La Bande Sauvage | La Nouvelle République

J’ai raté celui de Peckinpah Chevauchez le Haut Pays (1961), qui a été loué de manière fiable, et a essayé de le rattraper. J’ai vu Major Dundee (1965), dont on dit que Peckinpah est mécontent à cause des interférences, mais qui se distingue par des combats acharnés, des détails physiques frappants et la performance la plus crédible de Charlton Heston. La bande sauvage, le dernier de Peckinpah, dure deux heures et quarante-cinq minutes, a été écrit par Peckinpah et Walon Green, et a été photographié en Technicolor et Panavision par Lucien Ballard, qui était un protégé de von Sternberg et dont la carrière distinguée comprend quelques précieux westerns. Ce nouveau film est le meilleur western dont je me souvienne depuis celui de Brando Valets borgnes (1960).

L’époque est aux alentours de 1913, l’endroit se trouve des deux côtés de la frontière texane-mexicaine. Le contraste entre les cultures américaine et mexicaine est important pour Peckinpah (comme pour le brando). C’est un moyen pratique de juxtaposer l’Europe et l’Amérique, de montrer les prétentions et les pratiques des deux, qui, sous des délires et des noms différents, finissent de manière assez concentrique. Le « groupe » du titre est un gang de voleurs dirigé par William Holden ; l’intrigue comprend deux vols de chemin de fer, une fuite au Mexique, des conflits avec un général mexicain tordu et avec les hommes de Villa. De John Ford, Peckinpah a acquis, entre autres choses, une passion pour l’Americana précise et révélatrice utilisée de façon spectaculaire. Lorsque le comportement devient cinématographique, le regarder de celui-ci est encore si crédible que nous trouvons la patience. Les vêtements semblent sentir les gens qui les portent, les tasses à café en étain semblent abîmées. Peckinpah ajoute une saveur exotique, un peu ophulsienne à son décor : le général mexicain a un conseiller militaire allemand et une automobile rouge vif. Les dialogues sont abondamment profanes, la gambade avec les putains est gibier, et ces deux éléments ont un effet rétroactif : ils semblent combler ce qui manquait aux westerns blanchis du passé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recent News

Editor's Pick