Élection fédérale Débat en anglais : ce que chaque chef doit faire

Andrew MacDougall: D’Erin O’Toole détournant les attaques contre la sécurité des armes à feu à Annamie Paul sauvant les meubles, chaque leader a une liste de choses à faire lors de l’épreuve de force de jeudi

L’impact des débats politiques dans les campagnes est, pour certains, surestimé. Eh bien, demandez simplement à Erin O’Toole si sa réponse sur les armes d’assaut dans le débat des chefs de TVA de langue française la semaine dernière a eu un impact. Le fait que nous ayons parlé d’armes à feu pendant une grande partie de la période intermédiaire suggère qu’elles ont de l’importance.

Mais certains débats comptent plus. C’est pourquoi le débat en anglais de ce soir, le premier de cette campagne, un jour avant l’ouverture des bureaux de vote par anticipation et à peine 11 jours avant que les Canadiens ne votent en masse, est très important. Les sondages montrant une impasse au sommet, le débat de ce soir offre la meilleure chance aux dirigeants de trancher et de défendre leur cause.

Le plus grand obstacle à une communication claire avec les Canadiens pourrait être le format du débat de ce soir : il y a cinq modérateurs pour accompagner les cinq chefs de parti, ce qui signifie que chaque chef aura quelques minutes précieuses pour parler et peu de chance de parler au-delà d’un extrait sonore. Si la version française d’hier soir est une indication, ce soir sera un peu le petit déjeuner d’un chien.

Alors, qu’est-ce que chaque leader doit accomplir ? Qu’ont-ils besoin de dire ? Réfléchissons.

Justin Trudeau (Libéraux)

Que doit-il faire ?

Trudeau doit rallier les progressistes méfiants dans le camp libéral et redynamiser sa base, qui doit être sacrément déçu de la façon dont la «campagne» électorale s’est déroulée à ce jour.

Comment va-t-il le faire?

En déchirant le « plan » climatique du NPD et en encourageant les progressistes à se rallier au meilleur plan au Canada pour lutter contre les changements climatiques.

Lire aussi  Ken Cuccinelli: la solide performance de Youngkin contre McAuliffe dans la course au poste de gouverneur de Virginie n'est pas un accident

Une fois que le plan climatique du NPD aura été ravagé de manière appropriée, Trudeau retirera alors l’AR-15 caché attaché à son dos, le dirigera vers la caméra et dira: « Erin O’Toole veut que vous rencontriez ce mauvais garçon dans les rues du Canada ‘.

Clip souhaité (autre que la ligne AR-15 ci-dessus, natch)

« Monsieur. O’Toole nous ramènera et M. Singh n’a pas de plan climatique pour nous faire avancer. Seul un gouvernement libéral a un plan pour relever nos défis et faire avancer tout le monde* à la sortie de la pandémie. »

*À l’exception des propriétaires d’armes à feu légales.

Erin O’Toole (Conservateurs)

Que doit-il faire ?

Beaucoup. Atteindre et rassurer les électeurs des banlieues (en particulier en Ontario) qui sont aux prises avec le coût de la vie et les prix des logements, mais se méfient de certains éléments de son parti. Attirer les nationalistes québécois dans son camp et arrêter toute dérive à droite vers le Parti populaire du Canada de Maxime Bernier.

Comment va-t-il le faire?

En évoquant la création d’emplois, son plan logement, ses politiques favorables aux travailleurs et sa volonté de réduire les factures des ménages, notamment les factures des télécommunications. Décrivez son parti comme celui qui tient parole et livre la marchandise.

O’Toole doit également centrer toute discussion sur les armes à feu sur la criminalité urbaine (ce qui inquiète la cohorte des banlieues) et non sur la liste de Trudeau des armes nouvellement interdites utilisées par les tireurs et chasseurs sportifs respectueux des lois (qui ont été utilisées dans certains des très rares fusillades de masse).

Lire aussi  Merci à Brett Kavanaugh, nous avons la pente très glissante du nouvel ordre d'expulsion du CDC – -

Clip souhaité

« Monsieur. Trudeau a appelé cette élection inutile au milieu d’une pandémie mortelle par opportunisme politique. Mais cette campagne a montré qu’il était temps de changer. Seuls les conservateurs ont un plan pour rendre votre vie plus abordable.

Jagmeet Singh (NPD)

Que doit-il faire ?

Transmettez un objectif et un élan afin que ses partisans ne s’affaiblissent pas et ne tombent pas dans le piège de voter une fois de plus pour Trudeau et ses libéraux par peur. Le fait que les sondages indiquent qu’un autre Parlement minoritaire devrait aider Singh à plaider pour que le NPD soit à nouveau l’équilibre des pouvoirs.

Comment va-t-il le faire?

En positionnant Trudeau comme un centriste déguisé en socialiste, un homme dont les actions sont souvent bien en deçà de sa rhétorique envolée.

Singh se présentera également comme l’option fondamentalement décente afin de capitaliser sur le passage forcé de Trudeau pendant la campagne en un chef plus en colère et plus conflictuel décriant les foules criantes d’anti-vaxxers.

Clip souhaité

« Les Canadiens ont reçu l’aide dont ils avaient besoin pendant cette pandémie parce que le NPD était là pour garder M. Trudeau honnête. Un vote pour le NPD est un vote pour garder notre pays dans la bonne direction.

Yves-François Blanchet (Bloc Québécois)

Que doit-il faire ?

L’habituel Bloc-ery : dépeindre les nationalistes canadiens au Parlement comme antithétiques aux besoins du Québec. Il essaiera de dépeindre Trudeau et O’Toole comme étant hors-jeu avec la culture de sa province, avec un accent particulier sur O’Toole, qui cherchera à défier les titulaires du Bloc à Québec et à Montréal.

Comment va-t-il le faire?

Le rusé Gilles Duceppe était le maître de remuer la marmite dans les débats anglais. Blanchet n’est pas Duceppe, mais rien ne l’incite à être constructif ou raisonnable dans sa langue seconde. Attendez-vous à ce qu’il lance des grenades, du projet de loi 21 à la décision de la commission scolaire de Montréal de nier l’identité nationale du Québec, telle que reconnue par le Parlement en 2006. riposte au débat de mercredi soir.

Lire aussi  Le nouveau patron du Pac-12, Kliavkoff, ne considère pas l'expansion comme un must

Clip souhaité

« Seul le Bloc québécois peut défendre les intérêts du Québec, que ce soit contre M. O’Toole et ses compagnies pétrolières, ou contre les bureaucrates éveillés et accaparants du pouvoir de M. Trudeau.

(Désolé, c’est tout ce que j’ai)

Annamie Paul (Parti Vert)

Que doit-elle faire ?

Qu’est-ce que Paul n’a pas besoin de faire ? Le Parti vert fédéral est en train de s’effondrer, le problème venant en grande partie de l’intérieur de la maison. Ces débats seront la première fois que de nombreux Canadiens verront Paul, mais les choses sont trop avancées pour qu’elle ait un impact dans la course. Cela dit, Paul doit saisir cette opportunité pour récupérer sa dignité et tenir les loups intérieurs à distance.

Comment va-t-elle le faire ?

En parlant au lieu d’être parlé pour. Paul a impressionné pendant la course au leadership et ces qualités sont toujours là, vraisemblablement, et prêtes pour leur tour de star. Et comme le changement climatique est un problème, le Parti vert devrait avoir quelques mots pour intéresser les Canadiens.

Clip souhaité

« D’abord, je vais éteindre le feu de la benne à ordures dans mon groupe, puis j’éteindrai l’urgence planétaire. »

Ou, plus réaliste :

« Le Canada a besoin d’une voix qui voit tout à travers le prisme du changement climatique, pas seulement des parties qui jouent sur la question quand elle est populaire. Nous manquons de temps et nous avons besoin de plus d’action sur le climat, et plus rapidement. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick