Home » Déclaration de Philip Lowe, gouverneur: décision de politique monétaire | Communiqués de presse

Déclaration de Philip Lowe, gouverneur: décision de politique monétaire | Communiqués de presse

by Les Actualites

Lors de sa réunion d’aujourd’hui, le Conseil a décidé de maintenir les paramètres de politique actuels, y compris les objectifs de 10 points de base pour le taux au comptant et le rendement de l’obligation du gouvernement australien à 3 ans, ainsi que les paramètres de la facilité de financement à terme et de la programme d’achat d’obligations d’État.

Le déploiement des vaccins soutient la reprise de l’économie mondiale, bien que la reprise soit inégale. Bien qu’il existe encore des incertitudes considérables concernant les perspectives, le cas central s’est amélioré. Le commerce mondial s’est accéléré et les prix des matières premières sont pour la plupart plus élevés qu’au début de l’année. L’inflation reste faible et en deçà des objectifs de la banque centrale.

Les rendements des obligations souveraines ont augmenté au cours des derniers mois en raison des nouvelles positives sur les vaccins et de la relance budgétaire supplémentaire aux États-Unis. Les anticipations d’inflation se sont également levées, passant de près de creux records pour se rapprocher désormais des objectifs des banques centrales. Le rendement des obligations d’État à 3 ans en Australie est à la cible de 10 points de base du Conseil et les taux de prêt de la plupart des emprunteurs sont à des niveaux historiquement bas. Le dollar australien reste dans le haut de la fourchette des dernières années.

La reprise économique en Australie est bien engagée et est plus forte que prévu. Le taux de chômage est tombé à 5,8 pour cent en février et le nombre de personnes ayant un emploi est revenu au niveau d’avant la pandémie. Le PIB a augmenté de 3,1 pour cent au cours du trimestre de décembre, stimulé par une nouvelle hausse de la consommation des ménages à mesure que la situation sanitaire s’est améliorée. La reprise devrait se poursuivre, avec une croissance supérieure à la tendance cette année et l’an prochain. Les bilans des ménages et des entreprises sont en bon état et devraient continuer à soutenir les dépenses.

Néanmoins, les pressions sur les salaires et les prix sont modérées et devraient le rester pendant quelques années. L’économie fonctionne avec une capacité inutilisée considérable et le chômage est encore trop élevé. Il faudra un certain temps pour réduire cette capacité inutilisée et pour que le marché du travail soit suffisamment tendu pour générer des augmentations de salaire compatibles avec la réalisation de l’objectif d’inflation. À court terme, l’inflation de l’IPC devrait augmenter temporairement en raison du renversement de certains COVID-19[femininedes réductions de prix liées. Si l’on examine cela, l’inflation sous-jacente devrait rester inférieure à 2 pour cent au cours des prochaines années.

Les marchés du logement se sont encore renforcés, les prix augmentant sur la plupart des marchés. La croissance du crédit au logement aux propriétaires occupants s’est accélérée, avec une forte demande de la part des acheteurs d’une première maison. En revanche, la croissance du crédit aux investisseurs reste modérée. Compte tenu de l’environnement de hausse des prix des logements et de taux d’intérêt bas, la Banque suivra attentivement les tendances de l’emprunt immobilier et il est important que les normes de prêt soient maintenues.

Le conseil d’administration demeure attaché à l’objectif de rendement des obligations d’État à 3 ans de 10 points de base. Plus tard dans l’année, il examinera s’il faut conserver l’obligation d’avril 2024 comme obligation cible ou passer à la prochaine échéance. Le programme initial d’achat d’obligations d’État de 100 milliards de dollars est presque terminé et le deuxième programme de 100 milliards de dollars débutera la semaine prochaine. Au-delà de cela, la Banque est prête à entreprendre de nouveaux achats d’obligations si cela permet de progresser vers les objectifs de plein emploi et d’inflation. Les institutions de dépôt autorisées ont prélevé 95 milliards de dollars dans le cadre de la facilité de financement à terme et ont accès à 95 milliards de dollars supplémentaires. Depuis le début de 2020, le bilan de la RBA a augmenté d’environ 215 milliards de dollars.

Ces diverses mesures monétaires continuent d’aider l’économie en maintenant les coûts de financement à un niveau très bas, en contribuant à un taux de change plus bas qu’autrement et en soutenant l’offre de crédit et les bilans des ménages et des entreprises. Ensemble, les politiques monétaire et budgétaire contribuent à la reprise de la demande globale et à la reprise de l’emploi.

Le Conseil s’est engagé à maintenir des conditions monétaires très favorables jusqu’à ce que ses objectifs soient atteints. Le Conseil n’augmentera pas le taux de trésorerie tant que l’inflation réelle ne se situera pas de manière durable dans la fourchette cible de 2 à 3%. Pour que cela se produise, la croissance des salaires devra être sensiblement plus élevée qu’elle ne l’est actuellement. Cela nécessitera des gains importants d’emploi et un retour à un marché du travail tendu. Le Conseil ne s’attend pas à ce que ces conditions soient remplies avant 2024 au plus tôt.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.