Hunter Biden et la presse : qui est le vrai dégénéré ?

Les experts conservateurs aiment noter (et noter et noter) que les gros titres feraient 12 pieds de haut si un fils nommé Trump continuait comme Hunter, le fils de Joe Biden. Si Trump junior perdait le contrôle de la documentation sous forme de textes, d’e-mails et de vidéos autoproduites témoignant de son comportement incriminant, dans 2,5 millions d’années, les habitants de la galaxie d’Andromède concluraient que c’était la chose la plus importante qui se soit jamais produite sur la planète Terre.

Mais cela fausse la dynamique. Les gros titres feraient 12 pieds de haut si le fils d’un politicien se comportait comme Hunter l’a fait dans un univers qui ne contenait pas non plus Donald Trump et son effet de distorsion psychologique sur chaque décision médiatique sur ce qu’il faut couvrir et comment le couvrir. (Voir la psychiatrie du “clivage”.)

M. Trump est-il si corrosif qu’il a corrompu nos médias ou simplement effacé un mince éclat de professionnalisme ? Ci-joint une série de gros titres, avec emphase ajoutée, du Washington Post à partir du soir du 24 octobre 2020 : « Biden compte sur modèle d’activité de blâmer la Russie pour la divulgation des données de ce qui serait l’ordinateur portable de son fils.

Le lendemain : « Biden blâme la Russie pour la publication de données avec pas de preuve matérielle.” Enfin, le titre sur lequel le Post s’est installé et qui figure toujours sur son site Web : « Biden s’appuie sur Preuve circonstancielle de blâmer la Russie pour la divulgation des données de ce qui serait l’ordinateur portable de son fils.

Lire aussi  La faible protection des baleines en voie de disparition viole la loi, selon un juge

C’est beaucoup de circonlocutions sur des faits dont, à ce moment-là, la presse aurait su qu’ils étaient essentiellement vrais. M. Biden le savait certainement. Il connaît son fils. Dans la dernière des révélations sans fin sur les ordinateurs portables cette semaine, il a été vu répondre aux demandes de son fils pour des milliers de dollars, que son fils aurait ensuite dépensés pour des prostituées russes. Avec son iPhone, Hunter réalise et enregistre une vidéo de lui-même haranguant l’une de ces femmes pour confirmer à la caméra qu’il ne l’a pas agressée physiquement.

Joe Biden, lorsque l’histoire de l’ordinateur portable a fait surface à la fin de 2020, a dû penser: “Oh bon sang, il recommence.” Mais ensuite, 50 anciens hauts responsables du renseignement ont signé une déclaration suggérant que l’histoire de l’ordinateur portable était de la désinformation russe. M. Biden a cité l’affirmation lors d’un débat télévisé, donnant lieu aux gros titres du Post qui ont tant lutté pour éviter de suggérer M. Biden, qui aurait su avec certitude si l’ordinateur portable était réel ou non (et l’aurait certainement dit s’il l’était ‘t), délibérément trompé les électeurs.

Flash avant jusqu’à aujourd’hui. Vladimir Poutine, ce collectionneur et chérisseur de griefs réputé, n’a jamais exprimé ce grief particulier bien que de nombreux anciens responsables américains avec lesquels il avait des relations personnelles aient aidé à encadrer son gouvernement pour protéger M. Biden des révélations sur l’ordinateur portable Hunter.

Un article en première page du Journal s’est récemment demandé, avec de nombreux alliés américains, pourquoi les États-Unis seuls se sont abstenus d’imposer des sanctions à Alina Kabaeva, l’ancienne gymnaste olympique et amante de Poutine, à propos de laquelle M. Poutine est connu pour être particulièrement sensible.

C’est peut-être pour ça. Parce que M. Biden en doit une à M. Poutine et continue de lui en devoir pour la courtoisie professionnelle de M. Poutine en ne faisant pas la une des journaux mondiaux en soulignant que la communauté du renseignement américain a sciemment publié de fausses allégations sur la Russie pour protéger M. Biden de l’embarras personnel et l’aider se faire élire.

Lire aussi  Ce photographe de la vallée de l'Hudson prend des photos fascinantes de lucioles chaque été : -

Quand Donald Trump ment, il ne reçoit pas d’aide de l’establishment. De même, je suis à peu près sûr que les journalistes, même s’ils pourraient regretter une décision particulière de la Cour suprême, ont une fois compris et correctement rapporté le rôle de la cour dans la vie américaine. Ce n’est pas un organe d’élaboration des politiques. Les décisions arbitraires, le propre des politiciens et des législatures, sont un anathème pour la cour. Une législature d’État a le droit et même l’obligation de décider, par un vote de 51% contre 49%, que la vie commence à 15 semaines, 24 semaines, 27 semaines ou même zéro semaine – et d’essayer d’en faire la loi de sa juridiction. Un tribunal n’a pas le pouvoir de le faire. La même Cour suprême qui s’est bêtement mêlée à des débats arbitraires sur la « viabilité » pendant 50 ans a néanmoins été suffisamment retenue pour ne pas inventer un droit fœtal à la vie (également potentiellement impliqué dans Roe contre Wade), même s’il est plus facile d’imaginer un tel droit inscrit dans la Constitution qu’un droit à l’avortement.

Mais il manque bien plus que de l’objectivité dans nos reportages ; le renseignement a disparu. Les responsables des salles de rédaction du pays, je continue à le croire, ne sont pas aussi profondément stupides que ce qu’ils mettent sur leurs pages d’accueil, de plus en plus à des postes calculés pour attirer les clics. Puis je réalise : Internet n’attend personne. L’happy hour non plus. Penser et écrire soigneusement demande du temps et des efforts. La presse n’a pas tellement abandonné les normes d’objectivité ; il a abandonné les normes d’effort dans le cadre d’un impératif numérique qui non seulement favorise les « prises à chaud » à faible intelligence, mais en fait la carte de visite de ce qui était autrefois une industrie des « nouvelles ».

Lire aussi  Poutine déploie des dauphins d'attaque top-secrets dans la guerre contre l'Ukraine

Review & Outlook (21/03/22): Les publications qui ont ignoré l’histoire de Hunter Biden en 2020 admettent maintenant que c’est réel. Joe Biden répondra-t-il enfin aux questions auxquelles il refusait de répondre avant de devenir président ? Images : New York Post/-/Getty Images Composition : Mark Kelly

Copyright ©2022 Dow Jones & Company, Inc. Tous droits réservés. 87990cbe856818d5eddac44c7b1cdeb8

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Recent News

Editor's Pick