Freedom Convoy : L’Association canadienne des libertés civiles poursuit le gouvernement fédéral en justice au sujet de la Loi sur les mesures d’urgence

L’Association canadienne des libertés civiles poursuit le gouvernement fédéral devant les tribunaux au sujet de la décision historique du premier ministre Justin Trudeau d’invoquer la Loi sur les mesures d’urgence cette semaine.

« Le gouvernement a introduit une loi extrême qui n’a jamais été utilisée, et il a annoncé des ordonnances d’urgence qui auront des conséquences considérables », a déclaré Noa Mendelsohn Aviv, directrice exécutive de l’Association canadienne des libertés civiles (ACLC), lors d’une conférence de presse jeudi après-midi. « Des ordres passés en dehors des processus démocratiques ordinaires. »

Lundi, Trudeau est devenu le premier dirigeant canadien à invoquer la loi fédérale sur les mesures d’urgence en dernier recours pour mettre fin aux manifestations qui approchent d’un quatrième week-end dans la capitale nationale.

L’ACLC, une organisation canadienne à but non lucratif vouée à la défense des droits constitutionnels, a qualifié la décision de Trudeau d' »extraordinaire » et d' »inconstitutionnelle », affirmant que les exigences légales mises en place pour protéger les processus démocratiques n’ont pas été respectées.

« La Loi sur les mesures d’urgence est claire. Il doit s’agir d’un danger très grave pour la vie, la santé et la sécurité des Canadiens qui est complètement écrasant pour les provinces ou il doit s’agir d’une menace sérieuse pour l’intégrité territoriale, la sécurité ou la souveraineté du Canada que le Canada n’a pas déjà de lois pour adresse », a déclaré Mendelsohn Aviv.

Pour répondre à ces préoccupations, l’ACLC a déclaré qu’elle avait lancé une révision judiciaire contestant l’invocation par le gouvernement fédéral de mesures d’urgence.

L’organisation a condamné les manifestants affichant des actes violents, racistes et homophobes dans les rues d’Ottawa et a exprimé sa sympathie pour les résidents des environs qui ont été durement touchés par les perturbations persistantes dans leurs communautés.

Lire aussi  Meghan Markle partage une nouvelle photo de son fils Archie sur 'The Ellen DeGeneres Show'

Cependant, Abby Deshman, directrice de la justice pénale de l’ACLC, a déclaré : « À notre avis, les seuils définis dans la loi sur les mesures d’urgence, les exigences légales mises en place pour protéger nos processus démocratiques, n’ont pas été atteints ».

Alors que le Premier ministre a souligné que les nouveaux pouvoirs d’urgence seront ciblés, l’ACLC a déclaré que le texte écrit réel ne se limite pas à des villes ou des provinces spécifiques. Au lieu de cela, ils ont dit que cela s’appliquait à tous les Canadiens.

« Ils ne sont pas limités géographiquement, ils ne ciblent pas de manifestations spécifiques, ils s’appliquent universellement à travers le pays. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick