Home » Gordie Howe célébrerait un “ acte de classe ” comme Patrick Marleau battant son record, dit son fils

Gordie Howe célébrerait un “ acte de classe ” comme Patrick Marleau battant son record, dit son fils

by Les Actualites

Gordie Howe, l’icône du hockey la plus célèbre de la Saskatchewan, a toujours dit que les records étaient censés être battus, selon son fils, Murray Howe.

Et si Gordie était en vie aujourd’hui, a déclaré Murray, il serait ravi de voir un autre natif de la Saskatchewan, Patrick Marleau, battre son record de longue date pour la plupart des matchs joués dans la LNH – qui devrait se produire lundi soir à Las Vegas, sauf imprévu.

«Je pense qu’il serait très heureux et serait le premier sur la glace à applaudir Patrick pour cette étape vraiment incroyable, a déclaré Murray.

Gordie Howe, qui portait le surnom de M. Hockey, a établi le record de 1 767 matchs dans la LNH avant de prendre sa retraite en 1980 à l’âge de 52 ans. Howe est décédé en 2016 à l’âge de 88 ans.

Marleau a égalé le record samedi soir au Minnesota.

Murray a déclaré qu’il était également heureux de voir que le record de son père sera battu par Marleau, quelqu’un loué pour le même dévouement, la même passion et la même humilité que Gordie Howe, qui “ne s’est jamais mis sur un piédestal”.

“[Marleau] C’est un acte de classe “, a-t-il déclaré.” De la même manière que Gretzky a battu les records de pointage de papa, c’était formidable de le voir accompli par quelqu’un qui était humble et dévoué au jeu et reconnaissant pour les choses qu’il avait. “

À l’approche de lundi, la famille de Marleau l’encourage également, de la ferme de la Saskatchewan où il est tombé amoureux du football pour la première fois.

REGARDER | Faites le point sur la carrière de Patrick Marleau en 90 secondes:

Alors que Patrick Marleau est prêt à battre le record de tous les temps de Gordie Howe, Rob Pizzo examine 9 choses que vous ne savez peut-être pas sur sa carrière mémorable. 2:08

Tirer des rondelles près de la grange

Marleau a grandi sur la ferme de ses parents près d’Aneroid, en Saskatchewan, à 250 kilomètres au sud-ouest de Regina.

Sa mère, Jeanette, une enseignante à la retraite, se souvient comment ses deux fils, Richard et Patrick, jouaient au mini-bâton de hockey dans la cuisine sur son plancher de linoléum.

“Si je voulais cirer [the floor], ils utilisaient leurs chaussettes et ils les polissaient en même temps. Ils joueraient au hockey et [polishing],” elle a dit.

Richard a pris du ruban adhésif et a écrit «NHL» au dos de leurs maillots.

Denis Marleau et ses deux fils, Richard et Patrick, à droite, à leur domicile près d’Aneroid, en Saskatchewan. Maintenant à sa 23e saison dans la LNH, Patrick Marleau a dit qu’il aime toujours le match. (Soumis par Teresa Marleau)

«Il y a eu beaucoup de batailles sur le sol de la cuisine. Il semblait que nous allions nous endormir un samedi soir quand Hockey Night au Canada commencerait à jouer… et puis maman disait ‘Oh non, c’est l’heure d’aller au lit’ juste quand les choses allaient vraiment bien », dit-il avec un petit rire.

Mais l’accent singulier de Marleau sur le perfectionnement de ses compétences a commencé à le distinguer des autres jeunes joueurs.

Son père, Denis, qui est toujours agriculteur à 74 ans, se souvient comment Patrick transportait un contenant de crème glacée rempli de rondelles dans la grange et pratiquait son tir sur une feuille de contreplaqué.

«Vous avez toujours su où il se trouvait à la ferme. Vous pouviez entendre ce bang, bang – les rondelles frappant les planches», a déclaré Denis. “Nous n’avons pas eu à lui dire de faire quoi que ce soit au sujet du hockey. Il adorait ça.”

À Noël un an, les parents de Marleau lui ont donné une vidéo pédagogique de Mario Lemieux, son joueur préféré, sur VHS et il l’a diffusée encore et encore.

“Je suis sûr qu’il a porté cette cassette. Il l’a regardée pendant des heures”, a déclaré Denis.

Marleau a grandi en jouant au hockey sur de petites patinoires autour d’Aneroid, en Saskatchewan, à 250 kilomètres au sud-ouest de Regina. (Soumis par Teresa Marleau)

Travail acharné et un peu de chance

Marleau a été sélectionné par San Jose lors du repêchage 1997 de la LNH.

Le gardien de but vétéran de l’équipe, Kelly Hrudey, a déclaré qu’il avait vu quelque chose de spécial chez la jeune recrue et donc, avec sa femme Donna et ses trois filles, il a invité Marleau à vivre dans leur maison d’hôtes. Hrudey a dit qu’il pouvait dire que Marleau avait été élevé par ses parents pour être gentil, et il n’a pas changé aujourd’hui.

“Très, très humble. Pour tout ce qu’il a accompli, les choses qu’il a faites dans sa carrière et tout l’argent qu’il a gagné, pour moi, il n’a pas changé”, a déclaré Hrudey.

REGARDER | Pourquoi Kelly Hrudey a invité Patrick Marleau à venir rester:

L’analyste de la LNH pour Sportsnet attribue la longue carrière de Marleau à sa combinaison unique de compétences, d’intelligence et de passion, ainsi qu’à l’entraînement intense hors glace de Marleau et à un peu de chance qui l’ont aidé à échapper à une blessure.

“Il a un corps qui refuse tout simplement de s’effondrer et c’est ce qui est très, très rare”, a déclaré Hrudey.

Jeudi, Marleau s’est entretenu avec des journalistes lors d’une conférence de presse virtuelle.

«J’adore être là-bas et jouer. De toute évidence, le rêve de tous les enfants est de hisser la Coupe Stanley, alors je l’ai poursuivi tout ce temps», a déclaré Marleau. Il n’a pas encore remporté de championnat de la LNH.

Marleau pose avec ses parents, Jeanette et Denis, après avoir remporté une médaille d’or aux Jeux olympiques de 2010 à Vancouver. (Soumis par Teresa Marleau)

Marleau, qui n’a pas mentionné sa retraite, a déclaré qu’il espérait rester dans les mémoires comme un joueur qui aimait le match, son équipe et la victoire.

«Tu sais, j’ai tout donné», dit-il.

Murray Howe, un médecin qui vit maintenant à Toledo, dans l’Ohio, a déclaré que son père Gordie avait la même attitude et n’avait jamais été distrait par ses statistiques ou ses dossiers.

“Il s’agit plus de faire ce qu’il aime et de se sentir chanceux de pouvoir le faire aussi longtemps qu’il le pouvait et de le faire au niveau qu’il a fait”, a-t-il déclaré.

«Quand papa a finalement raccroché les lames, il savait qu’il avait tout laissé sur la glace et je pense qu’il est tout aussi fier de tous ceux qui font la même chose sur la glace, y compris Gretzky et Patrick. [Marleau]. “

Le centre des Sharks de San Jose, Marleau, à gauche, est félicité par ses coéquipiers après avoir marqué un but contre les Ducks d’Anaheim lors de la deuxième période d’un match de hockey de la LNH le 6 avril à San Jose, en Californie. (Tony Avelar / -)

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.