagation des infections à COVID-19 pousse le système de santé du Nunavut à un point de rupture.

Les Manitobains ont commencé la nouvelle année avec de nouvelles règles d’isolement en vigueur, obligeant les résidents entièrement vaccinés qui sont positifs pour COVID-19 à se mettre en quarantaine pendant cinq jours au lieu de 10, même si leurs résultats provenaient d’un test rapide d’antigène.

Ceux qui ne sont pas complètement immunisés doivent s’isoler pendant 10 jours.

Ce rapport de La Presse Canadienne a été publié pour la première fois le 1er janvier 2022.

– Avec des dossiers de Jacob Serebrin à Montréal

.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick