Home » Des comptables et des politiciens demandent à l’Agence du revenu du Canada de reporter la date limite de l’impôt sur le revenu

Des comptables et des politiciens demandent à l’Agence du revenu du Canada de reporter la date limite de l’impôt sur le revenu

by Les Actualites

TORONTO – À quelques jours de l’échéance de l’impôt sur le revenu, les contribuables, les comptables et les politiciens demandent au gouvernement fédéral de retarder la date en raison des nouvelles fermetures pour pandémie.

Plus tôt ce mois-ci, les conservateurs ont poussé les libéraux à donner jusqu’à la fin juin pour que les Canadiens produisent leurs impôts, tandis que le Québec a annoncé qu’il prolongerait la date limite de l’impôt provincial jusqu’à la fin du mois de mai. En 2020, lors de la première vague COVID-19, l’Agence du revenu du Canada a repoussé la date limite de l’impôt sur le revenu de 2019 au 1er juin.

«Nous nous cassons la queue pour tout faire, mais nous soulageons simplement des pénalités. Le Québec l’a fait », a déclaré Tiffany Stewart, comptable professionnelle agréée, à CTV News.

Elle a dit que certains Canadiens ne savaient pas qu’ils devraient payer des impôts sur la Prestation canadienne d’intervention d’urgence (CERB) et que certaines personnes n’ont pas les moyens de les payer, et encore moins une pénalité en cas de retard.

«Certains d’entre eux ont des difficultés non seulement financières mais émotionnelles», a-t-elle ajouté.

Pour ceux qui ont gagné 75000 $ ou moins et qui ont eu accès aux prestations du COVID-19, l’ARC ne facturera pas d’intérêts sur les montants d’impôt dus jusqu’en 2022.

Mais s’ils ne respectent pas la date limite du 30 avril, les contribuables seront frappés d’une pénalité de 5 pour cent sur le solde dû et de 1 pour cent supplémentaire chaque mois par la suite.

Cette saison des impôts présente un défi supplémentaire pour près d’un million de Canadiens qui ont été exclus de leur compte de l’ARC en raison de préoccupations concernant les atteintes à la cybersécurité.

Certains n’ont pas été informés qu’ils avaient été verrouillés et ne l’ont découvert que lorsqu’ils ont essayé de se connecter pour déposer leurs déclarations de revenus, ce qui a conduit à davantage d’appels aux comptables et aux fiscalistes, a déclaré Stewart.

«Nous pouvons y avoir accès beaucoup plus facilement qu’ils ne peuvent l’obtenir», a-t-elle déclaré.

Certains clients n’ont pas accès à une connexion Internet fiable ou à un ordinateur, ce qui rend les choses encore plus difficiles et les oblige à remettre des documents aux comptables en personne.

«Ils ne sont pas en mesure de nous faire parvenir les documents de manière technique … Nous leur demandons donc de s’opposer aux ordres de rester à la maison», a-t-elle déclaré.

Et les temps d’attente pour parler à quelqu’un à l’ARC peuvent aller jusqu’à quatre heures.

«C’est absolument incroyable», a déclaré Stewart.

Et ses clients craignent de ne pas être en mesure de recevoir des prestations liées à la pandémie s’ils ne font pas déposer leurs déclarations de revenus à temps.

«Les clients paniquent absolument», dit-elle.

Sans oublier que le formulaire d’impôt sur le revenu de cette année est plus compliqué que les formulaires précédents, avec des cases supplémentaires pour des périodes spécifiques tout au long de la pandémie.

«Nous avons un formulaire d’impôt sur le revenu plus complexe et nous n’avons tout simplement pas les ressources disponibles pour que les gens puissent obtenir des réponses à leurs questions», a déclaré le porte-parole du NPD en matière de finances, Peter Julian, à CTV News dans une interview vidéo.

Les agences et les organismes sans but lucratif ont également du mal à communiquer avec quelqu’un à l’ARC.

«Ils n’ont tout simplement pas investi les ressources dans l’ARC, les gens ne sont pas du tout capables de passer», a déclaré Julian.

Les Canadiens luttent pendant la troisième vague de la pandémie alors que le nombre record d’infections au COVID-19 frappe de nombreuses provinces à travers le pays.

«Tant de Canadiens sont en difficulté. Il faut de la flexibilité en ce qui concerne l’ARC et les délais », a déclaré Julian.

Stewart a déclaré que l’ARC devrait créer une ligne dédiée pour les fiscalistes qui ont des questions plus complexes et plus approfondies que le citoyen moyen, mais que le report de l’échéance devrait être une priorité.

«Libérez-nous simplement de la peine. Libérez-nous de la peine. Renoncez aux pénalités, donnez-nous jusqu’au 31 mai », a-t-elle déclaré.

Sinon, a-t-elle dit, cela ne fera que créer plus de travail pour les employés de l’ARC, car les comptables et les fiscalistes produiront des déclarations incomplètes et feront le suivi avec des ajustements.

L’ARC affirme qu’il y a une raison importante pour les Canadiens de déposer leur déclaration à temps – pour prouver qu’ils sont toujours admissibles aux futures prestations de secours en cas de pandémie.

Dans un message publié sur sa page «Conseils fiscaux – 2021», l’ARC reconnaît les défis auxquels certains Canadiens pourraient être confrontés pour s’acquitter de leurs obligations de production cette année, mais souligne qu’elle a besoin des renseignements fiscaux 2020 pour déterminer l’admissibilité à la prestation canadienne de recouvrement (PEC) , la prestation canadienne pour soignant de rétablissement (CRCB) ou la prestation canadienne de maladie de rétablissement (CRSB).

Avec un fichier de Cameron French de CTVNews.ca

.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.