Crépuscule de l’ère Netanyahu?

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à la Knesset le 30 mai.


Photo:

yonatan sindel / piscine / Shutterstock

Les démocraties occidentales produisent toutes sortes de gouvernements: de gauche ou de droite, centristes, populistes. Mais le nouveau gouvernement qui prend forme en Israël défie toute catégorisation. Si les négociations se déroulent comme prévu, Israël pourrait bientôt être dirigé par un Premier ministre nationaliste religieux soutenu par un négociateur centriste, avec le soutien des partis arabes et de gauche.

Les libéraux américains célébreront sûrement le départ du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui en est venu à symboliser la rupture du Parti démocrate avec Israël au cours de la dernière décennie. Mais ce serait une erreur de l’interpréter comme un rejet de la direction politique et sécuritaire d’Israël, que le nouveau gouvernement est susceptible de maintenir.

***

La coalition inhabituelle se réunit après que les Israéliens se soient rendus aux urnes quatre fois depuis 2019, la dernière en mars. Bien que sa politique de sécurité ait bénéficié d’un large soutien, M. Netanyahu – qui est Premier ministre depuis 2009 – n’a pas été en mesure de former une coalition majoritaire parmi les 13 partis brimés d’Israël.

La sagesse conventionnelle de ce mois-ci a déclaré que le Hamas avait donné à M. Netanyahu un nouveau souffle politique en lançant son assaut à la roquette contre Israël, soulevant le problème de sécurité qui a construit la carrière de M. Netanyahu. Pourtant, une semaine après la fin des combats, Naftali Bennett du parti conservateur Yamina a annoncé qu’il accepterait une offre du centriste Yair Lapid de former un gouvernement sans M. Netanyahu. En vertu de l’accord, M. Bennett sera immédiatement premier ministre, et M. Lapid prendra le relais en 2023, si le gouvernement dure aussi longtemps.

M. Bennett a occupé le poste de chef de cabinet de M. Netanyahu dans les années 2000 et l’a depuis largement critiqué de la droite. Il est un champion de longue date des colonies israéliennes en Cisjordanie, rejette explicitement une solution à deux États et a appelé à une action militaire plus dure contre le groupe terroriste Hamas à Gaza. Des concessions territoriales avec un gouvernement qui dépend de son soutien seraient impossibles.

M. Lapid se présente comme un centriste et s’exprime sur un ton moins agressif envers les libéraux américains et en particulier les juifs laïques américains qui ont été déçus par le blocage du processus de paix. Pourtant, l’opinion publique israélienne s’est progressivement déplacée vers la droite au cours des dernières décennies en réponse à la montée du Hamas, à la déstabilisation de la région et à la menace iranienne. M. Lapid a axé sa campagne non pas sur la relance du cadre «terre contre paix» mais sur la fatigue avec le règne de 12 ans consécutifs de M. Netanyahu et son inculpation pour corruption, qui n’a pas encore été jugée.

L’ancien général Benny Gantz, quant à lui, est l’actuel ministre de la Défense et occupera un poste important dans le cabinet de sécurité du nouveau gouvernement. M. Gantz est connu comme un faucon iranien et critique de l’accord nucléaire américain de 2015.

La coalition anti-Netanyahu a également le soutien du parti dissident conservateur New Hope, ainsi que d’Avigdor Lieberman – un ancien allié sécuritaire de Netanyahu et critique du processus de paix qui est devenu frustré par la circonscription religieuse de M. Netanyahu. La tension entre les juifs haredi laïques et ultra-orthodoxes, en particulier au milieu de Covid-19, est un facteur négligé qui travaille contre la coalition de M. Netanyahu.

L’éviction de M. Netanyahu, si cela se produit, ne sera pas parce que le public s’est retourné contre une politique de sécurité musclée, mais parce que le bloc conservateur est devenu si grand qu’il s’est fracturé. M. Lapid a pu recruter M. Bennett loin de M. Netanyahu avec la promesse de son propre tour au poste de Premier ministre.

La personnalité polarisante de M. Netanyahu a peut-être finalement épuisé son accueil. Il a siégé au sommet d’un système politique férocement contesté pendant 12 ans, en plus d’un mandat de trois ans dans les années 1990, et la pression d’autres personnalités ambitieuses allait forcément émerger.

Pourtant, ses contributions ont été formidables. Il a renforcé les liens d’Israël avec des pays de l’Inde au Brésil et normalisé les relations avec les États arabes de la région grâce aux accords d’Abraham. Ses réformes économiques ont aidé le pays à sortir de son socialisme d’après-guerre dominé par les syndicats et à en faire une puissance technologique. La croissance soutenue du pays – le PIB par habitant a augmenté de 42% entre 2010 et 2019 – a amélioré sa position diplomatique à mesure que son levier économique augmentait.

***

Si M. Netanyahu est expulsé, le système politique israélien aura une chance de se recalibrer à la nouvelle réalité qu’il a créée – avec l’État juif dans une meilleure position stratégique que jamais, mais le soutien aux États-Unis plus polarisé.

Le nouveau gouvernement pourra peut-être souligner la participation pour la première fois de partis arabes pour souligner le caractère démocratique multiethnique d’Israël. M. Lapid peut être un ambassadeur efficace auprès des libéraux américains. Pourtant, les réalités stratégiques qui façonnent la politique israélienne ne changent pas sous MM. Bennett et Lapid, et de nouvelles élections sont probables d’ici peu. Bien que M. Netanyahu soit bientôt sorti, son époque n’est pas terminée.

Rapport éditorial du journal: Le meilleur et le pire de la semaine par Jason Riley, Jillian Melchior, Dan Henninger et Adam O’Neal. Image: AP / – / Zuma Press / Getty Images Composite: Mark Kelly

Copyright © 2020 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

.

Lire aussi  La machine d'exportation chinoise bourdonne toujours malgré Covid-19 et les conditions météorologiques extrêmes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick